Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:55
Le prix de vente des terrains de la Crémaillère, en bordure du Bois Vidal, a fait couler beaucoup d'encre. Il faut dire qu'à 15 euros le m², il y a un peu de quoi. Qualifiée un temps d'affaire de la décennie, cette opération ne serait-elle pas en réalité l'affaire du siècle, voire du millénaire ?

Souvenons-nous en effet que l'achat de ses terrains n'était soumis, en contrepartie, à aucune obligation d'y réaliser quoi que ce soit. Ce qui est pour le moins rarissime s'agissant d'une opération immobilière.

Souvenons-nous aussi qu'en bonus, les heureux acquéreurs se sont vus accordés des servitudes de passage grevant quelques dizaines de milliers de m² de terrains publics, et ce à titre perpétuel et pour pas même un centime d'euro.

N'oublions pas non plus qu'au moment de la signature de l'acte notarié de vente, en juin 2006, un expert immobilier évaluait des terrains en tous points équivalents à ceux de la Crémaillère à quatre fois le prix consenti pour ceux-ci.

Gardons en mémoire que depuis la délibération de 2001, l'ancien plan d'occupation des sols a été remplacé par l'actuel plan local d'urbanisme. Un remplacement assorti d'une augmentation de 3m de la hauteur maximale de construction autorisée. De quoi augmenter largement la SHON de l'opération, sans que pour autant le prix de vente ne soit revu comme il aurait été logique qu'il le soit.

Ne perdons pas de vue que le projet déposé par le groupe Meunier semble pour le moins éloigné des règles du PLU, qui impose une prédominance des activités thermales au sein des bâtiments à construire. Il suffit de jeter un oeil sur le dossier du permis de construire pour se rendre compte que ce qui prédomine dans ce projet, c'est la résidence de tourisme, et en aucune façon le thermal.

Et enfin, cerise sur le gâteau, n'occultons surtout pas le fait que les acquéreurs initiaux, qui étaient soit disant porteurs d'un extraordinaire projet qui allait faire tant de bien à Aix les Bains, se contentent au final de faire de la spéculation immobilière, en revendant les terrains plus chers qu'ils ne les ont acheté.

Bref, voila déjà quelques arguments massus qui contribue à faire de cette opération une sacrée bonne opération, pour les acquéreurs en question. Nettement moins bonne pour la ville.


Mais avec la quasi disparition programmée du thermalisme à Aix les Bains, c'est peut-être une affaire encore plus juteuse qui se profile à l'horizon.

Car qui dit disparition du thermalisme, dit a priori également disparition des contraintes d'urbanismes liées au thermalisme. Autrement dit, ces terrains, qui aujourd'hui sont sous la contrainte de constructions au sein desquelles l'activité thermale doit être prédominante, risquent bien de se retrouver dans un futur plus ou moins proche totalement exonérés de ces contraintes.

Autrement dit les heureux propriétaires risquent de se retrouver libre d'y construire tout et n'importe quoi, ou presque. Comme par exemple un hôtel multi-étoilé, ou des villas, ou encore une résidence de luxe.

Et dans ce cas, l'affaire déjà juteuse tournerait carrément au jackpot "Las Végasien" ! On vous laisse imaginer à quel prix un promoteur pourrait par exemple revendre des lots de 1.000 m² situés à deux pas du centre ville, en bordure d'un bois magnifique classé en espace naturel protégé, et avec vue sur le lac.


Bien sûr, on entend déjà le député-maire d'Aix les Bains nous rétorquer que cette hypothèse est sans fondement, et relève du pur fantasme. Oui monsieur le député-maire, bien sûr. Aussi sûr que le désastre financier et la privatisation des Thermes annoncés fin 2006 par AIXaspérant relevaient du fantasme !
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je me demande si en quittant mon logement actuel que je paie, mais pour combien de temps, en deça des prix actuels complètement délirants, je serai toujours Aixois...non pas par choix mais par obligation...financière
Répondre