Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 03:54
A l'heure où le projet de pôle santé sur le site de Savoie Hexapôle va bon train (lire par ailleurs notre article    Future clinique privée de Drumettaz, qui va payer l'addition ?  ), l'hôpital aixois reçoit les honneurs de la presse locale. 

L'hôpital d'Aix les Bains vient de se doter d'un logiciel de préparation de médicaments anticancéreux. Un matériel de pointe financé aux deux tiers par la Ligue contre le Cancer, garantissant plus de sécurité auprès des 150 patients soignés chaque année. Un outil important aussi pour la structure aixoise, qui joue ici pleinement son rôle d'établissement de proximité.

C'est en ces termes élogieux que l'Essor Savoyard du 10 octobre évoque l'investissement réalisé il y a peu par l'établissement hospitalier aixois.

Un investissement qui, comme le souligne l'Essor Savoyard est totalement cohérent : il est en phase avec les exigences du Plan Cancer lancé par l'Etat tout en apportant aux patients le plus de la proximité, facteur qui d'après les médecins, joue un rôle non négligeable dans l'évolution positive de la maladie.

Et c'est vrai qu'entre devoir faire régulièrement (parfois quotidiennement) des allers-retours vers les grands pôles de santé comme Grenoble, Chambéry ou encore Lyon, et pouvoir être suivi sur place, il y a une différence énorme. Pour les habitants d'Aix les Bains et des environs, être suivi à l'hôpital aixois, c'est permettre la poursuite de la vie de famille, mais aussi le maintien en activité professionnelle des patients. Bref, c'est leur permettre de conserver une vie sociale aussi complète que possible, dans un environnement familier.

Des plus dont le comité de défense de l'hôpital public se plairait sans doute à souligner qu'ils s'inscrivent dans la droite ligne des missions de service public, bien loin des considérations de rentabilité des groupes privés de santé.

Du coup, et sans doute plus que jamais, la question se (re)pose : pourquoi le centre hospitalier aixois devrait-il absolument rejoindre Savoie Hexapôle et le site de la future clinique privée du groupe Générale de Santé ?

Cet exemple montre clairement que l'hôpital aixois tel qu'il existe aujourd'hui, peut remplir ses missions de service public. Alors pourquoi vouloir à tout prix le déménager ailleurs ? Pourquoi lui enlever en partie ce caractère de proximité ? Pourquoi, si ce n'est pour que la collectivité supporte en partie (ou en totalité) les charges d'aménagement du site de Savoie Hexapôle, en lieu et place du groupe Générale de Santé ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Site de coordination nationale de défense des hopitaux de proximité<br /> "Pour une politique de santé nous respectant toutes et tous"<br /> signez la pétition<br /> et aussi...<br /> Collectif Savoie Succès de la semaine actions pour la défense et le développement du service public hospitalier en Savoie<br /> Santé - 21.10.2008<br /> COMITE DE DEFENSE DE L’HOPITAL D’AIX LES-BAINS/COLLECTIF CONVERGENCES Pour défendre le service public de la santé et plus particulièrement l’hôpital d’Aix-les-Bains, une campagne d’adhésions au comité de défense de l’hôpital d’Aix les Bains a eu lieu le 11 (...)<br /> <br />
Répondre
S
HÔPITALsource : http://www.alternatifs.org/index.htmlSILENCE, ONDESTRUCTURE !Les Alternatifs expriment leur totaleopposition au projet de Loi « hôpital,patients, santé, territoire » porté parRoselyne Bachelot, Ministre de la Santé.Ce projet s’inscrit dans une longue filiationde réformes hospitalières qui depuis desannées conduisent progressivement l’hôpitalpublic à l’impasse. Après l’instaurationde la tarification à l’activité, aujourd’huien voie de généralisation à la quasi totalitédes ressources des hôpitaux; après lamise en oeuvre d’une soit-disant « nouvellegouvernance » qui se caractérise parl’introduction de règles de gestion d’entrepriseà l’hôpital ainsi que par la perte desubstance des Conseils d’Administrationau profit des technocraties hospitalière, leprojet de Loi « HPST » est le point d’orgued’une évolution qui menace notre systèmepublic de santé.Son adoption se traduirait à brève échéancepar un mouvement de concentrationd’établissements et de services au détrimentdes intérêts de la population. Si leshôpitaux de proximité sont les plus directementvisés, les grands centres ne sontpas à l’abri de la politique délibérée derestriction de l’offre publique de soins dupouvoir. Ce sont les missions de servicepublic de l’hôpital qui sont remises en causes.Derrière l’encouragement à des partenariatspublic/privé, cette politique n’ad’autre finalité que de favoriser les intérêtsmercantiles dans le domaine de la santé. Aterme, il y a un vrai risque de privatisationde notre système public de soins.Pour les Alternatifs, notre système de santéet de protection sociale est à refonder.Il faut réaffirmer concrètement le principede solidarité nationale, en particulier enmatière de financement des dépensessociales et de santé. Au delà, c’est unevéritable politique de prévention qu’il fautpromouvoir, notamment pour les causesenvironnementales des affections et lesrisques professionnels. Une telle refondationne fera pas l’économie d’une réflexionapprofondie associant étroitement les populations,les Collectivités, les professionnelsde santé, en particulier les personnelshospitaliers et leurs syndicats. Les questionsà mettre en débat portent sur l’égalaccès de tous à des soins de qualité, surl’équilibre des territoires et donc sur de véritablescomplémentarités entre hôpitauxde proximité et centres de référence, surla répartition territoriale des professionnelsde santé, sur la fin du paiement à l’acte...Il faut sortir le système de santé de la logiquede marchandisation.
Répondre
A
pourquoi? parce que les moutons vont toujours là où on leur dit d'aller!
Répondre