Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 07:45

SylvieCochetAvant-propos

Nous entamons avec cet article notre série « 3 questions à … » consacrée aux candidat(e)s aux élections cantonales sur le bassin aixois. Sylvie Cochet ayant été la première à nous adresser ses réponses, il lui revient l’honneur et le privilège d’ouvrir le bal. Les 3 questions que nous lui avons posé portent sur son cumul de mandats, les circuits courts et les J.O. d’Annecy 2018.

 

Nos questions sont en gras, les réponses de Sylvie Cochet en italique.. Si d'aucuns doutaient encore que l'adjointe aixoise et conseillère régionale soit une politicienne professionnelle, ils devraient désormais être convaincus. Outre le cumul des mandats et des fonctions, elle maitrise à la perfection l'art de ne pas répondre aux questions posées quand elle n'en n'a pas envie, tout en répondant à des questions qui ne lui sont pas posées.

 

Que dire de plus ? Qu’on trouve bien étrange que le staff de l’UMP locale n’ait soit disant pas encore tranché sur lequel de ses 3 mandats Sylvie Cochet abandonnera en cas de victoire aux cantonales. Pour nous, de deux choses l’une : soit l’UMP croit en les chances de sa candidate, et dans ce cas elle se doit par honnêteté envers les électeurs d’annoncer la couleur avant les élections. Soit elle n’y croit pas, ce qui peut alors expliquer son absence de décision. En effet, à quoi bon statuer sur une décision qu’on n’aura pas à prendre. Ajoutons également qu’il est bien curieux que Sylvie Cochet puisse affirmer que la ville aurait tout à gagner à avoir une élue qui siègerait à la fois au département et à la région. Et pour cause, quand en septembre dernier Thibaut Guigue annonçait sa candidature sur Aix Centre en affirmant vouloir défendre les intérêts d’Aix et des aixois, le député-maire Dominique Dord l’avait envoyé dans les cordes, au prétexte qu’au conseil général, on gère les affaires du département, pas celles de la commune. Dès lors, on voit mal comment la sainte vérité énoncée par Dord pourrait s’appliquer aux uns sans s’appliquer aux autres.

 

A propos du principe « idée - commission – délibération » évoqué par Sylvie Cochet, notons que ce n'est pas spécialement la marque de fabrique du CG73 : toutes nos assemblées délibérantes fonctionnent ainsi, que ce soit dans les communes, les intercommunalités, les départements, les régions ... etc.

 

Quant à « l’illustration la plus concrète du développement durable », ne serait-elle pas plutôt de tordre le cou une bonne fois pour toute au dogme de la croissance pour la croissance ? Notre système économique actuel est basé sur ce principe : le toujours plus, la croissance infinie. Circuits courts ou pas, on peut difficilement faire du développement durable tout en soutenant le principe d'une croissance infinie appliquée à des territoires et à des ressources finies.

 

Au passage, régalons-nous avec cette superbe expression ; « le champ des possibles est encore vaste ». Expression certifiée 100% pure langue de bois. Et qui bien souvent veut dire, en pratique, « pour le moment on n'a pas fait grand-chose … ».

 

Concernant la candidature d’Annecy pour l’organisation des JO de 2018, on rappelle également que, contrairement à ce qu’écrit Sylvie Cochet dans sa réponse, nous ne souhaitons pas tous que le dossier haut-savoyard soit apprécié comme le meilleur. Même si elle est moins visible que la mobilisation en faveur des JO, l’opposition contre l’organisation des jeux est bien réelle, et est loin d’être anecdotique. Et, à n’en pas douter, elle serait plus visible et plus efficace si elle disposait elle aussi de plus de 20 millions d’euros de budget pour mener campagne.

 

 

 


1. En cas de victoire de votre part le 20 ou le 27 mars prochain, vous serez titulaire de trois mandats locaux, ce qui est interdit par la loi sur le cumul des mandats. Les électeurs aixois doivent-ils en déduire que trois ans après avoir été élue adjointe au maire de leur ville, vous abandonnerez ce poste ?

 

Personnellement je souhaiterais privilégier mon mandat aixois, extrêmement concret et en prise directe avec les habitants. Cependant, ma candidature ne s'inscrit pas dans un projet personnel, mais dans une démarche collective au service de valeurs, et cette décision sera prise en concertation avec les élus qui les partagent. La réponse que vous demandez viendra en son temps.  Siéger à la fois au Département et à la Région anticiperait le mandat de Conseiller territorial prévu en 2014, et la Ville aurait tout à gagner à avoir dès mars prochain une élue qui porte les dossiers à la fois au Département et à la Région, pour une meilleure cohérence et un suivi plus vigilant des dossiers dont beaucoup sont transversaux, notamment les dossiers de subventions.

 

 

2. Lors de votre campagne pour les élections régionales en 2010, vous avez déclaré qu’il fallait soutenir les “circuits courts”. En quoi consistent ces circuits courts ? Au niveau du département, quelles actions concrètes l’actuelle majorité UPS a-t-elle mises en oeuvre pour favoriser ces circuits courts ? Quels sont vos projets pour la mandature à venir?

 

 

Les premiers circuits courts, ce sont d'abord les circuits de décision. Plus on est proche du terrain, plus on est réactif : idée - commission - délibération = efficacité ! C'est la marque de fabrique du Conseil général, au plus près des Savoyards, à tous les âges de la vie ... De manière plus pragmatique (et c’est le sens de votre question), c’est effectivement  un sujet sur lequel nous avions pris position et qui me tient particulièrement à cœur, car c’est l’illustration la plus concrète du développement durable : produire en local avec de la main d’œuvre de proximité (social), ce qui permet de faire fonctionner les entreprises ou producteurs (économie), et cela limite les intermédiaires ou les circuits de transports souvent coûteux, notamment en énergie (environnement). Le Conseil général a fait figure d’exemple en menant des actions concrètes, par exemple pour les repas des cantines de collèges. Le principe étant d'approvisionner les cuisiniers avec des produits de l’agriculture locale. C’est une belle réussite. La Savoie a même fait le choix d’aller plus loin en orientant sa volonté vers des produits issus de l’agriculture biologique. Par ailleurs, l’Union européenne via la Région, aide actuellement substantiellement l’agriculture locale et la requalification du réseau de nos fruitières et coopératives… Voilà un bel exemple pour illustrer la transversalité des dossiers portés par nos collectivités, évoquée plus haut… Cependant, le champ des possibles est encore vaste, sur ce sujet, ce qui ne manquera pas de nourrir le prochain mandat si confiance nous est faite. On peut ainsi imaginer de décliner à une plus grande échelle ce qui se fait pour les cantines, ainsi que mieux identifier et communiquer sur le réseau des producteurs locaux.

 

 

 

3. Vous soutenez la candidature d’Annecy 2018. Avec les projets de fusion des 2 départements savoyards, les habitants de la Savoie actuelle ne risquent-ils pas de se retrouver dans la situation de devoir mettre la main au porte-monnaie pour payer des jeux dont ils ne retireront aucun bénéfice ?

 

Deux sujets distincts dans votre question : le rapprochement des deux départements et les jeux d’Annecy 2018.

 

Sur la première partie, et comme l’a déclaré le Président Gaymard, il convient d’explorer les champs de mutualisation possible, de nature à amplifier l’action de nos deux départements. C’est d’ailleurs l’objectif de la rencontre de l’Assemblée des Pays de Savoie qui se tiendra en présence des 71 Conseillers généraux le 17 février prochain à Chambéry [NDLR - la réponse de Sylvie Cochet nous est parvenue bien avant cette date]. A brève échéance, une fusion, qui constituerait l’aboutissement du processus, n’est pas techniquement possible. En revanche, le mieux travailler ensemble au profit des habitants de nos deux départements est déjà d’actualité. A cet égard, l’APS et les deux assemblées départementales sont au rendez-vous. Ce n’est que lorsqu’on aura démontré très concrètement aux Savoyards les avantages d’une éventuelle fusion qu’elle pourra valablement leur être proposée.

 

Concernant Annecy 2018, nous souhaitons tous que le dossier Haut-Savoyard soit apprécié comme le meilleur et que nos Pays de Savoie soient une nouvelle fois les vainqueurs de l’aventure olympique. Concernant les dépenses qui sont associées, le CG 73 a d’ores et déjà pris des engagements d’aménagement et de participation. Ainsi, le dossier prévoit des épreuves en Savoie, à l’image du bobsleigh, prévu sur la piste de la Plagne, qui est un héritage de 1992. Un mariage durable doit toujours se faire avec raison, et les contrats sont faits pour protéger les intérêts de chacun des époux. Les élus savoyards sont vigilants et déterminés : il n’y a pas de raison que cela change si confiance nous est faite.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stéphane Champavert 03/03/2011 00:03



Quant à « l’illustration la plus concrète du développement durable », ne serait-elle pas plutôt de tordre le cou une bonne fois pour toute au dogme de la croissance pour la croissance ?
Notre système économique actuel est basé sur ce principe : le toujours plus, la croissance infinie. Circuits courts ou pas, on peut difficilement faire du développement durable tout en soutenant
le principe d'une croissance infinie appliquée à des territoires et à des ressources finies.


A ce sujet il sera intéressant de voir le résultat de cette candidature écologiste au Châtelard : Sylvain Rochex et Carine Serpollet pour le canton du Chatelard, Savoie (73)
communiqué et contact : http://www.partipourladecroissance.net/?p=5772 



visiteur 02/03/2011 10:41



Je suis pour Pyeongchang il y en à marre des JO dans les Alpes! et j'aime bien le drapeau de la Corée du sud.



Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI