Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:47

Les bus du réseau Ondéa ne circuleront pas et resteront au dépôt ce week-end, par solidarité avec le chauffeur agressé dimanche 14 novembre à l'arrêt du boulevard des Généraux Forestier, dans le quartier de Franklin. Dans la mesure où, d'après l'article du Dauphiné Libéré, le chauffeur en question avait repris son travail dès le lendemain, une manière pour lui de combattre ces agressions, on a un peu de mal à saisir.

 

OndeaArret20-21-nov

Si on comprend bien, l'ensemble des chauffeurs d'Ondéa va arrêter le travail tout un week-end afin d'être solidaire avec un chauffeur qui lui lutte contre les agressions à sa manière en continuant à travailler. Il y a comme un truc qui cloche non ?

 

 

En fait non, rien ne cloche. Pour avoir l'explication de ce qui de prime abord semble être paradoxal, voir le communiqué publié par les personnels et la direction d'Ondéa.

 

Ceci étant dit, on s'interroge. A priori les auteurs de l'agression n'ont toujours pas été interpelés par les forces de l'ordre. Les bus du réseau Ondéa sont pourtant équipés de caméras de vidéosurveillance. Ca ne plaide pas vraiment en faveur de l'efficacité présumée de la vidéosurveillance, tant vantée par le maire et surtout par son premier adjoint. Suffirait-il donc de porter une cagoule et/ou de faire attention à ne pas regarder en direction de la caméra pour échapper aux sanctions ?

 

Entendons-nous bien cependant. L'installation de caméras dans les bus Ondéa est très certainement une bonne chose. En ce sens qu'elle permet de faire reculer les incivilités quoitidiennes. On veut dire les vraies incivilités, une agression n'étant pas une incivilité. Et si ça fonctionne, c'est parce qu'un bus est un espace clos et restreint. Difficile en effet d'aller détériorer un fauteuil ou d'insulter le chauffeur sans être dans le bus lui-même, donc sous l'oeil de la caméra. Et pour se livrer à ce genre d'incivilité, il est bien rare qu'on se munisse d'une cagoule ! Dans un espace ouvert et de plus grande taille, c'est une toute autre donne. A l'occasion des réunions de quartier, on a pu entendre le maire réaffirmer que partout où des caméras de vidéosurveillance ont été installées, la délinquance a reculé. Ce constat, en partie vrai, demande cependant à être complété. Ce que les études montrent, c'est un certes un très léger recul global de la délinquance à l'échelle de la ville concernée, mais aussi et surtout un déplacement de la délinquance des zones surveillées vers les zones non surveillées. Quant au taux d'affaires élucidées grâce à la vidéosurveillance, il est ridiculement bas. En clair, le rapport service rendu/coût de la vidéosurveillance apparait comme bien faible. Et les centaines de milliers d'euros (si ce n'est plus) qu'Aix les Bains pourrait bien dépenser prochainement pour s'équiper seraient sans doute plus efficaces s'ils étaient employés autrement.

 

Deux petites pistes de réflexion pour terminer. En lançant l'idée de la vidéosurveillance l'année dernière à la même époque, Renaud Beretti avait appelé de ses voeux un débat public serein et dépassionné. On attend toujours qu'il donne suite à cette idée. Pour l'instant, les seuls débats qui ont eu lieu sont celui interne à l'UPA (donc pas un débat public) et un examen de principe en séance du conseil municipal (auquel le public peut assister mais sans pouvoir prendre la parole). Alors à quand un vrai débat public, ouvert à tous. Avec bien évidemment parmi les intervenants invités, un juste équilibre entre partisans et opposants de la vidéosurveillance. Histoire de bien avoir les deux points de vue, en toute objectivité.

 

En attendant ce débat, qui pourrait bien ne jamais venir, on ne peut que suggérer à nos lecteurs d'aller jeter un oeil sur  le site de Laurent Muchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS.

 

Et pour terminer, on vous livre cette réflexion entendue il y a peu au comptoir d'un bistrot aixois : "Aux Etats-Unis ils ont des caméras de partout et on ne peut pas dire que la criminalité y soit la plus faible du monde !".

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI