Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 07:45

En matière de logement social, la stratégie de communication de la mairie aixoise était jusqu’à il y a peu bâtie autour d’une certitude affichée : le Plan Habitat 2014 va permettre à la ville de rattraper haut-la-main son retard. Mais face à la réalité des chiffres, que la municipalité semble découvrir, voila que la certitude tombe. Et fait place aux doutes et aux questions. La très antisociale municipalité UMP d’Aix les Bains perdrait-elle son sang froid ?

 

Se souvenir d’où on vient

A la presse, Dord et ses colistiers parlent aujourd’hui d’un effort constant (sic) de la ville en faveur du logement social. Il n’est donc pas inutile de rappeler que si constance il y a, c’est une grande nouveauté. Ainsi la SAEMCARRA, dont la ville est la principale actionnaire, et qui devrait être un acteur majeur du logement social sur le bassin aixois (c’est sa raison d’être), n’a rien construit depuis 1994. Quant au premier mandat de Dominique Dord à la mairie d’Aix les Bains, il a été marqué par un rythme effréné (!) de construction de logements sociaux : à peine 180 en 7 ans. Alors que les besoins de la ville se situaient plutôt aux alentours de 180 nouveaux logements, oui mais par an !

 

Et puisqu’on est dans le domaine de la constance, ou plus exactement de l’inconstance, rappelons que d’après le député-maire, fin 2005 la ville comptait soit disant plus de 20% de logements sociaux (lire ou relire par ailleurs Logement social : retour vers le passé). Curieuse inconstance des chiffres avancés par Dord.

 

 

La ville atteindra-t-elle ses 20% de logements sociaux en 2014 ?

LogementSocialHebdoSavoie27jan2011Fini les gros titres triomphateurs dans la presse pour annoncer que la ville atteindra les 20% de logements sociaux d’ici à 2014. Désormais, la forme interrogative est de rigueur (voir exemple ci-contre dans l’Hebdo des Savoie du 27 janvier). Accompagnée de l’usage du conditionnel. Il paraitrait ainsi qu’en tenant compte des programmes en cours, le taux serait déjà de 17,65%. Notons au passage que dans les programmes « en cours », la municipalité prend en compte des chantiers qui n’ont pas encore démarré, comme ceux de la Péniche ou de l’ilot Wilson. Mais pourquoi user du conditionnel ? Un taux de logements sociaux, c’est simple à calculer. Il suffit de prendre le nombre de logements sociaux existants, et de le diviser par le nombre de résidences principales. Si on veut faire un peu de prospective, il suffit d’y ajouter les chiffres des permis de construire déjà accordés et le tour est joué. Bref, pas de quoi exciter un mathématicien. C’est un calcul à la portée de tout le monde, pour peu d’avoir les chiffres. On a donc bien du mal à comprendre pourquoi la ville n’est pas tout bonnement capable de donner un chiffre exact, correspondant à la situation arrêtée à un instant donné.

 

Un chiffre ou plus exactement deux chiffres : le nombre de logements sociaux et le nombre de résidences principales. Vous aurez remarqué que la ville s’abstient systématiquement de fournir ces éléments, se contenant d’avancer un taux (quand ce n’est pas plusieurs), totalement invérifiable.

 

 

Déjà 18,85% à ce jour avec les programmes à l’étude ?

Quand on peine à arriver aux 20% promis et annoncés, on peut toujours se trouver quelques ficelles à tirer. Comme celle qui consiste à calculer un taux tenant compte non seulement des programmes en cours mais pas livrés (y compris ceux qui ne sont même pas commencés !), mais aussi des programmes simplement à l’étude ! Et hop, vous arrivez ainsi à 18,85% (chiffre avancé par la mairie). Quasiment 20% quoi. Sauf que ce chiffre ne repose sur rien de tangible. Et qu’il s’abstient aussi de tenir compte des autres projets de construction, ceux qui ne produisent pas des logements sociaux. Ou pas que. Pourtant, quand comme sur la ZAC des bords du lac vous réalisez un programme immobilier avec 20% de logements sociaux, vous réalisez bien dans le même temps 80% de logements non sociaux ! Alors franchement, biaiser à ce point les calculs pour pouvoir annoncer un taux de 18,85% « qui fait rêver », c’est vraiment prendre les gens pour des billes.

 

 

Il faut 30% voire 40% de logements sociaux dans tous les programmes immobiliers

Le PLU de la commune impose la réalisation d’au moins 20% de logements sociaux dans les opérations immobilières dépassant les 5.000 m² de SHON. Curieusement, cette règle édictée en 2007 fait fi de la préconisation du SCOT de Métropole Savoie qui, dès 2005, recommandait de fixer ce taux à au moins 30%. Le PLU étant élaboré et voté par la seule commune d’Aix les Bains, c’est bien son maire et sa précédente équipe municipale qui sont responsables de cette anomalie. Jusqu’à maintenant, les promoteurs se sont bornés à respecter cette règle a minima. Faire du social, ça rapporte moins que de faire du Scellier revendu à des prix artificiellement surévalués. Et jusqu’à maintenant, on avait toujours entendu la mairie dire que les 20% en question étaient suffisants pour atteindre d’autres 20%, ceux de la loi SRU.

 

Mais voila que brutalement le pourcentage minimum de logements locatifs sociaux devant être réalisés dans le cadre de tout programme privé aurait été passé de 20 à 30%. Au passage, on n’a vu passé aucune trace d’une décision qui aurait effectivement été prise en ce sens. Et aux dires de Marc Matray, directeur du service habitat de la ville, il faudrait même passer à 40%. Le double des 20% qui il y a encore seulement 2 ans (et même moins) nous étaient annoncés comme amplement suffisants. Et Marc Matray enfonce le clou en disant que ces 40% sont nécessaires … pour rattraper le retard. Perte de sang froid ? Voila en tout cas des déclarations qui tranchent avec les propos rassurants que nous tient Dord depuis des années.

 

 

Pour atteindre les 20%, il n’y a pas de mystère

Combien faut-il de nouveaux logements sociaux à Aix les Bains pour atteindre les 20% ? Les chiffres de la situation à fin 2010 n’étant pas encore rendus publics, impossible de faire un calcul exact. Mais on peut cependant faire une extrapolation assez juste sur la base des chiffres fournis par Dominique Dord lui-même lors de sa campagne électorale de 2008. D’après lui à cette époque la ville comptait 14.138 résidences principales, dont 2.163 logements sociaux. Et ce sans y inclure les 154 logements de la SAEMCARRA et de la SNI, bizarrement non décomptés comme logements sociaux. En les prenant en compte (ce qui nous semble logique), on arrivait à un taux de 16,39%. Rappelons que ce calcul se fait sur la seule foi des éléments fournis par un candidat en campagne électorale. Pour sa part, l’état, via la préfecture de Savoie, annonçait un taux de seulement 14,40%.

 

Mais partons sur l’hypothèse des chiffres de Dord. Sur cette base, pour passer de 16,39% à 20,00%, il faut ajouter 640 nouveaux logements sociaux. Mais à condition que dans le même temps, la ville ne voit se construire aucun logement non social. Ce qui n’est bien évidemment pas le cas. A titre d’exemple, 80% des nouveaux logements de la ZAC des bords du lac sont des logements non sociaux. Ajoutons à cela qu’avec la démolition des tours de Lafin, ce sont 300 logements sociaux qui sont détruits. On voit alors que pour atteindre les 20%, et si la ville ne construisait que des logements sociaux, il en faudrait 940 nouveaux. Soit 240 de plus que l’objectif initial du Plan Habitat 2014. A chacun de conclure et de répondre à la question posée par l'Hebdo des Savoie.

 

 

Allez, rendez-vous est pris pour dans quelque temps, quand la préfecture de Savoie publiera les chiffres concernant le logement social dans le département. Cette fois-ci, on n’aura pas le droit à un discours politique, ni à des calculs aussi douteux qu’enjoliveurs. Non, la préfecture se contentera de donner des chiffres bruts. Sans fioritures. Sans commentaires. Sans tirages de plans sur la comète. Sans hypothèses hasardeuses. Et on saura alors où Aix les Bains se situe par rapport aux 18,85% revendiqués par la mairie aujourd’hui.

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> concernant le logement social, les chiffres ont toujours été à géométrie variable pour la mairie comme vous le démontrez bien avec vos différents articles sur ce blog...<br /> <br /> <br /> C'est comme si la mairie faisait exprès de balancer des chiffres en l'air comme cela histoire de créer une polémique qui n'aurait pas lieu d'être (histoire de pouvoir polémiquer sur des chiffres<br /> avec l'opposition et ainsi d'éviter de parler du fond du problème...) car il devait être pourtant simple d'avoir la transparence sur le sujet avec le nombre de résidences principales et le nombre<br /> de logements sociaux sur Aix, non ?...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Si, ce devrait être simple. D'ailleurs la préfecture de Savoie vient de rendre public (enfin presque car pour l'instant toujours rien sur le site de la préfectuire) les chiffres pour<br /> l'agglomération chambérienne (lire La Vie Nouvelle du 10 février). Pourquoi pas la même chose pour l'agglomération d'Aix les Bains ?<br /> <br /> <br /> <br />