Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 10:18
Il faut une fin à tout. Celle du conflit social des Thermes devrait intervenir sous peu, après que l'état se soit finalement résolu à déposer les armes en accordant aux fonctionnaires les garanties qu'ils réclament depuis des semaines. Mais avec ce dénouement, c'est seulement la partie émergée de l'iceberg qui trouve une fin. Le problème du devenir du thermalisme aixois demeure lui, entier.

Après plusieurs semaines de lutte et d'occupation de la mairie aixoise, les fonctionnaires des Thermes ont donc enfin obtenu les garanties qu'ils demandaient. Une victoire, sans conteste. Qui leur permet de se ranger dans la catégorie des "gagnants". Mais pas que.

Car à l'autre bout il y a la perte de leur emploi aux TNAB. Un trait tiré sur des années voire des décennies de travail, de savoir-faire, d'investissement personnel. Il y a aussi une vie professionnelle à reconstruire ailleurs, même si cet ailleurs n'est pas forcément très loin. Pas facile tout ça.

Surtout après avoir été traités comme des moins que rien par leurs patrons. On ne sort pas indemne de semaines de lutte, au cours desquelles se sont accumulés tensions, ressentiments, vrais désespoirs et faux espoirs, pressions psychologiques, fatigue ... etc. Tout ceci laissera des traces. Durables.

Les fonctionnaires, ce sont les gagnants-perdants de cette histoire
.



Dans les rangs des gagnants-gagnants, on trouve bien évidemment ceux qui ont voulu et orchestré la privatisation des TNAB, Dominique Dord en tête.

Gagnants parce qu'avec la fin "en douceur" de ce mouvement social, plus rien ne semble s'opposer à leur marche triomphale vers la privatisation.

Et à nouveau gagnants parce qu'ils ont su manoeuvrer habilement pour apparaitre en retrait de cette décision, réussissant même à faire croire qu'ils soutenaient le mouvement et donc, en un certain sens, étaient opposés à la privatisation.



Enfin dans les rangs des perdants-perdants, on compte ... tous les autres. La ville. Son économie. Ses médecins. Ses hébergeurs. Ses professionnels du tourisme. Ses commerçants. Ses habitants. Tous un point commun : ils n'ont rien à gagner dans la privatisation du thermalisme aixois.

Ce qui les distingue, c'est que certains sont des perdants-perdants indifférents. On pense notamment aux habitants aixois, qui se moquent totalement du sujet, pensant sans doute que la privatisation des TNAB n'aura aucune influence sur l'avenir de leur ville, et que c'est "bien fait pour leur gueule à ces fainéants de physiothérapeutes qui n'avaient qu'à se remuer" (1).

Les autres sont des perdants-perdants consentants. Les commerçants, les médecins, les loueurs en meublés, et leur fameux "appel des trois" (lire par ailleurs Le Dauphiné Libéré ... émoi émoi émoi !). Persuadés (2) que la privatisation ne serait pas que la seule issue possible, mais qu'elle serait en plus la meilleure !



Et la suite c'est quoi ? La mise en oeuvre de la privatisation bien sûr. Avec peut-être l'espoir, ténu, un peu vain, que des voix fortes sauront s'élever pour défendre une autre solution : celle du maintien du thermalisme aixois dans le giron de la sphère publique, au travers par exemple d'une SEM, seule garante possible des intérêts collectifs.

Nous y reviendrons bien évidemment dans les semaines et mois à venir.

Mais d'ici là, histoire de tourner une première page, nous vous proposerons dans notre édition dominicale du 15 février un article sur le pourquoi de ce conflit et de l'occupation de la mairie. Avec un point de vue ... disons, neuf.

Quant aux responsables de l'intersyndicale et de l'ADFE-TNAB, peut-être se souviennent-ils aujourd'hui que nous avions écrit d'eux il y a quelques semaines "NE LEUR PARLER PAS DE SAUVER LES THERMES" ? Peut-être se souviennent-ils aussi de leur vive réaction d'indignation ?

Grace à eux, à leur action, à leur détermination, les personnels qu'ils représentent et défendent ont remporté une victoire.

Vont-ils s'arrêter là et nous donner raison, ou bien continuer la lutte pour effectivement SAUVER LES THERMES ?

La balle est dans leur camp. Et on vous le dit tout net : jamais encore nous n'avons souhaité aussi fort nous tromper !




(1) Assez bon résumé du point de vue d'un certain nombre de personnes s'étant manifestées auprès de notre journal
(2) Par faiblesse, à force d'être manoeuvrés, ou par réelle conviction ? L'absence des hôteliers dans cet "appel des trois" (qui sinon auraient été celui des quatre) laisse planer un sérieux doute quant à la pertinence de la dernière hypothèse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI