Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 07:45

Distribution des tracts à l’entrée. Intervention pendant la séance des questions du public. Les écologistes mettent le paquet pour défendre la création des conseils de quartiers à Aix les Bains. On ne saurait leur en tenir rigueur. En revanche, on ne peut que s’étonner que ces conseils ne soient pas déjà en place. Et on ne peut aussi que s’étonner des réponses apportées par le maire et son équipe.

Bon, créer des conseils de quartiers, ce n’est pas l’idée du siècle. Et ce n’est pas vraiment neuf. De tels conseils existent déjà dans de nombreuses autres communes. Y compris dans des villes à qui l’obligation légale de les créer ne s’applique pas1. D’ailleurs, c’est peut-être pour ça que Dord met aussi peu d’empressement à les créer : il ne pourrait pas dire que c’est une première en France. Ni même dans la région. Pas même dans le département. Mais bon, l’idée de créer des conseils de quartiers reste quand même une bonne idée. Une bonne idée dont la paternité ne revient d’ailleurs pas aux écologistes aixois. Et non, la création des conseils de quartiers, c’est une idée qu’ils ont piquée dans l’Agenda 21 de la ville. Un Agenda 21 dont l’élaboration, sous la houlette de Corinne Casanova, élue en charge de ce projet, a plutôt été une réussite. Avec une large place faite à la concertation entre l’ensemble des acteurs : élus, associations, habitants, professionnels.

C’est donc dans cette Agenda 21 que le groupe aixois d’Europe Ecologie est allé piocher l’idée de la création des conseils de quartiers. Idée n’étant d’ailleurs pas le mot juste, puisqu’il s’agit en réalité d’une action définie comme prioritaire par l’Agenda 21. Cet agenda ayant été validé par les élus municipaux en mai 2006, chacun est en droit de se demander pourquoi, 4 ans plus tard ces conseils ne sont toujours pas en place. Et de se demander aussi pourquoi la page du site internet de la ville consacrée à l’Agenda 21 est restée bloquée en mai 2006, sans aucune mise à jour depuis cette date. Ce qui était pourtant une autre des actions prioritaires définies par l’Agenda 21. Notez que la mise en place de ces 2 actions ne nécessite que des moyens financiers extrêmement limités. Et que la ville possède déjà les infrastructures et les moyens matériels nécessaires. En clair, il ne manque aujourd’hui qu’une seule chose pour que ces actions prioritaires de 2006 se concrétisent : la volonté politique de le faire.

A l’évidence cette volonté fait défaut. C’est la seule explication pertinente et plausible. D’ailleurs, les réponses du maire aux questions des écologistes pendant les réunions de quartiers le confirment. En gros, il se dit ouvert, mais ajoute aussitôt qu’il ne croit pas à ce genre de structure. En clair, au lieu d’être un élément moteur de la mise en place des conseils de quartiers, la municipalité joue les attentistes. Pour ne pas dire qu’elle freine des 4 fers. Pourquoi ? On se le demande. La municipalité aurait-elle peur d’une démocratie participative qu’elle ne contrôlerait pas entièrement, et qui donnerait un certain pouvoir d’initiative aux citoyens ?

 

ChamberyConseilsQuartiers.jpg

A Chambéry, les conseils de quartiers ont été créés en 2002. Et ils fonctionnent ! Pourquoi ne pourraient-ils pas fonctionner aussi à Aix les Bains ? Les aixois sont-ils plus cons que les chambériens ?


La réponse lue par Myriam Auvage (adjointe au maire) lors du conseil du 18 octobre, en réponse à une question du groupe Aix Avenir sur les conseils de quartiers, est éloquente. En gros, les élus d’Aix Avenir rappelaient l’engagement de mise en place de ces conseils, pris en 2006 au travers de l’Agenda 21, et voulaient savoir quelles actions avaient été entreprises depuis, et quel était le plan d’action pour les années à venir. Une question simple, claire, nette, précise, qui appelait une réponse de la même veine. Las, sur un ton dédaigneux, Myriam Auvage, au nom de la majorité, n’a apporté aucune réponse concrète (lire cet article sur le blog d’Europe Ecologie Aix les Bains). Sans doute lui était-il difficile d’énoncer la liste des actions passées et à venir pour la création des conseils de quartiers. Pour la bonne et simple raison qu’il n’y en a aucune ! La meilleure défense étant souvent l’attaque, l’élue de la majorité a donc fait les gros yeux en défendant sa vision de la pratique de la démocratie participative selon Dord. Et a conclu en affirmant que c’était la seule réponse pertinente que la municipalité pouvait apporter.

Une réponse qui signifie clairement « Nous n’avons rien fait pour mettre en place les conseils de quartiers, et nous n’avons aucune intention de faire quoi que ce soit. Et comme nous savons bien que nous sommes en tort, en ne respectant pas cet engagement de notre Agenda 21, nous jouons les indignés et les vierges effarouchées pour essayer de vous donner le mauvais rôle ». Mais la ficelle est tellement grosse qu’elle pourrait servir à elle seule à amarrer le Charles de Gaulle et toute sa flotte d’accompagnement ! Heureusement pour Madame Auvage et ses colistiers, bien qu’habitant sur les berges d’un lac, les aixois n’ont pas le pied marin. Ils avaleront donc cette ficelle comme les autres. Sans broncher.



1 Les conseils de quartiers sont obligatoires dans les villes de plus de 80.000 habitants.




LE MOT DE LA FIN


Au milieu de tout ce tintamarre, le silence des élus Modem de la majorité Dord est assourdissant. Eux qui, en 2008, annonçaient qu’ils défendraient la création de 5 grands quartiers avec chacun un élu référent. Une idée un peu dans l’esprit de la création des conseils de quartiers. Et qui subit le même sort : elle reste lettre morte. Enfouie au fond de la poche, avec pleins de mouchoirs dessus. Pourtant, ce n’est pas parce que Dord fait au plan local ce que Sarkozy fait au plan national, à savoir concentrer les pouvoirs sur sa personne, qu’il faut rester muet. Surtout quand on prétend ne pas être les béni-oui-oui du maire …



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI