Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:45

2008, c’est tout proche. Un peu plus de deux ans. Le mois de mars voyait la réélection de Dord à la tête de la mairie aixoise. Avec une participation pas terrible (41,25% d’abstentionnistes). Et un score qui pour être sans appel (62% des suffrages exprimés) aurait logiquement du appeler à la modestie.

7.132 voix, c’est en effet ce qu’ont obtenu Dord et ses colistiers. Soit moins que les voix des seuls abstentionnistes, qui se comptaient au nombre de 8.352. Ajoutez-y les bulletins blancs ou nuls, et ceux en faveur des autres listes, et le résultat final est effectivement sans appel : à peine plus d’un électeur aixois sur trois a voté Dord en mars 2008. Quoi qu’il en soit, voici donc Dord reconduit à la tête de la ville pour six ans, jusqu’en 2014. Avec un programme décliné en 30 chantiers prioritaires.

Les chantiers prioritaires, c’est son truc à Dord. Déjà en 2001 il avait fait le coup au aixois. A l’époque il avait appelé ça des « avancées concrètes ». Au rang desquelles on comptait la suppression des trains de marchandises dans Aix, 40.000 curistes par an, des choix d’urbanisme privilégiant la mixité sociale, l’interdiction de l’avenue du Grand Port aux poids lourds de plus de 7,5 tonnes, le choix des énergies renouvelables, une salle polyvalente pour les évènements familiaux, la couverture du théâtre de verdure, ou encore 500 étudiants à Aix les Bains en 2005. Concrètement, qu’ont vu les aixois de ces « avancées concrètes » pour leur ville ?

Concrètement, il passe toujours autant de trains de marchandises dans Aix qu’avant que Dord n’en soit élu maire. Concrètement, la fréquentation thermale a chutée en dessous de 23.000 curistes par an. Concrètement, quasiment aucun nouveaux logements sociaux construits en 7 ans, et donc aucune mixité sociale dans des choix d’urbanisme entièrement tournés vers le logement de standing et de luxe. Concrètement, les poids lourds de tous tonnages circulent toujours avenue du Grand Port. Concrètement, à la fin du premier mandat de Dord, la ville utilisait 0% d’énergies renouvelables. Concrètement, la salle polyvalente n’existe toujours pas, malgré la réalisation d’une opération immobilière censée rendre son aménagement possible « dès 2002 ». Concrètement, le théâtre de verdure n’est toujours pas couvert (les organisateurs, spectateurs et musiciens de la récente Nuit du Jazz ont pu le constater). Concrètement, on ne voit pas où peuvent être les 500 étudiants annoncés à Aix les Bains, d’autant moins que la résidence qui devait accueillir la première fournée n’a toujours pas commencé à sortir de terre.

On pourrait encore ajouter d’autres points à cette déjà longue liste d’avancées concrètes qui n’ont jamais vu le jour, malgré les promesses de Dord. Mais à chaque jour suffit sa peine, et il est parfois douloureux de remuer le couteau dans la plaie. Ceci étant, il n’est pas impossible que ces nombreuses promesses non tenues soient pour partie à l’origine de la désertion des électeurs aixois en 2008.


Quant à Dord, il n’a pas hésité en 2008 à donner dans la surenchère électoraliste. Passant de 14 « avancées concrètes » à 30 « chantiers prioritaires ». Les derniers poussant les premières, avec pour vocation, entre autres, de les faire oublier aux électeurs. Quitte à en remettre une couche par rapport aux précédentes promesses non tenues. Par exemple, faute d’avoir accueilli « 500 étudiants à Aix les Bains en 2005 », Dord en promettait cette fois « 1.000 en 2014 ». Ou encore n’ayant réussi qu’à faire dégringoler la fréquentation thermale au lieu de lui faire repasser la barre des 40.000 curistes annuels comme promis, Dord promettait cette fois de « poursuivre le plan d’aide de la commune aux thermes nationaux » (sic) pour un retour à l’équilibre d’ici à 2012 (et tout ça en préparant déjà en sous-main la privatisation de l’établissement et la fermeture des anciens thermes du centre ville). On s’est toujours demandé qui pouvait bien être le mari de Madame Sans-Gêne. A priori, il semblerait qu’on tienne ici une piste intéressante !


30Chantiers2008.jpgSi les électeurs ont, au moins pour partie, oublié les belles promesses de Dord en 2001, ce n’est pas notre cas. Et comme on n’a pas oublié non plus celles de 2008, nous leur consacrerons bientôt une série d’articles. 30 chantiers prioritaires, de quoi donner du grain à moudre à nos lecteurs, mais aussi au service communication de Dord, qui va sans doute se creuser la tête pour expliquer aux aixois pourquoi certaines de ces priorités sont d’ores et déjà passées à la trappe.



 

 

 

BONUS : à propos de la salle des fêtes (salle polyvalente), on ne peut résister au plaisir de vous livrer in extenso le texte publié en 2001 par Dord, dans son petit traité « comme se faire élire en promettant tout et n’importe quoi » son programme électoral. Attention, on est prié de s’échauffer les zygomatiques avant de poursuivre la lecture plus en avant. C’est fait, allez hop, c’est parti : « Une salle polyvalente pour les évènements familiaux. Aix les Bains est sans doute la seule commune du département où il n’y a pas de salle polyvalente, notamment pour les mariages. Elle est planifiée pour fin 2002. »

Et oui, vous avez bien lu. Dord l’avait écrit noir sur blanc dans son programme de 2001. Les aixois allaient enfin avoir leur salle des fêtes. Le doute n’était pas permis, puisqu’elle était « planifiée pour fin 2002 ». On est bientôt fin 2010, c'est-à-dire presque 8 ans plus tard. Mais toujours rien en vue. Oh ben ça alors, mais qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Non, ne nous dîtes pas que c’était juste une promesse en l’air (une de plus) !

SUPER BONUS : C’était promis juré craché : Dord ne devait créer aucune taxe nouvelle. Et il n’hésitait pas à fustiger son prédécesseur (Grosjean) qui avait instauré une taxe sur l’électricité peu de temps après son élection de 1995. Mais alors, la taxe sur l’eau instituée par Dord, c’est quoi si ce n’est pas une nouvelle taxe ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI