Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 04:00

Le budget 2009 de la CALB sera industrio-touristique ou ne sera pas. Si globalement, le budget d'investissement 2009 de la CALB ne change pas beaucoup par rapport à celui de 2008, des répartitions différentes s'opèrent entre les différents secteurs d'intervention de la collectivité. Pour 2009, Dominique Dord, président de la CALB, entend bien mettre l'accent sur l'industrie et le tourisme.

C'est du moins ce qui ressort de la présentation du budget 2009, et de la longue interview accordée à cette occasion par le président de la CALB à la presse locale. Plusieurs aménagements sont inscrits au menu du tourisme, dont le budget est annoncé à la hausse de 10% par rapport à l'année précédente.

Le principal sera sans doute le début des travaux de réaménagement du belvédère du Revard. Mais citons également celui des belvédères d'Ontex, de la Chambotte (pourtant hors du territoire de la CALB (1)), et de la Chapelle du Mont du Chat.

Rappelons qu'il ne s'agit aucunement de réaliser tous ces aménagements dès 2009 : tous s'inscrivent dans un programme pluriannuel pour la durée du mandat en cours.

Il faut d'ailleurs y ajouter des études en cours sur le réaménagement de l'esplanade du lac, entre les deux ports aixois, mais aussi la liaison piétonnière entre le Grand Port et la pointe de l'Ardre à Saint Innocent.

Sans oublier bien évidemment l'étude de faisabilité concernant la remise en service d'une ligne de chemin de fer à crémaillère pour desservir le plateau du Revard. Une étude qui, dans un premier temps, porte uniquement sur le volet financier. Objectif : déterminer si oui ou non les collectivités locales sont à même de financer un tel projet, dans quelles conditions, avec quels partenaires, et pour quels coûts.

Une approche assez pragmatique. Car sur le fond, on imagine sans mal que l'idée du retour d'une crémaillère fait plutôt l'unanimité, que ce soit parmi les élus ou parmi la population. Mais avant d'engager des frais dans des études de faisabilité technique dont on ne doute pas qu'elles seront coûteuses, mieux vaut ancrer le projet dans la réalité économique, et s'assurer que l'on a les moyens de se lancer dans l'aventure.

Bref, ce ne sont pas les chantiers ou les idées qui manquent. Reste à savoir lesquelles seront réellement mises en œuvre. Ne serait-ce que parce qu'en 2008, la CALB s'était doté d'une enveloppe globale d'investissement d'un montant équivalent à celui de 2009, mais elle n'en n'a consommé que les deux tiers. Et ne serait-ce que parce Dominique Dord nous a trop habitués aux effets d'annonce pour que désormais, à l'instar de Saint Thomas, on ne croit plus que ce que l'on voit.



Hasard malencontreux du calendrier, ou communication mal maîtrisée (pour une fois), au moment où Dominique Dord nous servait son grand exposé sur sa volonté de « booster » le tourisme, on apprenait que les manifestations estivales aixoises seraient revues à la baisse.

Une annonce qui au départ se voulait sans doute comme étant une bonne nouvelle, puisque des rumeurs de suppression pure et simple de certaines manifestations avaient couru.

Il n'en demeure pas moins que le Navig'Aix, par exemple, se verra amputé d'un jour, que les Aquascénies seront réduites à la portion congrue avec une seule et unique représentation, et que le festival Sécnaristes en série subira lui aussi des coupes franches.

Voila qui dénote un peu par rapport à l'ambition affichée de « booster » le tourisme.




MUSILAC 2009 sera-t-il le grand rescapé de l'été aixois ? Nul mot sur la question, qui dérange peut-être un peu vu le mode de financement de ce festival, organisé et géré par une société privée (la SARL MUSILAC) qui, pour l'édition 2007, a perçu des « subventions » à hauteur de 480.000 euros. Une somme versée, pour autant que l'on sache, hors de tout cadre légal, puisqu'il n'existe aucune convention, aucune délégation de service public (2) ni aucun marché public concernant cet évènement.

Une situtation irrégulière que les responsables municipaux aixois admettent à demi-mot et du bout des lèvres, sans pour autant faire le forcing pour y remédier. On comprend donc leur gêne sur le sujet.



Pour terminer sur le sujet du tourisme et de son développement, il n'est sans doute pas inutile de rappeler que cela fait des années que Dominique Dord cherche à se débarrasser du camping du Sierroz, pour pouvoir ajouter une touche supplémentaire d'immobilier de luxe au bord du lac.

Après avoir amputé le camping d'un cinquième de ses emplacements, pour laisser la place à une « allée promenade » dont l'extravagance de la largeur se dispute à l'inutilité, Dominique Dord a désormais fait reprendre cette idée par la CALB, affirmant que l'agglomération doit se doter d'un « grand camping ».

Sans que l'on sache vraiment ce que cette expression recouvre. Le camping du Sierroz n'est pas a priori petit, et l'était encore moins avant son amputation. Celui du Bourget du Lac ne joue d'ailleurs pas lui non plus dans la catégorie « Tom Pouce ».

Le projet de déplacement semble aujourd'hui en panne : les communes aux alentours, sollicités par Dord, ne semblant pas vraiment se bousculer au portillon. C'est donc le statu quo pour le moment. Un statu quo que la crise financière et ses répercutions sur le marché immobilier devraient prolonger. Car avec des chantiers programmés qui tardent à démarrer ou qui s'arrêtent en cours de réalisation, Aix les Bains et notamment ses bords du lac n'ont pas vraiment besoin de récupérer des terrains supplémentaires pour lancer d'autres projets aussi hypothétiques qu'inutiles.

En lieu et place de quoi, il serait sans doute bien plus utile de poursuivre le travail engagé sur le camping du Sierroz avec l'implantation de mobil homes (3), en rénovant les sanitaires mais aussi les réseaux, de façon à rendre le site plus accueillant qu'il ne l'est déjà.

Car à n'en pas douter, le camping du Sierroz, de part sa situation à deux pas du lac, de part la qualité de ses emplacements, vastes et ombragés, et de part la qualité de son accueil, unanimement salué, reste et peut rester encore longtemps un atout majeur pour le tourisme aixois.


Un atout qu'il conviendrait de développer et de faire vivre, au lieu de vouloir le tuer.

Mais ça, ce n'est visiblement toujours pas dans les projets du président de la CALB, malgré les 10% d'augmentation de son budget d'investissement pour le tourisme.




(1) Et son fameux restaurant racheté une fortune

(2) Et pour cause, il est difficile de prétendre qu'un festival rock relève du « service public »

(3) Une implantation que le gérant du camping a réclamé à cors et à cris, en vain, pendant des années, avant que l'équipe Dord ne s'attribue tout le mérite de l'idée

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A Zed 19/02/2009 08:32

peut-être que cette année le festival de musique (dont la programmation est de moins en moins bonne) se prendra une bonne claque...Musiclaque!que pensez-vous, sans rapport direct avec ce festi-vaux, d'un sondage quant à la réélection de Dord, genre: "et si cela était à refaire, voteriez-vous pour lui..."1-voteriez-vous pour Dord s'il vous avait dit qu'il privatiserait les Thermes?2-voteriez-vous pour lui s'il vous avait dit qu'il supprimerait des platanes le long de l'avenue du Grand Port?3-(...) qu'il ne construirait pas de logements sociaux?etc...

Aix Hebdo 19/02/2009 14:02


Sans êtres des grands fans de MUSILAC, on ne lui souhaite pas pour autant du malheur. Mais juste que la ville ou l'OTT arrête de verser des subventions publiques à une société privée sans le
moindre cadre légal, au mépris de toutes les règles et au mépris de la concurrence.

Pour ce qui est du sondage, on ne voudrait pas présumer des réponses, mais vu l'absence totale d'intérêt des aixois sur ce qui se passe aux thermes, on croit pouvoir se risquer à dire que
majoritairement ce serait "OUI".

Car pour quiconque regarderait de près le programme de l'équipe Dord, en prenant bien le temps de l'analyser et de le mettre en perspective par rapport aux réalisations du mandat précédent, mais
surtout aux absences de réalisations et aux promesses non tenues du dit mandat, verrait que les aixois n'ont pas voté pour un programme.

Ils ont voté pour une couleur politique, pour un personnage (Dord ou un autre sur la liste), mais pas pour un programme, dont bon nombre de promesses ne résistent pas longtemps à la confrontation
avec la réalité.


Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI