Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 03:57
La réunion de quartier du centre-ville, qui s'est tenue le 24/11 au Palais des Congrès, s'est terminée comme il se doit par une séance de questions/réponses. Séance que Christian Serra, élu municipal Aix Avenir, met à profit pour poser lui aussi des questions.

On ne saurait d'ailleurs lui en vouloir, puisque ces questions là, il n'a toujours pas la possibilité de les soumettre en séance du conseil municipal. Bien que ce soit une obligation légale. Mais passons, ce n'est pas à l'ordre du jour.

Lors de cette réunion, Christian Serra a donc demandé des nouvelles du projet du groupe Meunier sur les terrains de la Crémaillère, et s'il existait un quelconque lien entre ce projet et la privatisation des Thermes Nationaux.

Pas le moindre lien a répondu le maire. Pourquoi y en aurait-il un d'ailleurs ? La délibération approuvant la future vente des terrains de la Crémaillère date de fin 2001. La demande de CU de novembre 2005. La vente elle-même (acte notarié) de juin 2006. La demande de permis de construire de mai 2007 (demande approuvée en octobre 2007). Alors à moins d'avoir planifié de longue date la privatisation des Thermes, on voit mal quel lien pourrait exister entre ces deux affaires.

Mais c'est la deuxième partie de la réponse du maire qui mérite qu'on s'y intéresse vraiment. Monsieur Dord a expliqué qu'un permis de construire pour une résidence avec balnéothérapie a été accordé au groupe BNP Meunier, mais bien que ce projet soit toujours d'actualité, il a pris du retard du fait du contexte économique.

Du fait du contexte économique ? Mais de quel contexte économique ? Celui de 2007 ou celui de fin 2008 ? Rappelons que le permis a été accordé en octobre 2007 : à cette époque, et jusqu'à la fin de l'été 2008, le contexte économique n'avait rien d'exceptionnel. Pas de morosité particulière. Pas de crise. A Aix les Bains encore moins qu'ailleurs si on en croit les propos tenus par son maire tout au long de sa campagne électorale.

Alors ? Alors une fois de plus la vérité est ailleurs.

Une vérité que le maire ne peut ignorer puisque, le permis de construire ayant été accordé sous son autorité, il est obligatoirement informé du ou des recours exercés à l'encontre de cette décision.

Et la réalité, que Monsieur Dord connait parfaitement bien, c'est que ce permis de construire fait actuellement l'objet de recours. Ce qui explique le "retard" dans le démarrage du chantier, lequel "retard" n'a donc rien à voir avec le contexte économique.

Alors la première question qui se pose, c'est de savoir pourquoi le maire n'expose pas clairement et simplement la situation aux  habitants ? Voir un recours exercé à l'encontre d'un permis de construire qu'il a accordé serait-il honteux pour lui ? Les motifs invoqués sont-ils inavouables ?

Et la seconde question, c'est de savoir pourquoi la presse locale, pourtant bien informée des recours exercés, n'en touche pas un mot.
Partager cet article
Repost0

commentaires