Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:46

Voila un chantier prioritaire en forme de promesse électorale dont personne ne peut dire qu’elle n’est pas tenue. Au moins pour ce qui concerne deux des trois festivals concernés, à savoir le festival rock Musilac et le festival de l’opérette. Parce qu’ils le « festivalent » bien ?


Musilac2010.jpgPour Musilac, ce sont chaque année plusieurs centaines de milliers d’euros que la ville consacre à soutenir ce festival rock.. Pourtant, Musilac est un festival, organisé par une société privée. Ca ne l’empêche visiblement pas de bénéficier d’un très fort niveau de soutien public. Par exemple en 2007, Musilac a reçu plus de 480.000 euros de subventions directes, dont la majeure partie en provenance d’Aix les Bains via son office du tourisme. Ramené au nombre de spectateurs, l’édition 2007 de Musilac s’est ainsi retrouvée 6 fois plus subventionnée que les Aixoises de Jazz de la même année. Festival pourtant organisé par une association à but non lucratif. Et si on ajoute aux subventions en argent sonnant et trébuchant les « petits à-côtés » tels que la mise à disposition des terrains ou le travail des services municipaux pour « aménager » le secteur des bords du lac le temps du festival, l’écart se creuse encore. Tout ceci avec des retombées économiques et touristiques incertaines, pour la bonne et simple raison qu’elles ne sont pas mesurées.

http://img.over-blog.com/200x259/2/21/27/07/2009-09/FestivalOperette.jpgQuant au festival de l’opérette, son niveau de subventionnement est sans commune mesure, mais il reste quand même fortement soutenu. A tel point que pour l’édition 2009, la majorité municipale n’a pas hésité à faire payer par la ville (donc par ses contribuables) les travaux de rénovation du proscenium du théâtre du casino, où se déroule le festival. Le proscenium présentait en effet des risques importants, et sa rénovation était indispensable pour permettre la tenue du festival de l’opérette en juillet. C’est du moins ce qui a été exposé aux élus lors du conseil municipal du 30 mars 2009. Mais alors pourquoi diable le festival a-t-il pu se dérouler comme prévu en juillet, alors qu’en septembre de la même année les travaux en question n’étaient toujours pas terminés ?

En l’espèce, le soutien de la ville semble plutôt aller à la société du Cercle, propriétaire du théâtre du casino, et à qui il incombait de faire faire les travaux et de les payer. Une société privée que Dord aime décidément bien : après avoir fait payé les 200.000 euros du proscenium par la ville, le voila prêt aujourd’hui sur les 2 millions d’euros que la société du Cercle devait investir en travaux de rénovation du théâtre, comme l’exige (faut-il l’écrire au passé ?) la convention de délégation de service public signée en 2001. Travaux non réalisés. Ah quelle générosité ce Dord ! Enfin, dans ce cas précis avec l’argent des autres. Le votre en l’occurrence …

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI