Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 07:45

Nous avons reçu de nombreux témoignages et messages concernant Musilac. Certains virulents, à l’encontre du festival, de son bruit, des dépenses inconsidérées qu’il génère. D’autres tout aussi virulents mais à notre encontre, nous qualifiant d’opposants à tout, d’arrière-gardistes (sic) ou encore de rétrogrades. Signe que tous les goûts sont dans la nature humaine et qu’il serait de bon ton d’ouvrir un vrai débat sur ce festival, au lieu de le laisser continuer à exister du seul fait du prince.

 

Parmi les messages reçus, nous avons choisi celui ci-dessous. Choix arbitraire on en convient. Mais après tout nous aussi on a le droit à notre fait du prince. D’autant plus que celui-ci ne coûte pas un centime aux contribuables aixois.

 

Le message est en forme de lettre ouverte adressée à Dominique Dord de la part d’un de ses administrés. Bonne lecture.

 

 

Monsieur le Maire,

 

A la fin de l’automne dernier, ma première fille nous a fait part de son intention de se marier dès l’entame du prochain été. Aixois de naissance et ayant toujours habité la ville, je ne me voyais pas marier ma fille ailleurs que dans cette cité qui m’a vu grandir. Je me suis donc mis en quête d’un lieu à même d’accueillir la noce et ses convives. Dans la plupart des communes de France, ce lieu existe. Généralement il s’appelle salle des fêtes, ou salle communale ou encore salle polyvalente. Un lieu mis à disposition des habitants et des associations contre une somme modique, permettant ainsi à chacun, fortuné ou pas, d’organiser ses évènements familiaux ou associatifs.

 

J’étais pour tout vous dire empli d’espoir et de certitudes. Je me souvenais en effet avoir assisté fin 2001 à une séance du conseil municipal au cours de laquelle vous aviez annoncé sans ambages que la ville restait une des seules du département à ne pas avoir de salle des fêtes, mais que grâce à vous cette anomalie serait corrigée dès 2002. Las ! En guise de salle des fêtes, on m’a renvoyé vers la location de l’espace polyvalent du centre des congrès. Une location qui m’aurait coûté la bagatelle de près de 1.700 euros pour la journée. Bien plus que ce que mes modestes moyens me permettaient. Et puis pour tout vous dire, le centre des congrès ce n’est pas très folichon pour un mariage. Pas de jeux pour les enfants, pas d’espaces verts, sauf à traverser une rue fort passante.

 

En accord avec les parents de mon futur gendre, nous nous sommes donc rabattus sur la salle des fêtes de la petite commune voisine où ils résident. Cela nous a coûté quatre fois moins cher. Tout le monde a pu se garer sans problème. Les enfants ont pu profiter des jeux, des prés et des bois environnants en toute liberté et en toute sécurité. Ce fut un beau mariage.

 

Si je vous écris aujourd’hui cette lettre, ce n’est pas dans l’espoir d’une réponse. Sinon je vous l’aurais adressée directement au lieu d’en faire profiter tout le monde. Mais il y a bien longtemps que je n’attends plus de réponses de votre part. Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace. Je n’attends plus de réponses, mais ça ne m’empêche pas de poser des questions quand même. J’aimerais par exemple savoir si vous avez l’intention de tenir un jour votre promesse de 2001 concernant une vraie salle des fêtes pour les évènements familiaux, notamment ceux des aixois les plus modestes comme vous le disiez vous-même à l’époque.

 

Mais ce qui m’a décidé à rédiger cette missive, c’est d’apprendre par la presse électronique que depuis des années vous subventionnez le festival Musilac, et qu’en plus ses organisateurs ne déboursent pas un centime pour occuper plusieurs jours durant plusieurs hectares de terrain sur les bords du lac. Pourriez-vous m’expliquer comment il se fait que je doive moi, qui paie des impôts locaux à Aix les Bains depuis près de 40 ans, débourser une somme conséquente et hors de mes moyens pour occuper l’espace polyvalent pendant une petite journée, alors que dans le même temps une société privée qui fait des bénéfices ne doive pas bourse délier pour l’usage exclusif et commercial des bords du lac, et que qui plus est vous lui versiez chaque année des centaines de milliers d’euros prélevés sur les impôts des aixois ?

 

Monsieur le Maire, je ne vous salue pas.

 

A.H.

 

 

NDLR : En voila une question qu’elle est bonne ! Dommage que, comme le dit fort bien notre correspondant, l’espoir d’une réponse digne de ce nom est vain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI