Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:45

Le 28 juin dernier, les élus municipaux aixois1 ont approuvé la vente des terrains du parking du boulevard Wilson à la SOLLAR. Ultime étape en date d’un projet immobilier qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et suscité pas mal de controverses.

Selon les termes de la délibération, cette vente intervient sans que la SOLLAR ne soit tenu à quoi que ce soit. Tant en termes de projet, que de calendrier. Elle peut donc aussi bien décider de revendre le terrain, que d’y construire un immeuble de bureaux. Et elle n’est en aucune façon contrainte dans le temps, aucune clause n’ayant été insérée en ce sens dans la délibération. Voila une façon de faire qui présente bien des similitudes avec la cession des terrains du Bois Vidal (baptisés de la Crémaillère pour l’occasion) à la famille Garancini en 2001. Dans cette opération, il n’y avait pas non plus de projet précis, et aucune contrainte temporelle. On voit le résultat aujourd’hui : toujours rien de réalisé (mais où est donc passé le centre de recherche en cosmétique et ses 150 emplois ?), et un acheteur qui attend désormais une modification du PLU pour toucher le jackpot2.


Les raisons qui ont amené 8 élus à s’opposer à cette vente sont multiples et variées. Pour les élus Modem membres de la majorité Dord (M.Ferrari et JJ.Mollie), le problème se situe dans l’absence de projet concret, et dans l’absence de garantie sur la réalisation d’un parking permettant de répondre aux besoins de aixois et des usagers de la gare. Une position partagée au moins en partie par T.Guigue (Aix de tout cœur), qui y ajoute l’absence d’intérêt public pour les aixois. Il est vrai que ceux-ci disposent aujourd’hui à cet emplacement d’un parking de 160 places qui ne leur coûte rien. Quant aux élus d’Aix Avenir, leurs motivations s’appuient à la fois sur des aspects financiers et sur des aspects humains. Pour eux, il est aberrant de vouloir réaliser des logements sociaux dans un endroit aussi pourri (sic), coincé entre la voie ferrée et le boulevard Wilson. Ce dernier argument a été qualifié de théologique par Dord le 28 juin dernier. Comme on ne voit pas très bien ce que Dieu ou la religion viendrait faire là-dedans, on suppose que Dord reproche aux élus d’Aix Avenir un certain dogmatisme. Autrement dit qu’ils refusent ce projet non sur des arguments pratiques, mais par principe.

Pour appuyer son propos, Dord argue que partout en France (sic), d’autres villes construisent des HLM en bordure de voie ferrée, voire à proximité immédiate d’une gare. Et cite Lyon en exemple. Il n’est bien évidemment pas question de nier l’existence de ce type de réalisations. Mais il faut en revanche s’interroger sur la nécessité, ou l’obligation, de reproduire ce schéma à Aix les Bains. Les situations aixoise et lyonnaise sont difficilement comparables. La pression immobilière et foncière est sans commune mesure entre les deux villes. Même si Aix a des contraintes, elle dispose encore d’autres options pour réaliser, y compris en centre ville ou à proximité immédiate, des opérations comprenant une trentaine de logements sociaux. On pense par exemple au parking Victoria (à 200m du parking du boulevard Wilson), ou encore aux terrains du Bois Vidal déjà évoqués plus haut dans cet article.

La question qui se pose ne concerne donc pas celle de la faisabilité technique de l’opération (oui, il est possible de construire des logements en bordure de voie ferrée), mais bien celle de l’opportunité de cette réalisation. A quels besoins ce projet doit-il répondre, et n’est-il pas possible de répondre à ces besoins en faisant mieux ailleurs ?

Une question d’importance, à laquelle nous essayerons d’apporter une réponse demain, dans un second article. D’ici là, on peut d’ores et déjà constater que la méthode employée pour conduire ce projet est très éloignée de la ligne de conduite fixée dans l’Agenda 21 de la ville, défini en mai 2006, après 3 ans ½ d’élaboration. Dans ce document, la municipalité affiche sa volonté de, on cite, « systématiser l’implication des citoyens dans la conception et la mise en œuvre des projets de la ville ». Il y est aussi question de « favoriser l’initiative et la participation des citoyens à la vie locale ». Force est de constater que dans le projet du boulevard Wilson, comme dans bien d’autres, cette volonté affichée est restée au stade de la déclaration d’intention, et ne s’est traduite par aucune action concrète.

Pas le moindre débat public organisé sur ce projet. Aucun appel à idées. Aucune implication des habitants. Pas même une simple consultation. De leur côté, les élus d’Aix Avenir appellent depuis longtemps à un grand débat sur les projets d’aménagement du secteur (Wilson, Victoria …). Un débat à l’occasion duquel les citoyens pourraient être impliqués, donner leur avis, soumettre des idées, se prononcer sur différents projets. Dont par exemple celui présenté par Aix Avenir à l’occasion des élections municipales de 2008.

Mais apparemment, en matière de démocratie participative, Dord est peut-être croyant, mais pas encore très pratiquant.

 

 

(la suite à lire demain)

 

 


1 26 voix pour, 8 voix contre (M.Ferrari, JJ.Mollie, F.Brunetti, D.Delage-Damon, H.Boileau, A.Zalif, C.Serra et T.Guigue). Autrement dit seuls les élus de la majorité ont voté pour.
2 La modification pressentie pour le PLU pourrait permettre à la famille Garancini de s’affranchir de la limitation actuelle, imposant de ne réaliser qu’un projet à dominante d’activité thermale. Si cette clause devient caduque, les terrains, achetés 15 euros le m², pourraient voir leur valeur multipliée par 20 voire bien plus. Sur 30.000 m², la plus-value aurait vraiment des allures de jackpot dépassant les 8 millions d’euros ! Aix les Bains n’est pas une ville de casinos pour rien. Sauf que dans le cas présent, la « chance » des joueurs ne devrait pas grand-chose au hasard.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI