Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 07:44

L’émotion était palpable, le 21 août dernier, sur le square Jean Moulin, à l’occasion des cérémonies de célébration du 66ème anniversaire de la libération d’Aix les Bains. Aux côtés du colonel Aubert et de plusieurs anciens combattants, plusieurs élus étaient venus rendre un hommage appuyé à ceux qui ont lutté pour que la France retrouve sa liberté.

Commemoration66emeAnniversaire.jpg

Sur la photo ci-dessus (source Hebdo des Savoie), on reconnait de droite à gauche Robert Bruyère, Myriam Auvage et Claude Giroud. Fidèle à son engagement de poursuivre ses activités d'élu, Dominique Dord avait tenu à être présent, malgré sa douloureuse et handicapante blessure au tendon d’Achille. Une épreuve qu’il traverse avec courage, mais qui visiblement le marque. On l’avoue, sans l’indice de ses béquilles, on aurait eu bien du mal à le reconnaitre à l’extrême gauche sur la photo !

 

 

 

Note aux benêts : quand on écrit « on reconnait de droite à gauche Robert Bruyère, Myriam Auvage et Claude Giroud », cela ne veut pas dire que les intéressés soient respectivement à droite, au centre et à gauche. Politiquement parlant s’entend. Il en va de même pour Dord à l’extrême gauche.



LE MOT DE LA FIN

A celles et ceux qui seraient tentés de monter dans les tours et de nous envoyer une volée de bois vert à la lecture de cet article un brin irrévérencieux mais sans autre prétention que celle de vous faire sourire, nous rappelons une citation du regretté Pierre Desproges. Lequel répondit un jour à un journaliste qui lui demandait si on pouvait rire de tout : « Je préfère rire d’Auschwitz avec un juif plutôt que de jouer au Scrabble avec Klaus Barbie ».

Klaus Barbie n’étant plus en état de jouer au Scrabble, l’alternative n’a plus lieu d’être. Il y en a sans doute que cela chagrine. Nous non. De toute façon, sans pour autant dénigrer le Scrabble, on a toujours préféré l’autre choix. Ce qui ne nous empêche pas de nous souvenir avec respect de toutes celles et de tous ceux qui ont œuvré pour faire cesser la folie nazie. Ni de nous souvenir que quelques années plus tard, notre pays usait de méthodes peu recommandables (doux euphémisme) pour tenter de mater les « terroristes » d’Algérie et d’ailleurs.

Partager cet article
Repost0

commentaires