Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 07:45

Allez savoir pourquoi, mais pendant cette entre deux tours, on s’est dit qu’une ou deux petites piqûres de rappel ne feraient de mal à personne. Certes, la personne la plus directement concernée par ces rappels n’est pas candidate aux élections en cours. Et pour cause, en cumulant déjà les fonctions de député, de maire et de président de la CALB, il ne peut pas prétendre ajouter une 4ème corde à son arc. Reste que certains de ses affidés, qui soutiennent sa politique, sont eux présents au 2nd tour … autant s’en souvenir.

 

Peyrefitte, ou comment financer les bénéfices d’une société privée sur fonds publics

http://img.over-blog.com/192x208/2/21/27/07/2009-02/Peyrefitte.jpgC’est en 2006 que l’école Peyrefitte a posé ses valises à Aix les Bains. Aux dires du député-maire, Peyrefitte était le premier établissement d’enseignement supérieur à s’implanter à Aix. Manque de pot (pour Dord), le lycée de Marlioz proposait des formations d’enseignement supérieur (BTS) bien avant que Peyrefitte ne débarque en ville. Mais que voulez-vous, on ne peut pas faire le beau à Paris, habiter à La Motte Servolex, faire des piges à Aix et savoir ce qui s’y passe !

 

Quoi qu’il en soit, Dord a accueilli l’école Peyrefitte à bras ouverts. Et même grand ouverts. En offrant à cette société privée 1.000 m² dans les anciens thermes. Lesquels venaient fort opportunément d’être rénovés … sur fonds publics. Mais ça ne suffisait pas. Alors Dord a consenti à Peyrefitte, avec l’appui de sa majorité municipale, un loyer défiant toute concurrence : 5.000 euros par an. 417 euros par mois ! Mais ça n’était visiblement pas encore assez aux yeux de Dord et de ses conseillers municipaux. Ils ont donc ajouté dans la corbeille la promesse de reloger l’école Peyrefitte aux mêmes conditions financières, si d’aventure celle-ci se trouvait contrainte de quitter ses locaux des anciens thermes. Et comme ça ne suffisait visiblement pas encore, ils ont ajouté une ultime couche, cerise sur la cerise sur le gâteau, en garantissant ces conditions financière ad vitam aeternam.

 

Depuis, il y a eu un léger mieux, si on ose dire. De 5.000 euros par an, le loyer est passé à 10.000 euros. Soit 834 euros par mois, toujours pour 1.000 m² en plein centre ville, dans un bâtiment historique rénové à grands frais par les collectivités publiques. 834 euros par mois, c’est au bas mot le 10ème du prix du marché.

 

Un prix bas grâce auquel la très privée société Peyrefitte (enregistrée auprès des autorités sous le nom d’ITCC) peut réaliser des bénéfices. 5.000 euros en 2007, 97.000 euros en 2008, et 232.000 euros en 2009. On parle là d’un bénéfice net après impôts.

 

Quelqu’un pourrait-il nous expliquer pour quelles raisons la ville d’Aix les Bains, désormais propriétaire des anciens thermes, devrait continuer à financer avec l’argent public les bénéfices d’une société privée ? Quelqu’un peut-il nous donner une bonne raison pour que la ville ne facture pas à Peyrefitte le juste prix de son loyer ?

 

 

Ci-dessous : jusqu'en 2009, le loyer de Peyrefitte était de 417 euros par mois !

Il est passé à 834 euros par mois en 2010. Encore bien loin du prix du marché.

http://idata.over-blog.com/2/21/27/07/2009-01/SoldesThermesPeyrefitte.jpg

 

 

La suite bientôt avec Léon Grosse et son ilot Verlaine …

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Photo73 24/03/2011 22:09



Coquille :


"5.000 euros par an. 417 euros par an !" 417€/mois.



Aix Hebdo 25/03/2011 08:41



Oups ! Coquille corrigée, merci de l'avoir repéré. Et on confirme : le loyer initial était bien de 5.000 euros par an, soit 417 euros par mois.



Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI