Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 07:44

Proprement époustouflants ! C’est ainsi que l’on peut qualifier les propos du député-maire aixois à propos des thermes, dans un long article que son fidèle DL vient de publier. Un DL plus fidèle que jamais, puisqu’il redonne longuement la parole à Dominique Dord, tout en s’abstenant de permettre à d’autres voix de donner leur point de vue. Et qu'apprend-on dans cet article ? Une chose stupéfiante : que les thermes ne valent rien et que leur patrimoine se limite à un parc en centre ville et à une ancienne villa en ruine.

 

Vous pouvez prendre connaissance de l’article en question sur le site du Journal d’Aix les Bains. Pour ce qui nous concerne, on en retiendra deux perles. La première : « l’offre [de rachat par la ville et les socioprofessionnels aixois, NDLR] s’est faite à l’euro symbolique parce que c’est la valeur des thermes ». Rappelons que la société Valvital emporté le marché en faisant une offre à 3 millions d’euros, assortie d’un paiement échelonné de la dette sociale des thermes, qui se situe entre 4,7 et 6 millions d’euros selon les sources. Soit en gros de l’ordre de 8 à 9 millions d’euros au total. Alors si les thermes ne valent réellement pas plus qu’un euro symbolique comme l’affirme Dominique Dord, Bernard Riac, PDG de Valvital, est un bien piètre homme d’affaires. Doublé d’un gestionnaire irresponsable. Et pour cause, quel patron digne de ce nom accepterait de payer 8 à 9 millions d’euros une entreprise qui en réalité ne vaudrait pas plus d’un euro ?

 

Or il se trouve qu’au vu du développement spectaculaire qu’a connu le groupe Compagnie Européenne des Bains (Valvital) ces dernières années, au vu de sa politique de forte croissance externe avec de nombreux rachats d’établissements thermaux, il est évident que son PDG Bernard Riac n’a rien d’un irresponsable ni d’un rigolo en matière d’affaires. Et donc que, contrairement à ce qu’affirme Dominique Dord, la valeur des thermes n’était sûrement pas d’un tout petit euro, mais bel et bien de plusieurs millions.

 

 

http://img.over-blog.com/225x300/2/21/27/07/2008-09/VillaChevalley4.jpgLa seconde perle que nous retiendrons vaut elle aussi son pesant de cacahuètes : « Le parc de Verdure n’a pas de valeur marchande, la villa Chevalley non plus ». Ces 2 éléments du patrimoine des thermes, cédés à Valvital, sont les seuls que Dord cite. S’il se limite à ces 2 seuls éléments, c’est pour apporter de l’eau à son moulin (à paroles), et pour essayer d’étayer sa thèse selon laquelle les thermes ne vaudraient pas plus d’un euro. Peine perdue. Commençons petit. Le parc de Verdure n’aurait pas de valeur marchande ? Première nouvelle. Si le parc est effectivement un espace public qui ne génère aucune recette, on ne peut pas en dire autant des kiosques, du bar restaurant, du théâtre et du parking. Autant d’éléments dont la mise à disposition et les activités représentent une incontestable valeur marchande. Quant à la villa Chevalley, elle a beau être en piteux état, c’est vraiment méconnaitre la valeur de l’immobilier sur Aix les Bains que d’affirmer qu’elle n’aurait aucune valeur marchande. Mais puisque Dord affirme le contraire, voici ce que nous proposons : Valvital n’a qu’à faire don de cette villa à la ville. Oui, on dit bien la donner. Et non pas la vendre. Car on ne vend pas quelque chose qui n’a aucune valeur marchande. Allez, chiche !? Et si cette proposition ne reçoit pas l’agrément des intéressés, on veut bien faire un geste, purement désintéressé : on propose très officiellement de racheter la villa Chevalley pour … un euro symbolique. Soit infiniment plus que la valeur marchande dont Dord l’affuble (pour les non mathématiciens, on rappelle que 1 que divise 0 égale l’infini).

 

Rotonde.jpgBon, ça, c’était pour les 2 seuls éléments du patrimoine des thermes que Dord cite. On voit déjà que, contrairement à ce qu’il dit, ces 2 éléments ont déjà une valeur marchande. Mais ce n’est rien en comparaison du reste. Ce reste dont Dord « oublie » de parler. Petit inventaire à la Prévert : plus de 25.000 curistes par an pour un chiffre d’affaires de près de 15 millions d’euros. Le droit d’usage exclusif des sources thermales, aux vertus thérapeutiques reconnues. Une blanchisserie industrielle en parfaitement état de fonctionnement. Quelques hectares de terrains constructibles, dont 3 à proximité immédiate du centre ville. Et surtout un complexe thermal quasiment neuf, qualifié par Dord « d’établissement le plus moderne d’Europe », comprenant 3 unités de soins et centre de bien-être, un parking souterrain de 3 niveaux. Et on passe sur quelques autres « babioles ». Eh bien tout ceci, à en croire notre gestionnaire d’exception (auto-appellation d’origine non contrôlée), ça n’a aucune valeur marchande ! Ca ne vaut pas plus d’un euro !

 

 

Alors, de deux choses l’une. Soit vous accordez du crédit aux propos du député-maire, soit vous ne leur en accorder aucun. Dans le second cas, il est sans doute temps de dépasser le stade du spectateur passif qui regarde faire sans rien dire. Dans le premier cas, vous pouvez tirer plusieurs conclusions, comme celles-ci par exemple :

 

- les thermes sont mal barrés avec à leur tête un hurluberlu qui accepte de payer 9 millions un machin qui en réalité ne vaut rien

- vous vous êtes fait avoir en achetant 10.000 euros une place de stationnement boulevard des Côtes

- vous vous êtes fait entubé en beauté en payant 150 euros du m² le terrain acheté pour construire votre maison

- vous allez devoir vous résigner à travailler jusqu’à votre mort, parce que la petite affaire que vous avez développée (une petite blanchisserie) ne vaut sûrement pas un kopeck, vu que celle des thermes, bien plus grande et bien plus moderne que la votre, n’a aucune valeur

- vous allez aller voir le patron de La Rotonde (bar restaurant situé dans le parc de Verdure) pour lui racheter son affaire pour une bouchée de pain (ce qui est une offre généreuse vu que son établissement n’a aucune valeur marchande)

- vous allez de ce pas racheter à Valvital la villa Chevalley, le théâtre de Verdure et son parking. Pour un euro symbolique, ce qui est là aussi très généreux compte tenu de leur valeur marchande nulle.

 

NOTA : n’hésitez pas, au cours des négociations pour ces 2 dernières transactions, à produire l’avis d’un expert pour convaincre vos interlocuteurs d’accepter vos offres. L’article du DL reprenant les propos de Dominique Dord sur la valeur de tous ces biens devrait suffire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI