Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 07:45

BlaBla.jpgRépondant aux récentes critiques des écologistes aixois d’EELV, le maire d’Aix les Bains étale son bla-bla dans le DL, mais ne fournit aucun élément concret ni aucun chiffre à l’appui de ses dires. Et comme l’office du tourisme (OTT) est tout aussi muet, il est plus que tentant de dire que ce silence n’est du qu’à une seule chose : l’inexistence de ces éléments concrets !

 

« IL Y A ASSEZ PEU D’ANTI ». AH BON ?

D’après D.DORD, il y aurait assez peu d’opposants ou de mécontents de Musilac. Ah bon ? Mais comment diable a-t-il fait pour mesurer leur nombre ? Y a-t-il eu une grande enquête réalisée auprès de toute la population ? Non. Y a-t-il eu un simple sondage ? Non plus. Le seul argument avancé par le maire, c’est qu’il n’y aurait personne à la réunion publique organisée avant la tenue du festival. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Pour autant que l’on sache, seuls les riverains immédiats, ceux qui doivent subir le bouclage du quartier et ses laissez-passer, sont conviés à cette réunion. Laquelle n’a pas pour but de débattre, mais juste de dire aux riverains « ça va se passer comme ça et pas autrement, faudra faire avec ! ». On comprend que personne ou presque ne s’y rende.

 

 

« FAIRE DU BRUIT DANS UN FESTIVAL ROCK, C’EST MALHEUREUSEMENT LA RÈGLE DU GENRE ». POSSIBLE, MAIS ÇA N’EXCUSE PAS TOUT !

Là encore, c’est le maire qui le dit. Difficile d’après lui de faire du rock sans décibels. Sur le fond, on ne peut pas lui donner totalement tort. Les rockeux ont souvent tendance à monter allègrement le son de leurs amplis. Mais pour autant, l’argument ne vole pas bien haut. Et n’excuse en aucune façon les débordements outranciers qui se produisent chaque année. Pour le concert des Chemical Brothers, on a pu mesurer un niveau sonore régulièrement au-dessus de 85 dB, dans un quartier situé à près de 1,5 km de la scène ! Petit rappel : 85 dB, c’est le seuil d’alerte à partir duquel des lésions auditives sont possibles. Si le maire se met à tolèrer les abus de la part de Musilac, voire carrément à les trouver normaux au prétexte qu’ils sont « la règle du genre », il va devenir difficile de faire appliquer la loi à Aix les Bains. Où on finit d’ailleurs par se demander ce qui l’emporte : la loi, ou bien les « règles d’usage ».

 

Que pensez-vous qu’il arriverait à un jeune qui se ferait arrêter par la police en raison de l’absence de pot d’échappement (et donc de la présence de beaucoup de bruit) sur son scooter, s’il arguait aux policiers que « dans les cités, c’est la règle du genre » ? Il y a peu de chances que les forces de l’ordre le laisse repartir sans le verbaliser. Il est même probable que son scooter serait saisi. Et il n’est pas improbable qu’on lui collerait en plus une amende pour outrage à agent. Pourtant, il n’aurait fait qu’employer pour sa défense le même argument que celui de D.DORD pour celle du déluge de décibels musilaciens. Si l’un est recevable, l’autre doit l’être aussi. Ou alors les deux doivents être irrecevables.

 

 

« LES HOTELIERS ET LES RESTAURATEURS ONT AFFICHÉ COMPLET ». COMPLET VESTON ?

Voila une fois de plus une affirmation bien péremptoire, qui demanderait à être étayée par la présentation d’éléments et de chiffres concrets. On se souvient des photos mises en ligne par le Journal d’Aix les Bains, et prise aux terrasses des restaurants du Grand Port pendant l’édition 2011 de Musilac : pas un consommateur en terrasse, alors que le temps et l’heure s’y prêtaient tous deux. Vous avez dit complets ? Mais quand bien même d’autres auraient fait le plein, encore faudrait-il être sûr que Musilac en soit bien la raison. Et comme personne ne prend la peine de le vérifier, on demeure sceptiques. D’autant qu’on doute qu’un WE de 14 juillet, en période de vacances estivales doublée d’un pont de 4 jours, Aix les Bains ne voit pas débarquer en ses murs des visiteurs attirés par autre chose que par Musilac. Ou alors si tel n’est pas le cas, c’est que la ville n’est vraiment pas une destination touristique attractive !

 

Il conviendrait par ailleurs d’établir une comparaison avec les périodes sans évènement particulier. Ainsi qu’une comparaison avec les autres évènements estivaux. Comme le Lac en Fête, ou encore le Navig’Aix. Des manifestations qui attirent beaucoup de monde (lire par ailleurs), sans coûter des centaines de milliers d’euros aux contribuables aixois …

 

 

« DES RETOMBÉES EN TERMES D’IMAGE ». LESQUELLES, POUR QUI, POUR COMBIEN ?

D.DORD parle de retombées en termes d’image pour la ville. Mais à quoi fait-il donc allusion ? Pas la moindre trace dans les rapports d’activité de l’OTT d’une quelconque étude sur l’impact de Musilac pour ce qui concerne l’image d’Aix les Bains auprès de la population française. Oui, on dit bien de la population française puisque, d’après le maire, les retombées ont une ampleur nationale. Rien que ça ! « On s’est constitué un pressbook d’envergure nationale » déclare-t-il. Euh, ça veut dire quoi au juste ça ? Il ajoute ensuite « Ca vaut toutes les campagnes de communication ». Ah bon ? Mais ça vaut combien au juste ce « pressbook d’envergure nationale » ? Plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année. Mais combien précisément, ça demeure un secret bien gardé. Car au-delà de la subvention versée par l’OTT (donc hors du contrôle des élus, on se demande bien pourquoi) et qui serait cette année de 340.000 euros, il y a toute l’aide logistique directe ou indirecte fournie par la ville. De quoi atteindre 1 M€ par an écrivait récemment le Journal d’Aix les Bains.

 

A titre de comparaison, le budget total des toutes les actions de promotion et de communication menées par l’OTT en 2010 était de 618 K€. La subvention versée à Musilac, et qui n’est pas comprise dans ce total, représente déjà à elle seule 55% de ce budget. Rien que ce chiffre suffit à dire qu’on ne peut pas se contenter d’affirmations lancées à l’emporte-pièce à propos de présumées retombées d’envergure nationale. Il faut les mesurer, les quantifier, et voir combien chaque euro dépensé par la ville pour Musilac rapporte, et à qui.

 

 

Ce n’est sûrement pas une chose simple à faire. C’est en tout cas plus compliqué que de lancer de grandes imprécations à la face du public. Encore que … Il existe sans doute un ou deux petits trucs qui permettraient de se faire une idée des retombées de Musilac et de sa fréquentation. Par exemple en comparant les courbes d’évolution du nombre de spectateurs et de l’activité touristique de la ville. Ou encore en interrompant la tenue de Musilac pendant 1 ou 2 années, histoire de voir si cette activité en subit ou pas le contrecoup.

 

Mais comme il est fort probable qu’une telle alternative un jour échoit, on peut déjà vous livrer en avant-première le texte des prochains déclarations de la municipalité à propos de Musilac : « bla bla bla, bla bla bla, patati et patata, tournicoti tournicota … etc ! ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> <br /> Réponses à DG et son long commentaire.<br /> <br /> <br /> J'habite en centre ville, pas loin du parc de Verdure. Des spectacles au théâtre de Verdure il y en a tout l'été. 1 à 2 par semaine si le temps est beau. Si avec mes voisins on ne se plaint pas à<br /> cause , c'est :<br /> <br /> <br /> - parce que le quartier n'est jamais bouclé pour autant<br /> <br /> <br /> - on n'est pas assaillis par les décibels de 3h de l'AM à 3h du matin<br /> <br /> <br /> Comparons ce qui est comparable !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Une tondeuse ou un klaxon ça fait du bruit, oui. C'est d'ailleurs pour ça qu'il est interdit de klaxonner en ville sauf urgence, et que l'utilisation des tondeuses est réglementée par arrêté du<br /> maire. Usage interdit après 19h30 en semaine et 19h00 le samedi. Le dimanche, autorisé uniquement de 10h à 12h. Et puis 110 dB, c'est 800 fois plus fort que 85 dB !!!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 40500 recherches sur Musilac par mois sur Google. La belle affaire ! Et alors ? Moi ce que je veux comme chiffre c'est combien ça coûte aux aixois Musilac. Et combien ça rapporte à l'économie<br /> locale. Et puis je veux aussi que le maire m'explique pourquoi en 2009 il a augmenté 2 fois les tarifs des cantines (j'ai 2 gamins qui y mangent tous les jours) en disant que la ville n'avait<br /> plus les moyens de faire autrement. Si elle a les moyens de refiler 340000€ à Musilac, je suis sûr qu'elle doit aussi pouvoir faire quelque chose pour les cantines.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Et enfin non non et 3 fois non ! Toutes les activités extérieures ne créent pas les mêmes problèmes que Musilac. Exemple avec Randolac pour rester dans l'idée d'une ville jeune et dynamique. Pas<br /> de quartier bouclé, et pas de bruit pendant tout un WE jusqu'à 3h du mat'. Idem pour Navig'Aix et le lac en fête. Pourtant c'est en extérieur sur les bords du lac et il y a largement autant de<br /> monde que pour Musilac.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Merci pour ces réponses. Juste une remarque. La puissance sonore doublant tous les 3 dB, 110 dB représentent une puissance environ 322 fois supérieure à 85 dB (2^(25/3)). Et non 800 fois comme<br /> vous l'écrivez. Mais 322 fois plus, c'est déjà pas mal ! Corrigez-nous si on se trompe.<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> Je suis un fidèle lecteur de votre blog depuis quelques temps déjà. Je partage certaines de vos remarques sur la vie aixoise mais depuis depuis sa tenue mi juillet votre blog reçoit de nombreux<br /> articles anti-Musilac et je dois dire que je ne partage pas votre point de vue tranché sur ce cas.<br /> <br /> <br /> Cela ressemblerait presque à une campagne de dénigrement avec un parti pris ouvertement affiché.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> D'abord, je voudrais dire que je ne suis pas un partisan du maire d'Aix les Bains. Je trouve certaines de ces décisions sensés(mais nous allons y revenir) et suis opposés à d'autres (certaines<br /> opérations immobilières notamment). Tout ça pour dire que je me considère comme un électeur moyen.<br /> <br /> <br /> En ce qui concerne Musilac:<br /> <br /> <br /> -Vous devez savoir qu'Aix les bains est une ville vieillissante (un article a récemment été mis en ligne sur le sujet sur votre site) et qui était jusqu'à présent connu pour son thermalisme.<br /> Quoique l'on en dise, on ne peut pas dire que cette image de ville thermale soit particulièrement dynamique.<br /> <br /> <br /> Mais c'est un fait, le thermalisme est une activité qui apporte beaucoup à Aix les bains. Le principal problème est que la manne économique du thermalisme risque de se tarir dans les années qui<br /> viennent.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le système de sécurité sociale est largement déficitaire et, en ces temps de rigueur annoncée, on peut s'attendre à la réduction (voire suppressions) de certains remboursement de prestations<br /> sociales. Sans ces subventions de la sécurité sociale et des mutuelles, que restera t'il de la vie économique d'Aix les bains?<br /> <br /> <br /> Changer l'image de la ville pour la présenter comme une ville jeune et située entre lac et montagne (activités nautiques, promenades/VTT en été et ski en hiver) est donc important. Et c'est là<br /> que Musilac prend sa place.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> -Vous évoquez le problème du bruit. Oui, Musilac est un festival donc oui, le volume sonore est forcément supérieur au 85db que vous mettez en avant dans votre article. Pour information: un<br /> volume de 85 db correspond à peu près au volume d'un klaxon de voiture ou d'une tondeuse à gazon en fonctionnement. Il est donc clair que pour diffuser de la musique en extérieur à une audience<br /> de plus de 25 000 personnes, il faut dépasser ce volume. Les concerts correspondent en général à un volume de 110-120 db. C'est effectivement un volume élevé mais toute activité en extérieur pose<br /> ce genre de problèmes.<br /> <br /> <br /> Votre exemple sur le jeune sans pot d'échappement est intéressant, mais je n'ai vu aucun article sur le bruit des feux d'artifices par exemple. Le volume des feux d'artifices d'Aquascénies<br /> dépassent largement les 140db pour un spectacle qui a lieu en plein centre ville et donc un pouvoir de nuisance bien supérieur à Musilac. Faut il les supprimer? Les délocaliser au milieu de nul<br /> part pour éviter le dérangement? Je ne le pense pas.<br /> <br /> <br /> Ayons un peu de bon sens,ces désagréments sonores ne durent que trois soirs dans l'année. Ce n'est pas la fin du monde.<br /> <br /> <br /> -En ce qui concerne les retombées du festival, voici un extrait d'un article de L'Essor Savoyard ou parole est donné à la présidents du club des hoteliers aixois:<br /> <br /> <br /> Les retombées sont concrètes pour les hôteliers d'Aix-les-Bains et ses alentours. L'Hôtel Iroko au grand port, par exemple, était principalement occupé par des techniciens et les autres<br /> clients ne se sont pas plaints du bruit car ils avaient été prévenus.<br /> « Musilac annonce le début de la saison estivale. Au fil des éditions, la clientèle se fidélise. Globalement, nous avons eu un bon remplissage et de bons retours. On a très peu de remarques<br /> de la part de ceux qui ne sont pas venus pour cette occasion. C'est devenu un événement attendu  » déclare avec satisfaction Marie-Hélène Albert, présidente du club des hôteliers<br /> aixois.<br /> <br /> <br /> Cet article est il de parti pris?<br /> <br /> <br /> -En terme d'image, de mon point de vue, Musilac apporte beaucoup. Certes, je ne fréquente pas beaucoup de curistes (je suis un jeune trentenaire et la population cible des cures thermales est<br /> clairement centré sur les seniors – il suffit de se promener dans les rues de la ville pour s'en rendre compte), mais la population jeune (disons 35 ans et moins) de la région commence à<br /> connaître Aix les Bains via Musilac: Il s'agit du plus grand festival pop-rock de la région Rhône Alpes. Ceci dit, j'entends bien que vous demandez des chiffres.<br /> <br /> <br /> Je me suis amusé à un petit jeu: Google met à disposition un outil qui permet d'obtenir le nombre de recherche par mot clé et par mois.<br /> <br /> <br /> Voici donc les resultats :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Aix les bains: 301 000 recherches<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Aix les bains thermes: 12 100 recherches<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Musilac: 40 500 recherches<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Pour faire simple: 40 500 recherches sous le nom de Musilac sont effectuées en moyenne chaque mois sur Google. Ce qui n'est pas un mauvais résultat pour un festival qui ne dure que trois jours<br /> dans l'année.<br /> <br /> <br /> (Pour information,et comparaison quelques autres festivals francais: vieilles charrues 246 000, solidays 90 500, eurockéenne 74 000)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Pour finir ce commentaire, je voulais juste terminer sur le rappel d'un concert donné en aout 1979 au théatre de verdue (je n'étais pas encore né) et qui avait déjà défrayé la chronique: Celui<br /> d'AC/DC.<br /> <br /> <br /> Déjà à l'époque, les curistes avaient montrés leur désapprobations et les jeunes étaient enchantés par ce concert. Les articles de presse de l'époque en témoignent:<br /> <br /> <br /> http://imageshack.us/f/140/dauphin79.jpg/<br /> <br /> <br /> http://imageshack.us/photo/my-images/18/extraitdujournalvert010.jpg/<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Il n'empêche que notre petite ville thermale était déjà rentrée dans la grande histoire du rock comme l'une des premières villes françaises à accueillir le groupe. Alors qui sait,peut être<br /> qu'avec le temps notre petite ville arrivera à se faire au son des guitares éléctriques?<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Ouf ! Ce n'est plus un commentaire, c'est un article complet à lui tout seul tant il est long . On se contentera de<br /> réagir ... brièvement, et sur un seul point pour le moment. Mais nous reviendrons plus longuement sur vos arguments à la rentrée de septembre.<br /> <br /> <br /> Loin de nous l'idée de mener une campagne de dénigrement. Nous ne sommes pas anti-musilaciens. Mais plutôt alter-musilaciens. Autrement dit on croit que ce festival peut être fait autrement, en<br /> respectant mieux les droits, les envies et les devoirs de chacun. Cela fait 10 ans qu'il est le fait du prince, sur lequel même les élus locaux n'ont pas leur mot à dire. Depuis 2002, la ville a<br /> dépensé plusieurs millions d'euros pour Musilac (3,4 M€ rien qu'en subventions). On vous laisse imaginer tout ce qui aurait pu être fait pour les jeunes aixois rien qu'avec la moitié de ce budget<br /> ... En gardant à l'esprit qu'ils en profiteraient toute l'année, et non 3 jours par an.<br /> <br /> <br /> <br />