Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 03:59
Entre payer des repas aux enfants dans ses cantines scolaires et financer ses frais d'assistance juridique, la ville d'Aix les Bains a-t-elle choisi ?

Cette question pourrait être saugrenue, si la municipalité n'avait pas adressé récemment un courrier aux parents d'élèves des écoles aixoises pour leur demander ne plus inscrire leurs enfants à la cantine lorsqu'un des deux parents ne travaille pas, parce que cela coûterait trop cher à la collectivité.


Trop cher, c'est à dire trois euros par repas à la charge de la collectivité.

Le tableau ci-contre est extrait d'un document disponible sur le site de la mairie.

Comme les cantines scolaires ont servi en moyenne 800 repas par jour pour l'année scolaire 2007/2008, que ces mêmes cantines sont ouvertes 36 semaines par an à raison de 4 jours par semaine, il est facile de calculer le coût global de cette prise en charge pour la collectivité.

800 repas/jour x 4 jour/semaine x 36 semaines/an x 3 euros/repas = 345.600 euros.

La somme est certes respectable. Mais elle n'a pour autant rien d'extraordinaire. La ville n'a-t-elle pas sur la même période dépenser 12 millions d'euros pour aménager une rue qui n'a d'allée promenade que le nom, et donc l'unique "utilité" est de permettre à des promoteurs privés de desservir les futures résidences qu'ils construiront peut-être un jour sur ce secteur.

Et du côté des frais juridiques, ça donne quoi ?
Pour les années 2006-2007, la ville avait prévu de dépenser 72.000 euros pour ses frais d'assistance juridique permanente. L'addition s'est finalement élevée à 104.052 euros TC (20% de plus que le budget prévu). Somme déjà rondelette à laquelle il faut ajouter 31.096 euros supplémentaires pour "divers contentieux" (c'est ainsi que la mairie les appelle).

Faites vos comptes : 104.052 + 31.096 = 135.148 euros dépensés pour des prestations juridiques dont il est par ailleurs impossible de savoir à quoi elles correspondent précisément.

Vous nous rétorquerez, avec raison, que 135.148 euros c'est bien moins que 345.600. Certes. Mais les "publics" à qui ces dépenses bénéficient ne sont pas les mêmes. D'un côté les enfants scolarisés et leurs parents. De l'autre, on ne sait pas vraiment qui ni pourquoi.

Mais surtout, à l'heure où la mairie appelle les parents à la "modération" pour ne pas pénaliser la collectivité sur ses coûts liés à la prise en charge des repas scolaires, cette même mairie n'hésite pas à ne faire preuve d'aucune modération dans la gestion de ses frais juridiques.

Des 86.112 euros prévus par le marché public pour 2006-2007, on est en effet passé à 191.360 euros pour le nouveau marché concernant les années 2008-2009. +122% d'augmentation. Rien que ça.

Et si on ajoute à ce budget "l'habituel" complément d'honoraires pour la gestion des "divers contentieux" (généralement 30% du montant du marché public sur l'assistance juridique permanente), on arrive à la coquette somme de 248.768 euros.

Relisez donc la citation de Coluche sur notre  une du 19 octobre. Il est fort probable que vous lui trouverez très certainement comme un parfum d'actualité.




Nous reviendrons sur ce dossier des frais juridiques dans une prochaine édition. Car il y a pas mal de choses à dire, et pas mal de questions qui se posent. Comment expliquer par exemple que la ville ait brutalement augmenté de 50% le montant de son marché d'assistance juridique pour les dix derniers mois de 2007 ?


ps : concernant le dossier des repas scolaires, on vous renvoie vers le DL du 09/10/2008, et vers l'article qu'Aix les Bains Le Journal y a consacré (à lire en cliquant ici).

Partager cet article
Repost0

commentaires