Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 07:45

PromenadeSierroz1.jpgLa promenade du Sierroz, vous situez ? Mais non, pas celle qui va des tours de Lafin au Pont Rouge. Celle-là, il ne faut pas en parler. Parce que ça fait des années que le maire a promis aux habitants du quartier de la refaire. Et qu’il a jusqu’à maintenant réussi à ne jamais tenir sa promesse. Non, la promenade dont ont veut parler, c’est celle qui relie le boulevard Garibaldi au boulevard Barrier. Mais pas en rive droite comme on pourrait s’y attendre. Non, en rive droite, il y a une piste cyclable où piétons et cyclistes voisinent en bonne intelligence tout en se promenant. Rien à voir avec une promenade donc. Bon ca y est cette fois vous y êtes : la promenade du Sierroz c’est donc cette rue goudronnée ouverte à la circulation automobile et qui longe la rive gauche du Sierroz du boulevard Garibaldi jusqu’aux bords du lac. Pourquoi diable qualifier cette rue qui ressemble à n’importe quelle autre rue de « promenade » ? A vrai dire on n’en sait rien. Sans doute une coutume locale. D’ailleurs à quelques hectomètres de là, une autre rue parallèle est elle aussi affublée du qualificatif de « promenade ». Et même « d’allée promenade ».

 

Bon, maintenant que vous avez situé l’endroit, venons-en au cœur de cet article. Le promenade du Sierroz bénéficie d’un voisinage a priori plutôt calme : les patients du Zander, les hôtes de l’auberge de jeunesse, et les touristes et curistes qui séjournent au camping du Sierroz. A priori, pas vraiment des populations « à risque », ni des casseurs en devenir.

 

Pourtant, les barrières qui bordent le trottoir et empêchent les promeneurs (puisqu’il faut bien les appeler ainsi) de choir dans le lit du Sierroz sont régulièrement l’objet de dégradations. Mais qui donc leur en veut à ce point ? Des esthètes insatisfaits ? Il est vrai que l’esthétique des dites barrières laisse plutôt à désirer. Mais de là à transformer des amoureux de l’art en casseurs de biens publics … Le vandalisme contre ce mobilier public qui ne demande rien à personne serait-il le fait de spectateurs refoulés du festival Musilac, et se vengeant sur le premier truc passant à leur portée ? A moins que ce ne soient des campeurs exaspérés de ne pouvoir dormir à cause du vacarme de Musilac qui passent ainsi leurs nerfs.

 

Une chose est sûre. Quels que soient les auteurs de ces actes, on a bien du mal à comprendre leurs motivations. La connerie humaine semble bien être à l’image de notre univers : à la fois infinie et toujours en expansion !

 

 

LE MOT DE LA FIN

Il revient à un couple d’aixois croisé sur place : « C’est fantastique, on balance des millions pour faire des horreurs au Revard, encore plus pour le Tillet1, et on n’est même pas foutu de remplacer quelques barrières ! ».

PromenadeSierroz2.jpg

 

 

 


1 NDLR : allusion au projet de réouverture de l’embouchure du Tillet, qui devrait coûter la bagatelle de 5 millions d’euros.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article

commentaires

pascal 22/11/2010 09:50



On dirait le résultat de la chute d'un arbre...



Aix Hebdo 22/11/2010 10:43



Dans ce cas il a du en tomber des arbres sur ces malheureuses barrières. Car notre photo n'est qu'en exemple parmi d'autres, nombreux. Sans parler des barrières sur lesquelles il manque
simplement la main-courante. Et là, difficile de dire que ce serait le résultat de chutes d'arbres.



Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI