Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 04:01
Musilac 2008, c'est presque de l'histoire ancienne. Depuis il y a eu les Aquascénies. Et puis bientôt il y aura le Navig'Aix, et on repartira pour un nouveau tour dans quelques mois, une fois l'hiver passé.

Et justement l'hiver, le festival Musilac et ses organisateurs vont le passer bien au chaud, grâce notamment à Christian Prud'homme qui, dans l'Hebdo des Savoie du 7 août ne manque pas de leur tailler un costard sur mesure histoire de les habiller pour l'hiver !

Petit florilège de ses déclarations ...

"Je veux bien que Musilac soit une animation phare, mais au niveau économique, qu'est-ce que ça apporte aux ports ?". Bon là, il prêche tout de même avant tout pour sa paroisse. N'oublions pas qu'il préside l'association de développement économique et touristique des ports.

"Je pense que les organisateurs et les producteurs prennent la ville en otage pour faire leur propre business à l'intérieur de l'enceinte du festival" . On vous avait bien dit qu'ils allaient avoir chaud cet hiver. Prendre la ville en otage il n'y va pas de main morte. Mais dans le fond, c'est assez vrai comme image ...

"Quand les gens rentrent dans l'espace Musilac, ils sont séquestrés, ne pouvant ressortir". Précision indispensable si vous ne fréquentez pas Musilac : toute sortie est définitive, et vous ne pouvez donc pas faire des allers et venues entre l'enceinte du festival et l'extérieur, par exemple pour aller vous restaurer. "Cela veut dire que d'une part Musilac sclérose pendant 3 ou 4 jours les ports et d'autre part empêche les spectateurs qui peuvent être des consommateurs en puissance d'aller dans les commerces des ports. C'est effarant !". On cite toujours les propos de Christian Prud'homme rapportés par l'Hebdo des Savoie.

Comme le veut l'adage, ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. A l'évidence, le patron des bateaux aixois a les idées claires pour ce qui concerne l'apport de Musilac au développement touristique et économique de la ville (1). Des idées et un avis qui tranchent sérieusement avec le discours de la propagande officielle municipale.

Mais faut-il s'en étonner ? Quant à savoir qui croire ... on peut sans doute se faire une petite idée en se disant que d'un côté on a un professionnel du tourisme qui vit de son activité, et de l'autres des professionnels de la politique, qui eux vivent de ... leur réélection.

Et puisqu'on parle du loup, un petit détour par les derniers propos de Michel Frugier, qui affirme sans rire que malgré le déficit de spectateurs de Musilac, jamais le festival n'avait apporté autant de nuitées à la ville. Un paradoxe qu'on s'explique difficilement. Mais qui pose surtout une question : comment la ville a-t-elle bien pu mesurer le nombre de nuitées générées par Musilac, en l'absence de tout outil permettant de le faire ?

Et les mesurer depuis l'origine du festival, car pour affirmer que c'est l'édition 2008 qui en a apporté le plus, il faut obligatoirement disposer des chiffres de toutes les éditions.

Alors s'i te plait Monsieur Finger-Frugier, tu nous les fait un peu plus longues tes explications sur le nombre de nuitées générées par Musilac ?


(1) Ne ratez pas sur ce même sujet cet autre article : Web3 Une autre idée du développement touristique .
Partager cet article
Repost0

commentaires