Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 04:01
Le logement, et tout particulièrement le logement social, a été un des grands points de la dernière campagne électorale à Aix. Un grand point, mais pas vraiment un sujet de débat. Tant il est vrai que, en habile manipulateur qu'il est, le maire sortant a su cantonner le débat sur la question à une querelle de chiffres.

Des chiffres qu'il n'a pas hésité à faire fluctuer sans arrêt, provoquant l'exaspération des autres candidats, et focalisant leur attention sur cet aspect, leur faisant par là-même oublier que le programme présenté par Dominique Dord pour les six années à venir ne permet en aucun cas, contrairement à ce qu'il affirme, d'atteindre et encore moins de dépasser le seuil de 20% imposé par la loi SRU.

Alors on ne va pas relancer la machine sur le sujet. Ce serait un peu peine perdue face à une mauvaise foi aussi évidente ... qu'efficace. Efficace en terme de résultats électoraux s'entend.

Mais cela n'empêche pas de jeter un oeil sur ce qui se passe chez nos voisins. Surtout quand il s'agit de voisins immédiats, en l'espèce la commune de Grésy sur Aix. D'autant que le maire de la dite commune, semblait promis à devenir aussi président de la CALB, afin que la machine à petits arrangements électoraux entre "amis" de l'UMP ne se mette en marche.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid. Et petit à petit, la commune de Grésy sur Aix poursuit son urbanisation. Parait-il sans remettre en cause sa vocation rurale nous dit l'Essor Savoyard du 29 août dernier.

Il n'empêche : de 3.700 habitants aujourd'hui, la population de la commune pourrait passer à 5.000 d'ici deux années.

On est certes loin du taux de croissance effréné que certains décideurs responsables (?) voudraient imposer à Drumettaz (dont la population pourrait doubler si les projets pharaoniques la concernant se réalisent).

Mais +35% en deux ans, ce n'est tout de même pas neutre.

La preuve : la commune s'est désormais attaché les services d'un urbaniste pour l'aider à gérer les aspects administratifs et techniques de la construction sur son territoire.

En sus des chantiers déjà en cours, Grésy prévoit la construction de 120 logements supplémentaires dans les deux prochaines années. 120 nouveaux logements dont 30 devraient être des logements sociaux. Soit un quart de logements sociaux sur le total des nouveaux logements projetés.

Apparemment, du côté de Grésy, on semble avoir compris que pour rattraper le retard sur le seuil des 20% de logements sociaux, il faut que les nouveaux programmes comportent plus de logements sociaux que ce fameux seuil de 20%.

Et même de préférence beaucoup plus. Faute de quoi il faudra bien longtemps pour atteindre le seuil en question. Une bête logique mathématique qui semble pourtant échapper aux décideurs de la cité thermale aixoise. On se permet donc de leur livrer une petite explication toute simple.

Il suffit de reprendre les derniers chiffres annoncés par Dominique Dord lui-même le 29 février dernier sur son site de campagne, à savoir 14.138 logements sur Aix les Bains, dont 2.163 logements sociaux soit très exactement 15,29% (voir notre article Web3 Plan Habitat 2014 - Révisons notre arithmétique en nous amusant pour visualiser la copie d'écran du site en question).

Précision d'importance : le site de Dominique Dord stipulait bien sans compter ceux qui sont en cours. Une mention qu'il fallait bien prendre avec son double sens. A savoir sans compter les quelques logements sociaux en cours, mais aussi sans compter les centaines de logements de standing eux aussi en cours.

Bien. Reprenons donc tels quels les chiffres aimablement fournis par Monsieur Dord. Et imaginons par exemple qu'au cours de chacun des prochains mandats municipaux à venir, Aix voit se construire 1.000 nouveaux logements, dont 20% de logements sociaux. Ce qui correspond peu ou prou au programme promis par l'équipe Dord pour les six années du mandat en cours.

Au bout d'un mandat, on aurait donc 14.138 + 1.000 = 15.138 logement au total. Dont 2.163 + 200 (20% de 1.000) = 2.263 logements sociaux. Ce qui porte péniblement le taux de logements sociaux à ... 15,61%.

En conservant le même rythme de croissance (1.000 nouveaux logements dont 200 sociaux par tranche de six ans), il faudrait (conditionnel de rigueur) ... 13.278 mandats (79.668 années) à Aix les Bains pour simplement atteindre les 20% fatidiques. Et la ville comporterait alors ... 13.292.138 logements, dont 2.657.763 logements sociaux.

Certes, la démonstration est toute théorique. Mais a le mérite de montrer clairement que même si l'équipe Dord réussit à imposer 20% de logements sociaux dans les futures constructions des six années à venir, ce n'est pas ce qui changera quoi que ce soit à la situation d'Aix les Bains vis-à-vis de la loi SRU. Surtout si dans les 20% en question on compte les logements venant en remplacement de ceux qui seront détruits dans les tours de Lafin.

Rendez-vous dans six ans (enfin cinq ans et demi) pour voir le résultat des courses, qui avait raison, et qui racontait des bobards. D'ici là, on veut bien prendre les paris. On est prêts à miser un lingot d'or contre un dingo Dord. Et l'air de rien, on prend quand même un risque. N'oublions pas en effet que les promoteurs semblent commencer à faire sérieusement machine arrière pour leurs projets de résidences de standing. Et comme a contrario il est fort peu probable que les investisseurs sociaux (OPAC, CIS ...) renoncent eux de leur côté, au final on risque de se retrouver avec un taux de nouveaux logements sociaux construits supérieur à 20%.

Les promesses intenables de Dominique Dord sauvées par l'échec de sa politique immobilière en quelque sorte. Ca ne manquerait pas de piquant !

Mais revenons-en à Grésy, dont on ne connait pas vraiment la situation exacte du logement social. Mais visiblement, la commune a bien l'intention de faire quelque chose pour l'améliorer. En espérant que les propos relevés dans l'Essor Savoyard du 29 août ne soient pas que des paroles en l'air. N'oublions pas tout de même que, sauf erreur de notre part, le maire de Grésy Robert Clerc fut l'un des instigateurs du projet d'aménagement urbain des bords du lac !
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Et vous verrez que grâce à ses amis de l'UMP qui vont faire modifier la loi SRU (c'est à dire : la prise en compte des logements aidés en accession à la propriété dans la modification du calcul de la loi SRU) et comme par un tour de passe passe, M. Dord pourra encore faire croire ce qu'il veut en annoncer 18-19 et pourquoi pas même 20% tout en oubliant de mentionner bien évidemment que le calcul aura changé...
Répondre
A
<br /> Dédécathlon : NE respectons PAS les règles du jeu !<br /> <br /> <br />