Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 07:45

FranklinTerrainPlatanesPanneauDeclassementDetail.jpgOn ne vous apprendra sûrement pas grand-chose en disant que, depuis 10 ans, les prix de l’immobilier se sont envolés sur Aix les Bains. Le constat fait dans le PLH (programme local pour l’habitat) parle de lui-même : désormais, pour espérer devenir propriétaire de son logement dans la cité des rives du lac du Bourget, il faut disposer au minimum d’un revenu mensuel net de 3.500 euros. Le dernier conseil municipal en date (12/12/2011) a cependant apporté un éclairage nouveau. Pour ce qui concerne le foncier, parler d’envolée des prix ne suffit plus. Pas plus que parler de flambée. C’est à une véritable explosion que l’on a assisté.

 

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour se trouvaient en effet deux délibérations portant sur le déclassement du domaine public de plusieurs terrains municipaux situés dans les quartiers de Lafin et de Franklin. Des terrains destinés à accueillir la construction de logements, dans le cadre du programme de rénovation urbaine (ANRU). Les terrains en question sont appelés à être cédés gratuitement aux opérateurs immobiliers. D’un côté l’OPAC de la Savoie, qui sur l’emplacement des anciennes tours de Lafin, va réaliser un programme de 70 logements, dont 60 en locatif social. De l’autre la Foncière Logement, qui va réaliser un programme d’une trentaine de logements en locatif libre sur le quartier de Franklin. Jusque-là, tout va bien. Etant précisé que les cessions gratuites de ces terrains municipaux correspondent à la participation financière de la ville à l’opération ANRU. Mais en regardant la valeur de ces terrains, on se dit qu’il y a comme un hic.

 

Loin de nous l’intention de vouloir dénigrer les quartiers de Franklin et de Lafin. Mais force est de constater qu’ils ne se comptent pas dans les rangs des quartiers dits favorisés. Et encore moins dans ceux des quartiers huppés. Ils défraient même régulièrement la chronique ces derniers temps. Mais pas dans la rubrique « pipole ». Plutôt dans celle des faits divers : bus attaqués et caillassés, braquages d’une station-service et d’un bureau de tabac, véhicules et poubelles incendiés. Qui plus est, leur voisinage immédiat avec l’avenue Franklin Roosevelt, et son intense trafic automobile, n’en fait pas non plus des quartiers à l’environnement calme. Bref, et encore une fois sans vouloir le moins du monde dévaloriser ces quartiers, on peut s’attendre à ce que les prix du foncier à bâtir n’y atteignent pas des sommets. Et pourtant …

 

Et pourtant le terrain de Franklin, dit « terrain des platanes », d’une surface de 3.047 m², a été estimé à 511.000 euros par le service des Domaines. Soit près de 168 euros le m². Quant à celui de Lafin, d’une surface de 1.011 m², il a lui été estimé à … 238.000 euros. Soit 235 euros le m². Des prix déjà surprenants en soi, car ils se situent dans la moyenne des prix du foncier pour … les secteurs résidentiels destinés aux constructions individuelles. Mais c’est surtout la comparaison avec d’autres estimations du service des Domaines qui laisse pantois (suite de l'article après la photo).

 

FranklinTerrainPlatanes.jpg

Le « terrain des platanes » dans le quartier de Franklin. Le maire s'est engagé à

replanter le double du nombre des arbres qui seront abattus. Ca en fait 48 à replanter ...

 

Par exemple, les propriétaires expulsés de leurs terrains sur la ZAC des bords du lac se sont vus proposer un prix de 100 euros le m². Soit deux fois moins que la valeur moyenne estimée pour les terrains de Lafin et Franklin. Sur lesquels seront pourtant réalisés des logements majoritairement à vocation sociale. Alors que sur les bords du lac, dont on ne cesse de nous dire qu’ils constituent un secteur privilégié, ce sont plutôt les logements à 4.000 euros le m² qui fleurissent.

 

Autre exemple, relevé dans l’ordre du jour du conseil municipal du 28 mars 2011, la « Ferme Balmont Cadoux ». Une propriété située en périphérie du terrain de golf (on connait des voisinages plus désagréables), comprenant un terrain de 1 500 m², et une bâtisse à rénover de 150 m². Valeur estimée par les Domaines : 150.000 euros. Soit, en faisant fi de la valeur de la bâtisse, 100 euros le m². Bien moins si on tient compte de la valeur de la maison se trouvant dessus.

 

Comment expliquer que des terrains bien mieux situés que ceux de Lafin et de Franklin soient estimés à des valeurs nettement inférieures ? Mystère et boule de gomme.

 

 

Mais la comparaison qui explose toutes les statistiques, et qui défie la logique, c’est celle avec les fameux terrains dit de la Crémaillère. Quelques 30.000 m² situés à 5 minutes à pied du centre ville. Avec le voisinage calme et verdoyant du bois Vidal. Et en prime, pour une partie des terrains, une magnifique vue sur le lac. Ces terrains ont été vendus par la ville à la famille Garancini, en juin 2006. A un prix conforme à l’avis du service des Domaines. Combien ? Essayez de deviner. 250 euros le m² ? Non. 200 euros ? Vous êtes loin du compte ! 400 euros ? Vous vous éloignez. 100 euros ? Vous êtes dans la bonne direction mais il vous reste encore du chemin à parcourir. 50 euros ? Vous vous rapprochez. 15 euros ? Oui, bingo, c’est bien ça !

 

Il y a 5 ans, des terrains idéalement situés en centre ville avec vue sur le lac et un parc public de plusieurs hectares comme voisin valaient 15 euros le m². Et aujourd’hui des terrains situés dans une ZUP en bordure d’une route nationale1 valent presque 15 fois plus ! De deux choses l’une : soit les prix du foncier ont vraiment explosés à Aix les Bains, soit il serait temps de demander des comptes au service des Domaines. Histoire d’obtenir quelques explications sur ces écarts bien surprenants.

 

 

 

1 Devenue départementale depuis que l’Etat s’en est débarrassé au « profit » des départements. Ce qui ne change rien à l’intensité de son trafic routier ni à l’importance des nuisances sonores qu’elle génère.

 

 

 

LE MOT DE LA FIN

On sait bien que les enquêtes publiques ne servent pas à grand-chose. Et que les politiques aux affaires ne font rien pour que cela change. Mais en voyant le panneau miteux annonçant celle concernant le déclassement du domaine public du « terrain des platanes », on a eu honte. Honte d’une municipalité qui dépense par ailleurs des centaines de milliers d’euros dans sa communication. Et qui ici, pour une enquête publique censée être un grand moment de démocratie participative, ne trouve à mettre qu’un pitoyable panneau de bois à deux balles sur lequel sont scotchées et punaisées (!) trois malheureuses feuilles de papier mal protégées par des pochettes plastiques à 5 centimes pièces. L’air de rien, cela en dit long sur où se situent les priorités des dépenses de la ville. Aixois, soyez sûrs que les invitations à la cérémonie des vœux du maire vous parviendront sur un support autrement plus luxueux !

 

FranklinTerrainPlatanesPanneauDeclassement.jpg


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Enquête publique absente (ça ne vous étonnera pas...) du site internet :<br /> <br /> <br /> http://ville-aixlesbains.eu/index.php/cms/1999/Enquetes-publiques<br />
Répondre
A
<br /> <br /> EUh, l'enquête est terminée depuis longtemps ...<br /> <br /> <br /> <br />