Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 03:55
Quand la bise fut venue
Les fontaines de la gare se trouvèrent fort dépourvues
Et les arrêter il fallut
De peur qu'elles ne se gèlent le ...
(on vous laisse le soin de trouver par vous-même la dernière rime)






Pendant ce temps à Cognin
Dans la froideur du petit matin
De givres les fontaines se couvrirent
Mais si en passant les gens avaient le sourire
Ce n'était pas pour se gausser de la chose
Mais parce qu'ils en admiraient l'heureuse métamorphose


MORALITE
La prochaine fois qu'il prendra à nos élus
L'idée de vouloir "poéter" plus haut que leurs culs
A nous écouter, nous habitants, qu'ils s'abaissent
Ca nous évitera d'avoir à leur botter les fesses !


Nous présentons nos plus sincères et plates excuses aux membres de la très officielle et très sérieuse Ligue Poétique Francophile pour ces rimes approximatives et bancales. Lesquelles n'ont d'autre prétention que celle de vous faire rire.

Mais comme le disait le regretté Pierre Desproges (1), elle est parfois immense la prétention de faire rire.


(1) Peut-être pas regretté par les coiffeurs. Ce n'est pas Didier Pijollet qui dira le contraire, lui qui est totalement hermétique à l'humour desprogien.
Partager cet article
Repost0

commentaires