Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 07:45

Essor25042008-page10-conseilsQuartiers.jpgInscrits comme action prioritaire dans l’Agenda 21 de la ville en 2006, adopté à l’unanimité par le conseil municipal, les conseils de quartiers ne sont toujours pas en place 5 ans plus tard. Mais à qui cette richesse pour la démocratie locale fait-elle autant peur ?

 

La rédaction de l’Agenda 21 de la ville a été un travail de longue haleine. Qui a réuni dans un même élan l’ensemble des acteurs de la ville : élus, services municipaux, acteurs économiques, associations et simples citoyens. D’un commun accord, tout ce petit monde a décidé de faire la création des conseils de quartiers une action prioritaire à conduire sur la ville. Plus de 5 après l’adoption de l’Agenda 21 à l’unanimité par le conseil municipal, les conseils de quartiers ne sont toujours pas en place. Et la municipalité n’a pas entreprise la moindre démarche en ce sens. Elle freine au contraire des quatre fers. Se retranchant des arguments tous aussi vides les uns que les autres. Revue de détail.

 

« Les réunions de quartiers sont bien suffisantes »

Voila ce que dit en substance Dominique Dord. Ces réunions existaient pourtant avant que l’Agenda 21 ne soit rédigé. Si ces rédacteurs ont jugé que la création des conseils de quartiers devait être une action prioritaire, c’est bien que les réunions annuelles de la mairie ne sont pas suffisantes. Et comment pourraient-elles l’être ? Lors de ces réunions, le temps de parole est monopolisé plus de 80% du temps par le maire ou un de ses proches. Ces réunions ne sont pas de la démocratie participative. Elles ne permettent en rien l’implication des habitants dans les décisions touchant à la ville.

 

« Je préférerais passer plus de temps à débattre des grands chantiers »

Encore une affirmation à l’emporte-pièce du maire. Car en pratique il ne tient qu’à lui de passer plus de temps à débattre des grands chantiers avec la population. Lors des réunions de quartiers, il lui suffirait de supprimer son discours d’introduction, inutilement long et souvent très politisé. Et de supprimer aussi le diaporama en forme d’inventaire à la Prévert qui s’ensuit. Voila qui laisserait plus de temps et de place pour débattre. Mais pour débattre des grands sujets, encore faut-il le vouloir. Et à voir comment le maire rembarre tout intervenant se risquant à poser des questions ou à émettre un avis sur ces sujets, on se dit que ce n’est pas vraiment ce qu’il souhaite.

 

« Les conseils de quartiers ça coûte cher »

C’est Dord qui le dit, alors on est prié de le croire. Même s’il est bien en peine d’avancer un quelconque chiffre à l’appui de ses propos. Il faudrait parait-il embaucher plusieurs personnes pour faire tourner les conseils de quartiers. Ah bon, mais pourquoi faire ? Avec un adjoint chargé de la vie des quartiers (Pascal Peller), et une adjointe chargée de la citoyenneté (Myriam Auvage), la municipalité dispose déjà de 2 personnes dont le rôle colle parfaitement avec l’animation des conseils de quartiers. 2 personnes qui ont déjà à leur disposition le personnel nécessaire en termes de secrétariat. On ne voit donc pas en quoi la création des conseils de quartiers nécessiterait l’embauche de plusieurs personnes supplémentaires comme l’affirme le maire. Lequel est d’ailleurs moins regardant sur les embauches quand il s’agit de renforcer son premier cercle de fidèles.

 

«  La demande de création des conseils de quartiers est instrumentalisée par un parti politique »

C’est lors des réunions de quartiers de 2010 que l’association Europe Ecologie Aix les Bains & Environs a relancé l’idée de la création des conseils de quartiers. Une idée soutenue également par l’association Aix Avenir, et par un certain nombre d’aixois à titre individuel. Aucune instrumentalisation politicienne dans tout cela, contrairement à ce qu’affirme Dord. D’ailleurs le débat initié a été ensuite volontairement mis entre parenthèses par ses initiateurs, en raison des élections cantonales. Il s’agissait précisément de ne pas faire de confusion entre une campagne électorale, forcément politique, et la démarche de création des conseils de quartiers, qui sont eux par nature apolitiques.

 

 

Qui a peur des grands méchants conseils de quartiers ? Mais Dord bien sûr !

Dord et son premier cercle de fidèles. Qu’ils soient élus ou pas. Leurs peurs ? Perdre une once de pouvoir. Ne plus être les seuls à décider. Ne plus avoir le contrôle sur tout. Voir la ville leur échapper. Voir les habitants prendre leur ville en main, contester la réalisation de certains projets, en proposer d’autres et arriver à les imposer.

 

 

Aixoises, aixois, il est temps de vous réveiller. Les conseils de quartiers, tout le monde les veut. Tout le monde sauf le maire un petit carré de proches. Ce n’est pas à eux de décider ! Les conseils de quartiers ne sont ni chers, ni difficiles à faire vivre, ni inutiles, ni inadaptés à la taille d’Aix les Bains, ni instrumentalisés par tel ou tel parti politique. Les conseils de quartiers sont le seul moyen de redonner un réel pouvoir aux habitants. De leur permettre d’influer sur les décisions. D’orienter la politique conduite sur la ville. D’apporter des réponses aux problèmes du quotidien mais aussi de débattre de grands sujets.

 

Les conseils de quartiers fonctionnent dans des tas d’autres communes, Dont certaines plus petites qu’Aix les Bains. Et partout où ils existent, ils donnent satisfaction à tout le monde. Alors pourquoi pas ici ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI