Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 07:45

ChsBassens.jpgNon, cet article ne va pas donner dans la chronique zoologique, façon Christian Zuber en reportage aux Galapagos. Pas plus que chercher à prendre la place de François de Closets et ses chroniques santé sur France Télévision. Et, nos fous de Bassens à nous ne sont pas internés au CHS sis dans cette commune savoyarde, proche de Chambéry. Nous « fous » de Bassens à nous, ce sont les élus de la majorité municipale. Jugez plutôt.

 

En mars 2008, la liste divers gauche emmenée par Jean-Pierre Burdin est plébiscitée dès le premier tour par les électeurs bassinots et bassinotes (ne vous moquez pas, c’est comme cela qu’il faut les appeler). 73,5% des voix. Contre 26,5% à la liste divers droite conduite par Christiane Nantois. Et ce avec une participation plutôt bonne : un peu plus de 62%. Jean-Pierre Burdin et ses colistiers se trouvent dans la même position que Dord et Cie à la mairie d’Aix les Bains. Une majorité confortable de 24 élus sur 27. Et donc la possibilité de n’en faire qu’à leur tête, en n’accordant aucune considération aux 3 élus d’opposition. Voire de faire comme à Aix les Bains, c'est-à-dire d’inventer sans cesse mille et une petites tracasseries politico-administratives pour leur pourrir la vie d’élu.

 

Alors on ne dit pas que tout est rose pour les élus de l’opposition de droite à Bassens. Mais il n’empêche que le comportement de la majorité de gauche, à bien des égards, se distingue de celui de la majorité de droite à Aix les Bains. En mieux.

 

Prenons par exemple le règlement intérieur du conseil municipal. C’est un texte obligatoire, imposé par le code général des collectivités territoriales (CGCT). A Aix les Bains, il a fallu plusieurs mois aux services de la mairie pour arriver à en pondre un. Lequel reprend à 90% le modèle standard proposé par l’association des maires de France. C’est dire si le travail de rédaction n’a pas du demander beaucoup d’efforts. Et pourtant cela a pris plusieurs mois. Et même plus que le délai légal de 6 mois prévu par le CGCT. Mais Dord s’en fichait. En trainant volontairement les pieds, il était sûr d’emmerder son opposition à bon compte. Et sans prendre de risque puisque le CGCT ne prévoit aucune sanction à l’encontre des maires qui se soustraient à leur obligation de faire voter le règlement intérieur par le conseil municipal dans le délai de 6 mois. Il aura fallu une grève des élus de gauche, de longs mois, et quelques passes d’armes verbales pour qu’enfin le règlement aixois soit présenté au vote des élus, et adopté. Ouf !

 

A Bassens, le règlement intérieur a été adopté à l’unanimité par le nouveau conseil municipal lors de sa première séance de travail, le 26 mars 2008. Quelle bande de fous !

 

 

Du côté des indemnités versées aux élus, Bassens se distingue aussi. A Aix seuls le maire, les adjoints et les conseillers délégués sont indemnisés. Et comme aucun élu d’opposition n’a eu le droit à un poste d’adjoint, ni même de simple conseiller délégué, eh bien aucun élu d’opposition ne bénéficie d’une indemnité. Même minime. Les élus bassenots sont logés à meilleure enseigne. Tous, quelle que soit leur fonction, ont le droit à une indemnité. Dont le montant dépend bien évidemment de leur niveau de responsabilité. Mais pas de leur appartenance à la majorité. Les élus d’opposition y ont le droit aussi (voir ci-dessous tableau de répartition).

 

La mesure est sans doute symbolique, d’un point de vue financier. Pour un conseiller municipal « de base », cela ne représente qu’environ 60 euros par mois. Mais elle est aussi et surtout symbolique d’une volonté de ne pas marginaliser qui que ce soit. Et de reconnaitre à chacun son utilité. Qu’il soit dans la majorité ou non. On vous le dit : une vraie bande de fous à Bassens !

BassensIndemnites.jpg

Tableau des indemnités des élus municipaux de Bassens (adopté le 26 mars 2008)

 

 

Terminons avec un dernier exemple, celui de la formation continue des élus. A Aix comme à Bassens, un budget est affecté chaque année à cet effet. A Aix, sauf erreur de notre part, les élus sont priés (obligés) de faire leur marché dans les formations proposés par la municipalité. Les élus de l’opposition bassenote bénéficie eux d’un tout autre régime. Le budget global de formation, égal à 3% des indemnités annuelles versées aux élus, est réparti entre majorité et opposition, en proportion du nombre d’élus. Libre à l’opposition d’utiliser son budget comme elle l’entend, en toute indépendance. Pour les formations qu’elle veut. Et non pour celles que la majorité entendrait lui proposer.

 

Oui, on se tue à vous le dire : une vraie bande de fous dangereux cette majorité bassenote. Vous verrez qu’avec de telles idées, bientôt, la populace exigera de participer aux décisions politiques de la commune. Tiens, si la commune était plus grande, sûr qu’elle exigerait la création de conseils de quartiers.

 

Ah la la, mais où va-t-on ma brave dame ? On vous le demande. Si des élus se mettent à respecter l’opposition, c’est le début de la fin de tout. Heureusement qu’il y aura toujours des villes comme Aix les Bains pour sauvegarder les bonnes vieilles traditions.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck 16/08/2016 23:39

Pétition annulation fête de la chasse à Aix-les-bains : https://www.change.org/p/dominique-dord-maire-d-aix-les-bains-annulation-de-la-f%C3%AAte-de-la-chasse-et-de-la-p%C3%AAche-%C3%A0-aix-les-bains-les-20-21-ao%C3%BBt-2016?recruiter=586008869&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI