Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 03:00
Au sein de notre équipe rédactionnelle, cette réunion sur le stationnement n'a pas fait l'unanimité. Loin de là (lire par ailleurs Réunion sur le stationnement. POUR ou CONTRE ?).

Quoi qu'il en soit, voici ce qu'on en a retenu. C'est forcément incomplet, subjectif. Mais ce sont là les fondements de l'expression libre ...

LE STATIONNEMENT DU CENTRE VILLE EST-IL SATURE ?

Si vous posez la question à un habitant du centre ville, ou à n'importe quel automobiliste qui stationne régulièrement ou occasionnellement dans le centre ville aixois, la réponse sera presque à coup sûr oui ! C'est même un leitmotiv : impossible de se garer à Aix les Bains parait-il.

Or, les études menées par la municipalité montrent qu'en période de plus forte fréquentation, et au moment du pic quotidien, les parkings du centre ville (stationnement de surface et parkings en ouvrage confondus), comptaient encore 160 places disponibles.

On est donc bien loin de la saturation. Le problème, c'est sans doute qu'en chaque automobiliste sommeille un fainéant notoire, qui accepte difficilement de devoir faire 500m à pied, et qui veut donc à tout prix stationner à proximité immédiate de sa destination !


NO PARKING, NO BUSINESS ?

Stationner a proximité immédiate de sa destination. Voila bien le crédo des commerçants aixois. Eux qui n'ont pas voulu d'une rue de Genève piétonne parce qu'il faut que les clients puissent se garer devant leurs magasins. Eux qui pour la même raison ne veulent pas de l'élargissement des trottoirs de la rue de Chambéry, pour ne pas perdre des places de stationnement.

Une position sur laquelle ils s'arcboutent, et que Didier Pijollet résumait par cette formule jeudi soir : No parking, no business (pas de stationnement, pas de commerce). Un Didier Pijollet qui s'est fait quelque peu mouché par un autre intervenant du public, qui a suggéré qu'avant de se plaindre que leurs clients ne puissent pas stationner devant les commerces, les commerçants devraient montrer l'exemple, et aller se garer plus loin pour ne pas occuper inutilement des places !

Ca, c'était pour l'anecdote.

Mais sur le fond, il faudra qu'un jour les commerçants aixois nous explique quelle est la donc la particularité de notre ville, qui fait que ce qui marche partout ailleurs ne fonctionnerait pas à Aix les Bains.

Car partout ailleurs dans le monde, dans toutes les villes, les zones commerçantes de centre ville qui marchent le mieux, ce sont les zones piétonnes. Et à Aix non ?! On ne comprend pas. Pourquoi faudrait-il absolument qu'à Aix les clients se garent devant les commerces ?

Intéressante question, à laquelle à ce jour, les commerçants aixois n'ont pas fourni la moindre réponse acceptable. Sans doute parce qu'ils n'en n'ont aucune.


COMBIEN COUTE UNE PLACE DE STATIONNEMENT EN VILLE ?

On ne veut pas parler du prix que doit payer un automobiliste pour stationner, mais du coût de réalisation d'une place de parking en ouvrage (souterrain ou en silo).

C'est un sujet sur lequel nous avons déjà pas mal écrit, notamment à propos du parking Icade du boulevard Wilson (lire   ICADE / l'opération du parking de la gare expliquée aux nuls, ou   Le prix de la place de parking explose à Aix les Bains ! ou encore ce flash 18/11/2008 - Parking ICADE du boulevard Wilson).

Mais cette réunion sur le stationnement a apporté une nouvelle pierre à l'édifice. Car tout au long de la soirée, plusieurs intervenants, élus ou responsables des services techniques, ont répété le même chiffre. Construire une place de parking en ouvrage, souterrain ou en silo, dans le centre-ville aixois, cela coûte 15.000 euros.

15.000 euros pour construire une place de parking en centre-ville ? Curieux vous ne trouvez pas ...

Nous si. Et pour cause. Pour 224 places de parking le long du boulevard Wilson, et en bénéficiant d'un prix de cession avantageux du droit à construire (115 euros/m²), la société ICADE a déclaré que son investissement serait de 5 millions d'euros. Soit plus de 22.000 euros la place.

Ce prix, le député-maire aixois l'a validé : il figure noir sur blanc dans la convention passée entre la ville et ICADE.

La question qui se pose désormais, en plus des autres questions sur ce dossier, c'est pourquoi le député-maire aixois accepte-t-il de faire payer aux contribuables 22.000 euros pièce des places de parking qui ne coûte que 15.000 euros à construire ?

Pour la petite histoire, on vous rappelle aussi que le mode de financement choisi par le maire revient à un emprunt à 11%, alors que cet été la mairie a contracté des emprunts à ... 4,9%. Autrement dit, on paie ces places 1,5 fois plus cher que leur prix de construction, et en plus on les finance à 2 fois le taux du marché. Au final, ces places vont donc nous coûter 3 fois leur valeur réelle.

Tout contribuable a le droit de contester une décision municipale, dès lors que celle-ci à un impact sur les finances communales. Il serait peut-être temps de s'y mettre !


POURQUOI LES ABONNEMENTS AUX PARKINGS AIXOIS SONT-ILS MOINS CHERS QU'AILLEURS ?

La question du prix des abonnements aux parkings aixois a été abordée par un habitant de l'hyper-centre, qui se plaignait de ne jamais trouver de place pour se garer, et qui affirmait qu'il ne prenait pas d'abonnement au parking de l'hôtel de ville parce que c'est trop cher (3.000 euros par an selon lui).

Un intervenant plutôt agressif, qui a interpellé le maire, le mettant au défi, "s'il est un homme", de lui dire en face combien coûtait un abonnement. Ce que le maire a fait : l'abonnement "serein" au parking de l'hôtel de ville, qui permet de stationner 24h/24 toute l'année, coûte en 2008 la somme de 396,80 euros (tarif annuel).

Comme le maire l'a rappelé, c'est bien moins cher que dans nos voisines Chambéry et Annecy. Mais pourquoi est-ce moins cher ? La réponse est sans doute très simple : parce que les parkings aixois sont gérés non pas par des sociétés privées, mais par la collectivité elle-même.

Voila un point à ne pas perdre de vue : c'est la preuve irréfutable qu'en matière de service public, une collectivité peut faire aussi bien, si ce n'est mieux, que le privé, et pour beaucoup moins cher. Pour ce qui nous concerne, nous n'en n'avons jamais douté.

Mais ce n'est visiblement pas le cas de tout le monde, puisque la municipalité aixoise entend confier la réalisation du parking du boulevard Wilson à un groupe privé.  Pour un coût exorbitant pour la collectivité, très largement supérieur à ce que ce parking pourrait coûter (lire par ailleurs ce précédent article Le prix de la place de parking explose à Aix les Bains ! ainsi que le § précédent de ce article).

AUTO-PARTAGE, TRAMWAY OU NAVETTES ELECTRIQUES ?

Comme à chaque fois qu'une réunion publique traite du stationnement, de la circulation ou des déplacements, on a eu le droit à une intervention de Pascal Sacau. Très docte et très philosophique comme à son habitude. Quoi qu'il en soit, et quoi que l'on pense du personnage, il n'en demeure pas moins que cela fait des années qu'il se bat seul contre vents et marées pour essayer de développer l'auto-partage et le covoiturage sur Aix les Bains.

Et à voir les regards qui se détournaient, à entendre les soupirs qui fusaient, il a encore bien du pain sur la planche avant de faire évoluer les mentalités dans le bon sens.


On a aussi eu le droit à une intervention des doux rêveurs qui prônent le retour d'un tramway et de la crémaillère du Revard. On se permet de les qualifier de doux rêveurs parce que, après 10 années de labeur, ils n'ont en tout et pour obtenu que l'organisation d'une réunion publique sur le sujet et l'engagement du député-maire-président à livrer le résultat d'une enquête de faisabilité avant la fin de son second mandat municipal.

C'est maigre comme résultat pour 10 ans de travail. Surtout quand on connait la valeur des engagements de campagne électorale du candidat Dord. Alors on les laisse rêver ... sauf que pendant ce temps-là, les choses n'avancent pas. On amuse la galerie avec un projet à plusieurs dizaines de millions d'euros, en occultant totalement des solutions plus opérationnelles et immédiatement applicables.

Comme par exemple la mise en place de navettes électriques en centre-ville. Moins de bruit. Moins de pollution. Moins de véhicules en centre-ville. Ces navettes, qui existent dans d'autres cités européennes, et pas forcément plus importantes qu'Aix les Bains, sont le complément idéal des parkings relais.

Il serait peut-être temps que les aixois, et surtout leurs élus, arrêtent de se regarder le nombril, et jettent un oeil autour d'eux pour voir ce qui se passe. Mais on comprend leur réticence à le faire : pas facile de se mettre le nez dans ses propres faiblesses et ses propres carences. Pas facile d'aller voir de ses yeux chez les voisins que la ville que l'on dirige et qu'on prétend être en avance a en réalité des années voir des décennies de retard.

Oui, on comprend leur réticence. Mais pour autant on n'en a rien à faire ! Il est temps qu'ils se bougent !


SUGGESTIONS
Deux petites suggestions avant de conclure.

Tout d'abord, et puisque les commerçants aixois campent sur leurs positions, on propose qu'à titre expérimental, la rue de Genève soit interdite à la circulation le samedi à partir de 13H30 et le dimanche toute la journée.

Pendant un temps qui reste à déterminer. Ou encore un week-end sur deux. En tout cas le temps d'expérimenter à Aix les Bains une zone piétonne étendue. Histoire de vérifier si, comme l'affirme haut et fort Didier Pijollet, no parking = no business.


Ensuite, et la question a été abordée jeudi soir, la mise en place de parkings relais aux abords du centre. En réalité il en existe déjà sur la zone nord : Prés Riants, boulodrome, bd Wilson. Par contre il n'en existe aucun sur la zone sud. Reste à trouver du foncier. Pas facile au sud.

Au nord, il y aurait bien les anciens ateliers municipaux, mais Monsieur Dord a préféré les confier à la promotion immobilière. Une très bonne illustration par la (mauvaise) pratique de sa politique urbaine, qui confond urbanisme et promotion immobilière, et qui a définitivement hypothéqué l'avenir.

Et sur ces parkings relais, mettre en place les excellentes idées qui faisaient partie du programme électoral de l'équipe Aix Avenir : vélostation, prêt ou location de poussettes, de caddies, de parapluies ... etc. Allez faire un tour sur leur site pour retrouver le détail.


CONCLUSION

Il est temps que les élus municipaux prennent leurs responsabilités : en matière d'infrastructures routières et de stationnement, l'expérience montre que la demande croit avec l'offre, et qu'elle décroit également avec celle-ci. Autrement dit, plus on fait des routes et des parkings, et plus les gens en demandent. Et moins on en fait, et plus les gens s'arrangent pour faire sans.

Le stationnement aixois n'est pas saturé. Il n'y a donc pas lieu de l'étendre. Le projet de requalification, tel qu'il a été présenté jeudi soir, semble être une bonne direction : transférer des places de stationnement de surface vers du stationnement en ouvrage, de façon à reconquérir l'espace urbain au profit des piétons, de cyclistes, de la qualité de vie.

Encore faut-il que ce cap soit maintenu.

Et encore faut-il ne pas le faire à n'importe quel prix. Pourquoi confier la réalisation d'un ouvrage à une entreprise privée, si au final la place de parking revient 3 fois plus chère à la collectivité ?



ps :  le diaporama présenté lors de la soirée disponible sur le site de la mairie ?

Une personne du public a formulé cette demande, de façon à pouvoir relire à tête reposée tous les éléments qui ont été présentés. Lesquels étaient fort intéressants, mais difficilement assimilables dans le court laps de temps de la présentation.

Le maire semble avoir donné son aval. Pourquoi ne l'aurait-il pas donné d'ailleurs, lui qui prétend mener chaque jour le combat pour la démocratie participative ?

Quoi qu'il en soit, à l'heure où nous publions cet article, le document en question est introuvable sur le site de la mairie ...



Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Très bon résumé et je vous rejoint sur tous les points... Merci encore pour vos articles où j'ai l'impression d'avoir quelqu'un qui lit dans mes pensées... La majorité n'est pas du tout ambtieuse ni visionnaire sur ce sujet mais bon ça on le savait...Moi mon impression c'est qu'à Aix, il n'y a pas un problème de capacité (à part vers la gare) mais surtout un problème de gestion de ses places à réorganiser mais la construction d'un nouveau parking (Victoria) en plein centre ne semble pas utile. Il aurait été tout à fait plus intelligent de réfléchir à créer des parkings relais au nord (on pourrait imaginer en plus de ceux que vous citez, un vers Grésy) et au sud qui soient bien desservis par les transports en commun pour amener les gens en centre-ville ou à la gare par exemple (au sud il y avait éventuellement avant l'extension d'Areva une possibilité... c'est vrai que j'ai du mal à voir aussi vers le golf, l'hippodrome???...) enfin bref...On se demande où et quand on va trouver le diaporama présenté sur le site de la mairie et surtout, sera-t-il complet avec toutes les diapos ?...Sinon vous avez peut-être remarqué que le site d'Aix Avenir est en travaux et voici le lien pour retrouver <br /> Ce que propose Aix Avenir :<br /> - Proposer vite une alternative solide et attractive au tout-automobile (extrait du Programme aux municipales 2008)
Répondre
A
J'ai ignoré cette réunion car les autres se sont faites sans réel débat même si celle du Palais des Congrès n'était pas une réunion de quartier...N'empêche qu'au lire de ce qui a été dit, encore une fois, rien de nouveau ni de surprenant dans le sens "je, D.Dord,  reconnais que les arguments de ceux qui s'opposent à ce projet sont recevables et qu'ils méritent une réflexion encore plus sérieuse de ma part (...)"On reste malheureusement dans le schéma habituel du Dord Tout Puissant!
Répondre
M
Bien votre idée de la rue de Genève piétonne en alternance un WE sur deux. J'adhère à 200% !
Répondre