Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 03:04
« Ne me parlez pas de sauver les Thermes ». C’est ce qu’avait déclaré en 2004 Jean-François Michel, ancien directeur de l’établissement nommé par Dord. Une phrase que l’on peut sans doute reprendre pour le compte des fonctionnaires d’état des Thermes Nationaux et de leur association, l’ADFE-TNAB.

Face à la privatisation, aux menaces qui pèsent sur leurs emplois, et aux méthodes douteuses employées par leur employeur, leur action est certes légitime. Et on ne peut que les soutenir. Mais pour autant, ne nous laissons pas leurrer, voire manipuler.

L’objet de l’ADFE-TNAB est clair : comme son nom l’indique, l’Association a pour but la Défense des Fonctionnaires d’Etat des Thermes Nationaux d’Aix les Bains. Son objectif n’est donc pas en soi la défense des TNAB eux-mêmes, mais la défense d’une partie de son personnel. La différence est de taille. Et elle explique sans doute en partie (1) pourquoi les grévistes épargnent totalement le responsable politique de tout ceci, à savoir Dominique Dord.

Ils n’ont en effet aucun intérêt à engager un conflit ouvert avec lui. Dord veut voir aboutir la privatisation des TNAB. Il en est l’artisan. Mais il demeure aussi le seul interlocuteur local disposant d’une influence suffisante pour intercéder en faveur des grévistes, dans le cadre de leurs revendications sur leur reclassement.

Sur le fond, l’attitude de l’ADFE-TNAB relève presque de la sagesse. Comme le dit un proverbe touareg, « la main que tu ne peux couper, baise la ». Autrement dit, mieux vaut utiliser un puissant plutôt que de subir ses foudres, quitte à devoir s’asseoir sur une bonne partie de sa fierté. Mais quitte aussi à prendre le risque de se faire une nouvelle fois rouler dans la farine.

Reste tout de même à savoir si la main en question ne peut vraiment pas être coupée. Et on vous l’avoue, on a quelques doutes sur le sujet.


Quoi qu’il en soit, à nos yeux, le salut des Thermes publics ne passe par l’ADFE-TNAB. Si les aixois veulent conserver la maîtrise de cette richesse qu’est le thermalisme, il faut qu’ils se battent eux-mêmes. Ils ne doivent pas compter cette association.

Malheureusement, une certaine confusion règne autour des objectifs de l’ADFE-TNAB (2). Il suffit de lire les messages de soutien publiés sur leur site : dans l’esprit de nombreuses personnes, l’association se bat pour le devenir des TNAB. Ce qui à notre avis, on le répète, n’est pas le cas.

Mais les aixois ont-ils vraiment envie de se mobiliser pour sauvegarder l’activité thermale de leur ville ? Ils y ont pourtant tous intérêt, mais ne semblent guère en être conscients. Et on peut craindre que l’on puisse aussi dire en parlant des aixois : « ne leur parler pas de sauver les Thermes » !

AMUSANT ?
Connectez-vous sur le site de l'ADFE-TNAB et faites une recherche du mot "Dord". Vous n'obtiendrez qu'une seule réponse (*) : le message adressé par la FFCM (voir renvoi (2) ci-dessous).

Peut-on réellement lutter contre la privatisation des TNAB, et éviter soigneusement de désigner et de mettre en cause son principal artisan ?


(*) Au moment où nous mettons cet article en ligne (21/01/2009 - 08H45)


A lire ou à relire sur le sujet : Aixois, à vous de sauver « vos » thermes et tous nos articles consacrés aux TNAB

ADDENDUM 22/01 - 20:15
NOTRE ARTICLE A FAIT REAGIR - LIRE LA REACTION
ET NOTRE REPONSE  EN CLIQUANT ICI


(1) Mais en partie seulement. Les amitiés et les liens politiques existants entre certains responsables syndicaux des TNAB et le « clan » Dord ne sont pas non plus étrangers à cette situation. Loin s’en faut. C'est un sujet sur lequel nous reviendrons prochainement.

(2) Comme en témoigne par exemple le message transmis par la FFCM à l'ADFE-TNAB (
lien vers le message sur le site de l'association ADFE-TNAB).
Partager cet article
Repost0

commentaires