Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 03:07
2008 s'achève. Nous y aurons survécu. Tout le monde ne peut pas en dire autant (suivez notre regard en direction des Thermes Nationaux). Avant d'entrer dans 2009, nous vous proposons une brève rétrospective de 2008. Mois par mois. Partielle. Partiale.

En juin, l'hôpital public est malade

29 juin : premières (et sans doute dernières) assises aixoises de la santé. Une réunion publique censée faire le point sur le système de santé dans le bassin aixois et proposer des pistes de réflexion pour l'avenir.

Une réunion qui sera plus que boudée par les aixois. Les pessimistes y verront un désintérêt pour la chose publique. Les optimistes y verront eux un réalisme de la part des aixois, qui ont bien compris que cette réunion n'était que de la poudre aux yeux. Notamment parce que les soit disantes pistes de réflexion pour l'avenir sont déjà toutes tracées à l'époque.

Et pour Dord et compagnie, le salut ne peut venir que de la création d'une polyclinique privée à Drumettaz-Clarafond. A l'heure où les assises aixoises de la santé prétendent proposer des pistes de réflexion, la CALB, sous l'impulsion de son président Dominique Dord, a déjà enclenché le processus d'achat des terrains et celui de la déclaration d'utilité publique.

De son côté, le groupe Générale de Santé, porteur du projet, a déjà déposé sa demande de permis de construire.

Finalement, en ce 29 juin 2008, tout est déjà décidé. Et il ne se trouvera guère que Jean-Louis Sarzier, président de Savoie Hexapole et maire de Drumettaz-Clarafond, pour, quelques mois plus tard, rappeler que dans ce dossier (comme dans tant d'autres), on met la charrue avant les boeufs. Pour la bonne et simple raison que le 29 juin ,pas plus qu'aujourd'hui d'ailleurs, on ne connait le coût exact de ce projet pour la collectivité !

Mais il est vrai que pour Dord, peu importe le coût pour la collectivité ! Lui si prompt a toujours consentir les meilleures conditions financières aux sociétés privées avec lesquelles il traite.

Du coup, pessimistes et optimistes peuvent se rejoindre sur un point : comment s'intéresser à la chose publique quand la chose publique n'est que fausses promesses et vrais mensonges ?

En juin, Aix les Bains tient ses assises de la santé. Son hôpital en est sur le cul. Et il est peu probable qu'il s'en relève.


Partager cet article
Repost0

commentaires