Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 03:53
Depuis 2001 qu'il est installé à la tête de la mairie aixoise, Dominique Dord nous en a fait voir de toutes les couleurs pour ce qui concerne les Thermes Nationaux.

En 2001, pendant sa campagne pour les élections municipales, c'était en gros vous allez voir ce que vous allez voir, grâce à moi la fréquentation des Thermes repassera au-dessus de la barre des 40.000 curistes d'ici à 2005.

On a attendu, et on a vu. Oui, on a vu la fréquentation passer la barre des ... 30.000 curistes. C'est à dire passer en-dessous des 30.000 curistes, et non au-dessus des 40.000 comme Monsieur Dord nous l'avait promis.

Des personnages locaux se sont émus de la situation, ont rappelé Dord à sa promesse, et ont dressé un tableau bien sombre de la situation et de l'avenir des Thermes.

Des propos mensongers et calomniateurs selon Dord. Des propos qui venaient réduire à néant l'excellent travail accompli pendant six années (toujours d'après Dord).

L'excellent travail ? De quel excellent travail Monsieur Dord voulait-il parler ? De celui qui loin d'avoir fait repartir la fréquentation à la hausse à au contraire précipiter sa dégringolade ?

Début 2007, les personnages suscités évoquaient un déficit record avoisinant les 3 millions d'euros en fin d'année. Ridicule tonnait le député-maire, qui prévoyait lui un retour à l'équilibre et n'avait pas de mots assez durs pour qualifier ces ennemis du redressement des Thermes.

Hélas, trois fois hélas, les ennemis en question avaient raison : pire même, malgré les fanfaronnades de Dord, c'est bel et bien une perte de plus de 4 millions qui est venu clore l'exercice 2007 des Thermes. Avec une fréquentation encore à la baisse.

Début 2008, après sept années d'échec, sept années de promesses non tenues, croyez-vous que Monsieur Dord ait fait amende honorable et ait reconnu ses erreurs ? Que non point ! Il était en pleine campagne électorale et ne pouvait se permettre de tels aveux.

Il s'inventait alors une nouvelle stratégie : ce qui se passe aux Thermes ne serait en rien de sa responsabilité, et pas plus de sa compétence. Et tant pis s'il est vice-président du conseil d'administration de l'établissement. Tant pis si c'est lui qui a initié et soutenu la transformation des Thermes en EPIC, arguant que cela permettrait de redresser la situation.

Tant pis si pendant sept ans il n'a eu cesse de nous promettre monts et merveilles à propos des Thermes. Devant l'échec flagrant, il laisse parler son courage : tout ceci n'est en rien de sa faute !

Mais tout en dégageant en touche sa responsabilité, Monsieur Dord continue quand même à faire des promesses pour les Thermes. Campagne électorale oblige, il ne peut pas passer à côté du sujet. Et promet donc le retour à l'équilibre pour ... dans quatre ans. Ce même retour à l'équilibre qu'il nous promettait déjà pour 2005, puis pour 2007. Le voila repoussé à ... 2012.

Et les aixois sont de braves gens. Les promesses passées, ils les ont oubliées. Et ils ne prennent même pas la peine de relever l'extraordinaire contradiction des propos du candidat Dord qui, d'un côté promet le retour à l'équilibre dans quatre ans s'il est réélu, et d'un autre côté explique que tout ce qui vient de se passer pendant sept ans n'est pas de sa responsabilité !

Cerise sur le gâteau (pour Dord), acculés par la direction et le conseil d'administration qui ont laissé la situation pourrir, les physiothérapeutes ont entamés un mouvement de grève début 2008. Et voila des coupables tout trouvés ! Si les Thermes vont mal, c'est la faute ... aux grévistes.

Bon sang mais c'est bien sûr ! Comment n'y a-t-on pas pensé nous-mêmes ? Si la fréquentation de 2005 n'est pas repasser au-dessus de la barre des 40.000 curistes, c'est la faute aux grévistes de 2008, pas celle de Dord ! Et si l'exercice 2007 s'est clos sur une perte de 4 millions d'euros, c'est aussi la faute aux grévistes de 2008, et toujours pas celle de Dord !


Et voila qu'on apprend en cette fin octobre 2008, que le triste record de 2007 devrait être battu, avec un déficit qui s'annonce aux environs de 5 millions d'euros. Du coup, nouveau changement de stratégie pour Dord, qui menace de couper les subsides municipaux aux Thermes.

Et là, on ne comprend plus du tout. Où est la logique dans tout cela ? Est-ce en coupant les subsides municipaux aux Thermes que Dord pense arriver à tenir à sa promesse de leur faire retrouver l'équilibre d'ici à 2012 ?


On ne comprend plus du tout, ou au contraire on comprend trop bien. Depuis quelque temps déjà, Dord distille à petites doses répétées la question de la privatisation des Thermes. Pourquoi, alors qu'en parallèle il ne cesse de répéter que les Thermes vont retrouver l'équilibre ?

On a la très désagréable impression que depuis le début, le jeu qui s'est joué, c'est comment arriver à  rendre la privatisation des Thermes inéluctable, tout en garantissant aux investisseurs privés les conditions de rachat les plus avantageuses ?


Mais pourquoi être aussi pessimistes ? Dord nous a promis le retour à l'équilibre financier pour les Thermes d'ici à 2012 s'il était réélu. A aucun moment de sa campagne il n'a été question de privatisation. Et réélu, il l'a été haut la main, avec tous les pouvoirs et tous les leviers à sa disposition.

Alors avec une situation aussi favorable, il n'y a aucune raison qu'il ne tienne pas cette promesse là ! Vous n'allez tout de même pas en douter à cause de sept malheureuses petites années de promesses non tenues, de mensonges et de défaussements ?
Partager cet article
Repost0

commentaires