Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 14:05
Mardi dernier, lors de la séance du 21 octobre de la Commission des Affaires Sociales de l'Assemblée Nationale, consacrée à l'examen du Projet de Loi de Finances de la Sécurité Social pour 2009,  le rapporteur pour l'équilibre général, Monsieur  Yves Bur (député UMP du Bas-Rhin), a fait adopter un amendement à l'article 31 qui ramènerait à 35% le taux de remboursement des soins thermaux (au lieu de 65% actuellement).

Il ne s'agit en aucun d'une décision définitive, puisque le projet de loi ne sera examiné par les parlementaires qu'à compter du 28 octobre.

L'annonce de cette information a néanmoins provoqué un émoi considérable au sein du milieu thermal, dont tous les acteurs sont montés au créneau pour défendre leurs intérêts, ceux des curistes, et bien évidemment ceux des villes thermales dont l'activité économique pourrait être fortement menacée en cas d'entrée en vigueur de cet amendement.


Et si tout ceci n'était qu'un grand coup de bluff, un leurre destiné à attirer l'attention du grand public ailleurs, pour lui faire oublier ce qui est en train de se passer à côté ?

Car à côté, l'actualité ça reste encore et toujours la crise financière, et les quelques 360 milliards que NOUS (contribuables français) allons payer aux banques pour qu'elles se renflouent. Une pilule bien difficile à avaler, même si tout l'exécutif, Sarkozy en tête, s'applique à marteler que c'est l'Etat qui va débloquer des fonds. Oui, mais l'Etat, c'est nous. Les fonds de l'Etat, ce sont les nôtres. Et ces sommes considérables qui vont être infectées dans le système libéral et capitaliste, nous ne sommes pas prêts d'en revoir la couleur.

Alors oui, tout ceci fait désordre. Ca fait aussi gronder, rager. D'autant plus que dans le même temps le gouvernement cherche à faire des économies de partout, dans tous les services publics, au prétexte qu'il n'y aurait pas d'argent. Le quidam de base a sans doute bien du mal à comprendre qu'il n'y ait pas d'argent pour investir quelques millions d'un côté, et que de l'autre on puisse soudainement trouver 360 milliards à refiler à des sociétés privées.

Des sociétés privées qui, entre nous soit dit, sont des tenantes de l'économie libérale, et des opposantes farouches à l'interventionnisme des états. Sauf visiblement quand les états en question les renflouent gratuitement aux frais des contribuables.

Bref, quoi de mieux pour détourner l'attention des foules que de leur mettre sous le nez un contre-feu ? Et tant qu'à faire un contre-feu contre lequel l'UMP, gouvernement en tête, va pouvoir jouer les pompiers de service. En clair, l'UMP fait allumer le feu par un de ses députés, exécuteur des basses oeuvres, et ainsi les membres du gouvernement, et les autres députés UMP, peuvent monter au créneau et se poser en défenseurs du peuple, en sauveurs des petites gens.

On envoie donc Monsieur Bur au casse-pipe, avec son amendement repoussoir, dont on est sûr qu'il va provoquer une levée de boucliers. Pensez-donc, le seul mot déremboursement suffit à provoquer un ramdam général. Mais si en plus vous l'appliquez aux cures thermales ! Car bien qu'elles ne concernent qu'une petite minorité de la population, personne n'ignore que la majorité des curistes sont des personnes âgées, disposant souvent de faibles revenus.

Alors vous imaginez bien qu'en présentant un amendement qui touche à la fois à la sécurité sociale et aux personnes âgées, vous êtes sûrs de faire mouche. Et aussi sûrs de vous attirer les faveurs du public si vous montez au créneau pour vous opposer à cet amendement.

Et on veut bien mettre notre main au feu que c'est justement ce que vont faire les députés UMP et le gouvernement ... il n'y pas de fumée sans feu. Certes, mais il n'y a pas non plus de pompiers sans feu. Quitte à ce que les pompiers en question soient par la même occasion les pyromanes.
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Il manque à mon avis une étape, la première. le gouvernement et l'UMP ont bel et bien essayé de faire passer cet amendement en douce, mais ça a foiré parce qu'il y a eu des fuites.D'où le passage au plan B : Bur est montré du doigt comme le vilain petit canard et les autres UMPistes (Dord en tête) jouent aux sauveurs de la nation. C'est ce qu'on appelle jouer gagnant-gagnant !
Répondre