Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 03:56
Elle aurait du être, dans le domaine culturel, un chantier majeur du second mandat de l'équipe Dord. Loin des strass et des paillettes de l'Aix-plosion culturelle.

Une nouvelle bibliothèque pour plus de services à la population. C'était le chantier prioritaire n°22  sur la liste des 30 chantiers revendiqués par l'équipe Dord pendant sa campagne électorale.

Mais voila, six mois après sa réélection, Monsieur Dord nous apprend que finalement, ce projet ne se fera pas. Le couperet est tombé il y a quelques jours.

Le couperet économique s'entend : pas de budget pour ce dossier, pourtant prioritaire il y a encore peu. Une promesse de campagne pourtant. Mais de la campagne gasconne à ce qu'il semblerait.

Au delà des difficultés financières qui semblent s'annoncer pour la ville (à en croire les propos tenus par D.Dord à l'occasion de sa rentrée politique locale. Lire par ailleurs Dord fait sa rentrée ), le marasme du secteur immobilier n'est peut-être pas étranger à cette décision. Car pour déplacer la bibliothèque et les archives vers le 3ème étage des Thermes, il était impératif de vendre, et si possible de bien vendre, leur bâtiment actuel.

Seulement voila, avec la pléthore de chantiers démarrés à droite à gauche, et tous ceux plus ou moins en projet, sans compter ceux arrêtés ou totalement abandonnés, il ne se trouve désormais peut-être plus d'investisseur pour reprendre le bâtiment de la bibliothèque. C'est ce qu'on appelle un retour de bâton. S'il ne touchait que le maire et son équipe, on s'en ficherait un peu. Mais le problème, c'est que ce sont les aixois qui prennent le retour en question en pleine face.

Les aixois qui repasseront donc pour ce qui est de leur nouvelle bibliothèque (médiathèque ?) et de l'espace numérique qui devait aller avec. Pour raisons économiques. Pourtant de l'argent il doit bien y en avoir. Une fois de plus, ce n'est qu'une question de priorité. Reste à savoir qui doit décider des priorités. Les habitants, ou l'équipe dirigeante sans se soucier de l'avis de ses administrés.

Pour l'instant, la deuxième réponse semble être celle en vigueur : l'équipe dirigeante a renoncé unilatéralement au projet de nouvelle bibliothèque, mais est toujours prête à investir 5 millions dans des opérations de voirie à l'image de la rue de Genève (des opérations que ne figuraient pourtant qu'en 28ème position sur la liste des chantiers prioritaires, donc après la bibliothèque). Et si on demandait son avis à la population ? On ne présume en rien du dit avis, mais si personne ne se préoccupe de le demander, on ne saura jamais vers quoi il tend.

Pour être un peu plus complet, il convient sans doute de rappeler que ce projet allait au-delà de la simple "nouvelle bibliothèque". Le candidat Dord lui avait donné une dimension presque philosophique. Voici ce qu'on pouvait lire sur son site de campagne au début de l'année 2008, à propos de l'espace numérique public qu'il promettait de créer dans les locaux de la nouvelle bibliothèque :



Aux oubliettes la lutte contre les exclusions. A la trappe le lieu de vie citoyenne qui pérennise la démarche politique de démocratisation de l'administration électronique. En lieu et place, mesdames et messieurs, vous aurez des routes bien regoudronnées, et des ex-espaces verts bien bétonnés.

Mais faut-il s'en étonner, quand on voit que la commission extra-municipale de l'administration électronique, officiellement installée dans ses fonctions le 9 juin dernier, n'a toujours pas donné le moindre petit signe de vie. Existe-t-elle réellement ? Ou bien n'est-elle qu'un mirage de plus ?

La mairie a invité les citoyens a donné leur avis sur le sujet et à faire acte de candidature pour intégrer cette commission. Où en est-on ? Motus et bouche cousue. Ou presque. Nous nous sommes laissé dire que les candidatures reçues poseraient légèrement problème. Car nombre d'entre elles, pour le moins pertinentes de par la qualité des candidats, émaneraient de personnes pas franchement en accord avec l'équipe majoritaire sur bien des sujets de la politique locale.

Pour ce qui nous concerne, on ne voit pas très bien où est le problème. Affronter le débat et la confrontation d'idées, n'est-ce pas là l'essence même de la démocratie participative ? De la démocratie tout court d'ailleurs.
Partager cet article
Repost0

commentaires