Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 03:58
Complément du 15 septembre 2008 - 17h15
Dans son édition du jour, Aix les Bains - Le Journal apporte un éclairage quelque peu différent sur ce dossier. Avec des éléments dont la teneur est bien éloignée de la version officielle exposée par Monsieur Dord et reprise par la presse papier.

On reviendra sur le sujet après avoir approfondi la question, ce qui mérite sans conteste d'être fait.

En attendant, on vous invite vivement à jeter un oeil à l'article du quotidien aixois en ligne. Pour un accès direct, vous pouvez cliquer ici.

NB : pour aborder ce même sujet sous l'angle de l'humour (noir ?), n'oubliez pas de jeter un oeil à cet article.




La SEAB commercialisera bientôt de l'eau de source d'Aix les Bains. Ce n'est pas vraiment un scoop, l'info étant connue depuis plusieurs mois. Mais ce dossier a les honneurs de l'actualité, "grâce" aux travaux de pose des canalisations qui sont actuellement en cours.

Des canalisations destinées à amener l'eau depuis son point de captage, vers Mémard, jusqu'à l'usine de mise en bouteille de la SEAB, implantée sur la ZAC de l'échangeur autoroutier Aix Nord. Des travaux qui ne passent pas inaperçus, et qui en ce moment perturbent quelque peu la circulation avenue du Grand Port (entre le Pont Rouge et le rond-point du Neptune).

Des travaux qui "sont dans les temps" nous dit l'Hebdo des Savoie du 11 septembre. Qui ajoute que "cela semble remarquable au vu de la complexité du chantier". On sait bien que les retards et les délais non respectés sont plutôt la tendance dans le secteur du BTP, mais faut-il pour autant qualifier de "remarquable" le fait qu'un planning prévisionnel soit respecté ? Passons sur ce détail.

L'Hebdo des Savoie nous apprend par contre que la SEAB n'a pas encore obtenu le classement de l'eau captée en eau de source. Et sans ce classement, pas de commercialisation possible. Oui mais voila, pour obtenir le classement il semblerait qu'il faille d'abord que les travaux d'acheminement de l'eau jusqu'à l'usine soient achevés. C'est un peu le chien qui se mord la queue non ? Rassurez-vous, le risque de voir les autorités rejeter la demande de classement est quasi nul, sauf en cas de malfaçons graves dans les travaux.

Et cela n'arrivera pas. Les malfaçons dans les travaux, ça n'arrive pas à Aix les Bains. Le chantier du quartier de la gare est là pour le prouver !

Reste que, si tout se passe bien côté travaux, la SEAB devrait pouvoir commencer la commercialisation pour l'été 2009. Objectif de production annuelle : 20 millions de bouteilles, soit 30 millions de litres d'eau. Des bouteilles qui devraient être vendues à 16 centimes, soit une recette annuelle prévisionnelle de 3,2 millions d'euros pour la SEAB.

La SEAB qui, d'après l'Hebdo des Savoie, supporte la majeure partie du coût des travaux de pose des canalisations. Des travaux dont le montant global serait de 898.000 euros. On se permet l'usage du conditionnel car ce montant nous parait étonnamment faible. 898.000 euros pour poser plus de 4 km de canalisations, avec des passages délicats (passage à niveau du Neptune, Pont-Rouge ...), et des enrobés à refaire sur les chaussées. Mais bon, on ne va pas se plaindre parce que la dépense publique aurait pour une fois été calculée au plus juste.

D'autant moins que sur le total de 898.000 euros, seulement 138.000 resteraient à la charge de la ville. La ville qui encaissera une redevance de 1 euro/m3 d'eau produit par la SEAB. La ville qui, d'après Dominique Dord que cite l'Hebdo des Savoie, espère "rentrer dans ses comptes d'ici 4 ans".  "Rentrer dans ses comptes" ? On ne sait pas si l'expression est du maire lui-même ou si c'est une invention du journal. On suppose qu'il faut comprendre "rentrer dans ses frais".

Quoi qu'il en soit, on a un peu de mal à comprendre le calcul fait par le maire. Car en dépensant d'un côté 138.000 euros (hors frais financiers) et en touchant d'un autre côté une redevance annuelle de 30.000 euros, il faut 4.6 années (en gros 4 ans et 7 mois) de recettes à la ville pour rembourser sa dépense initiale.

C'est un bête calcul mathématique. Alors pourquoi parler de 4 ans ? On se le demande.

Bon, tout ceci est bel et beau, mais si on a tenu à vous parler de ce sujet, c'est parce qu'il parait que la SEAB n'a pas encore trouvé un nom pour baptiser "sa" source. Pourtant, il nous semble que cela coule de source justement. On est sûrs que vous avez une petite idée vous-même. Non ? Bon, en tout on vous propose notre version à nous.


Partager cet article
Repost0

commentaires