Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 07:45

Lors du conseil municipal du 28 juin dernier, le projet immobilier du boulevard Wilson est revenu devant les élus pour la 3ème fois. A cette occasion, on a eu le droit à une mini passe d’armes entre le maire et les élus d’opposition. Mais comme d’habitude, le débat a tourné court, Dord s’octroyant, comme souvent sur les délibérations importantes, la majorité du temps de parole. Dans le cas présent, les 2/3 du temps. Soit une vingtaine de minutes durant lesquelles il saute du coq à l’âne, assénant au passage quelques vérités bien senties. Mais s’agit-il vraiment de vérités ?

On entend par exemple Dord affirmer que dans son projet initial, la ville devenait propriétaire d’un parking en ouvrage de 224 places, alors que, dans le dernier projet en cours, elle ne se retrouve propriétaire de plus rien. Et ceci, bien évidemment, par la faute des élus d’opposition et de leurs recours contre son projet devant le tribunal administratif. Rappelons donc quelques éléments factuels, qu’il s’est bien gardé de remémorer aux élus municipaux le 28 juin dernier.

Premier élément, si dans le projet initial la ville devenait bien propriétaire d’un parking de 224 places, ce n’était qu’à l’issue de la durée du bail emphytéotique. C'est-à-dire dans 30 ans. En 2040 donc ! Entre temps, la ville, et donc le public, n’aurait eu que l’usage d’environ 1/3 des places (87) du parking.

Deuxième élément, pour acquérir dans 30 ans la propriété du parking, Dord et ses colistiers étaient prêts à faire payer aux aixois la somme de 15 millions d’euros1. Soit 64.000 euros la place de parking, quand le coût de construction d’une place de parking en ouvrages est estimé par la mairie elle-même à environ 20.000 euros.

Troisième élément, à l’issue des 30 années du bai emphytéotique, la ville aurait bien récupéré la propriété des 224 places, mais pas l’usage de la totalité de ces places. Pour une raison bien simple : 137 de ces places sont allouées aux logements, commerces et bureaux, dans le cadre de ce qu’impose le PLU. Dans 30 ans, ces places seront toujours dévolues aux logements, commerces et bureaux. La ville aurait donc récupéré la propriété d’un parking de 224 places, mais avec 137 réservées à un usage privé, et seulement 87 pour un usage public. Pour autant que l’on sache, la ville, collectivité publique, n’a pas pour mission de financer (ni de gérer) des places de stationnement privées.

Quatrième élément, il est faux de dire qu’aujourd’hui la ville ne se retrouve propriétaire de plus rien par la faute des élus d’opposition. Avec l’abandon du projet initial (celui du bail emphytéotique) suite aux recours déposés, la ville ne se retrouve pas propriétaire de plus rien : elle se retrouve propriétaire d’un terrain qui lui appartient depuis des décennies, qui ne lui coûte pas un centime, et qui jusqu’au 17 juin dernier (date à laquelle le maire en a fait condamner l’accès) servait de parking public gratuit pour 160 véhicules. Ce n’est que du fait du nouveau projet de Dord que la ville ne se retrouve propriétaire de plus rien. Propriétaire de plus rien et, qui plus est, sans la moindre maîtrise de ce qui sera réalisé sur ce terrain.

La suite à lire bientôt, avec un parallèle entre ce projet et celui des terrains de la Crémaillère, en bordure du Bois Vidal.




LE MOT DE LA FIN
Entendre Dord fustiger les élus de gauche parce qu’à cause d’eux, le futur parking du boulevard Wilson sera le seul parking public de la ville sous gestion privée, voila qui ne manquait pas de sel. Quel paradoxe de voir le député-maire-président-trésorier s’ériger ainsi en grand défenseur de la gestion publique des services publics. Est-ce bien le même homme qui en 2009 n’a au de cesse de nous vanter les mérites et les bienfaits présumés de la privatisation des thermes publics d’Aix les Bains ? Est-ce le même homme qui défendait bec et ongles un projet de pôle santé privé à Drumettaz pour assurer le service public de soins sur le bassin aixois ? Est-ce le même homme qui s’apprête à privatiser dans « sa » ville le service de l’éclairage public ?

 

 

 

 


1 15 millions dans le projet de 2007/2008. Transformés en 8 millions dans le projet de 2009. Ce qui laissait encore la place de parking à 35.000 euros.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI