Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 07:45

ESCLogo.gifPour l’ESC de Chambéry, installée à Savoie Technolac, la rentrée s’effectue sous de nouveaux auspices. Fondée en 1967, et devenue supérieure en 1994, l’ESC était jusqu’alors totalement dans le giron de la chambre de commerce et d’industrie (CCI). Désormais, la gestion de l’ESC est confiée à une association.

 

Difficile pour autant de parler d’ores et déjà d’autonomie. L’association est en effet présidée par un élu de la CCI. Et sur les 20 membres du conseil d’administration, 5 sont des représentants de la CCI, dont les voix compteront double lors des votes. Avec ce nouveau mode de gestion, la CCI espère ouvrir des perspectives pour le développement de l’ESC, notamment en termes de partenariats et de financements. L’avenir dira si cette vision était ou non la bonne.

 

Mais si on a choisi de vous parler de l’ESC ici, c’est pour de toutes autres raisons. Des raisons plus aixo-aixoises. L’association qui va gérer l’ESC bénéficiera en effet d’une occupation à titre gratuit des bâtiments de l’école à Savoie Technolac. Ces bâtiments, inaugurés en 1994, sont implantés sur 20.000 m² au cœur de Technolac. Composés principalement de salles de cours et de bureaux, ils occupent à peu près 5.000 m² de surface. La CCI estime leur valeur à 5,2 M€. Voila un chiffre qui offre l’occasion de faire un parallèle avec Aix les Bains.

ESC.jpg

L'ESC de Chambéry sur le campus de Savoie Technolac

 

5,2 M€, c’est donc ce que vaudrait les locaux de l’ESC d’après la CCI. Impossible de ne pas faire le rapprochement avec les thermes Chevalley, plus récents puisque inaugurés en 2000, et leurs 30.000 m² (six fois plus que l’ESC) de piscines, de cabines de soins, de bureaux, de laboratoires, d’espace bien-être. Les thermes Chevalley et leurs sources thermales, leurs parkings, leur parc de verdure, leur blanchisserie industrielle, leurs quelques hectares de terrain. Le tout non pas estimé mais vendu à Valvital début 2011 pour seulement 3 M€. En comparant les deux chiffres, on se dit forcément que quelque chose cloche. Comment les thermes Chevalley, plus récente, trois fois plus grands, avec leurs agencements et leurs dépendances, pourraient-ils valoir seulement presque la moitié des bureaux et des salles de classe de l’ESC ? De deux choses l’une. Soit les dirigeants de la CCI ont la folie des grandeurs et ils surestiment très largement leur bien. Soit les thermes Chevalley ont été bradés à un prix très nettement inférieur à leur valeur réelle.

 

Connaissant la valeur et les qualités professionnelles des dirigeants de la CCI (à titre d’exemple le président de l’association qui va gérer l’ESC est expert-comptable et commissaire aux comptes), la réponse est toute trouvée. Dire que les thermes aixois ont été bradés, ce n’est pas une nouveauté. Dès le départ, c’était une évidence, puisque le patrimoine cédé est estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros. L’exemple de l’ESC apporte simplement une nouvelle preuve tangible. Et repose une nouvelle fois les mêmes questions : pourquoi l’Etat a-t-il ainsi bradé ce patrimoine public ? Pourquoi les collectivités locales, qui ont dépensé (on n’ose pas écrire investi vu le résultat) des millions dans les thermes ont-elles laissé faire ? Pourquoi les thermes Chevalley ont-ils été vendus alors qu’ils pouvaient être simplement loués ?

 

Autant de questions auxquelles il est probable que nous n’aurons jamais de réponses. Privatisation rime souvent avec chape de plomb !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI