Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 07:45

http://img.over-blog.com/299x138/2/21/27/07/2008-10/BiblioChantierPrioritaire22.jpgAu mois de novembre dernier, nous avions laissé en plan notre revue de détail des « 30 chantiers prioritaires de Dominique Dord et de son équipe » au n°23 (voir notre rubrique les 30 chantiers prioritaires de 2008 ). L’inspiration tenant parfois à peu de choses, c’est en lisant un article sur une petite réception donnée en l’honneur de l’ex-commissaire de police d’Aix les Bains, Mathieu Noël, que nous est venue l’idée de reprendre notre série là où nous l’avions laissé, à savoir au n°22. Autrement dit au déplacement et à la modernisation de la bibliothèque et des archives au 3ème étage des thermes.

 

Avant toute chose, il convient de rappeler que quand il prend envie à Dord d’implanter un truc dans les anciens thermes, il sait le faire. Prenons par exemple l’école Peyrefitte. Quand en 2005, les patrons de cet institut privé d’esthétique lyonnais lorgnent sur Aix les Bains et ses déboires thermaux pour y implanter un nouvel établissement, Dord leur ouvre les portes en grand. Et même en très grand. En ce temps là, la ville n’est pas encore propriétaire des lieux (elle ne le deviendra qu’à l’été 2010). Elle dispose néanmoins d’une convention d’occupation avec l’état. Convention qui ne vaut que pour la ville ou ses satellites publics, ou encore pour des organismes privés concourant à l’exercice d’une mission de service public. Un institut d’enseignement supérieur privé qui n’est pas sous contrat avec l’état concoure-t-il vraiment à l’exercice d’une mission de service public ? Si la réponse est oui, on peut en dire tout autant de n’importe quelle auto-école par exemple. Mais Dord sait, quand ça l’arrange, ne pas s’embarrasser de ce genre de détail. Il fait donc adopter par sa majorité silencieuse d’alors la mise à disposition de 1.000 m² dans l’aile sud des anciens thermes, pour le loyer dérisoire de 5.000 euros par an. Ce dernier passera 4 ans plus tard à 10.000 euros par an. Une augmentation record (100%), mais un montant qui reste sans aucun rapport avec le prix réel que devrait payer Peyrefitte. Les étudiantes de l’école qui paient 350 ou 400 euros la location de leur studio de moins de 20 m² apprécieront sans doute. D’un côté 20 euros par mois le m², et de l’autre 83 centimes par mois. Cerise sur le gâteau, dans cette opération comme dans bien d’autres, Dord ne se soucie même pas de rechercher d’autres postulants susceptibles de porter un projet similaire. Et peut-être prêts à payer leur loyer à un prix plus proche de celui du marché. Et pour couronner le tout, Dord promet à ses amis lyonnais que si d’aventure l’état venait à les chasser de leurs 1.000 m² au prix défiant toute concurrence, la commune les relogera ailleurs, aux mêmes conditions ! Pour sûr que les Ptious Savoyards auraient bien aimé que le maire leur tienne le même discours. Ils ne doivent pas être assez riches pour cela.

 

Comme quoi, comme nous le disions un peu plus haut, quand Dord veut installer quelqu’un dans les anciens thermes, il sait faire. Et non seulement il ouvre les portes en grand, mais en plus il déroule le tapis rouge.

 

 

http://img.over-blog.com/220x164/2/21/27/07/2009-02/BibliothequeAix.jpgCe qui veut dire que si la bibliothèque n’a pas encore pris ses quartiers dans les anciens thermes, c’est sans doute parce que Dord ne le veut pas vraiment. Parce que ce n’était qu’une promesse de campagne comme une autre. Une promesse qui faisait bien sur les tracts, mais qui n’avait pas vocation à être forcément tenue. A tel point que cette promesse de mars 2008, Dord et son équipe l’on passée à la trappe seulement 6 mois plus tard, à la rentrée 2008. Encore un chantier prioritaire qui cède la priorité à … on ne sait quoi. Les aixois devront donc encore patienter : ce n’est pas demain qu’ils pourront profiter d’une médiathèque dans leur ville. Il leur reste la possibilité de se rendre à Chambéry, ou à Rumilly. Cette dernière ayant inauguré sa médiathèque toute neuve à l’automne dernier. Après la délocalisation des emplois, le trésorier invente la délocalisation de la culture !

 

 

LE MOT DE LA FIN

Au fait, on y pense, depuis l’été 2010 et la délibération du conseil actant la décision de la ville d’acquérir les anciens thermes, celle-ci en est donc propriétaire. Par voie de conséquence, la convention d’occupation entre l’état et la ville se trouve caduque. A notre connaissance, aucune autre convention n’a été signée entre la ville et l’école Peyrefitte. En tout cas, sauf erreur de notre part, le sujet n’a pas été débattu en séance du conseil. Il n’y a pas eu non plus de bail commercial signé. Alors de quel titre l’école Peyrefitte peut-elle aujourd’hui se prévaloir pour continuer à occuper ses locaux ? Encore un imbroglio politico-juridico-financier à la mord-moi-le-casino dont Aix les Bains a le secret. Il est vrai que Dord ne doit pas être pressé de faire passer en séance du conseil une délibération par laquelle la ville va s’engager à continuer à louer à une société privée plus que rentable, ces 1.000 m² pour une somme dérisoire. Et ce ad vitam aeternam, puisque c’est l’engagement qu’il avait pris. C’est vrai que ça fait désordre, quand on dit qu’à côté il n’y pas assez d’argent pour tenir les promesses concernant la bibliothèque.

Partager cet article
Repost0

commentaires