Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 07:45

OTTRapport2010.jpgL’office du tourisme et du thermalisme (OTT) a présenté aux élus, lors du dernier conseil municipal, son rapport d’activité 2010. Un rapport important puisque cet organisme public, satellite de la mairie, tire la majeure partie de ses recettes des subventions municipales. Lesquelles, qu’elles soient en espèces ou en nature, voisinent avec les 3,5 millions d’euros par an. A la lecture du rapport remis par les dirigeants de l’OTT, il y a de quoi rester sur sa faim.

 

Outre le fait que l’OTT bénéficie de subsides conséquents versés par la collectivité (3,5 millions), son champ d’intervention est en effet très vaste. L’OTT a en charge la promotion touristique et thermale de la ville. Il gère aussi en grande partie l’animation. Ainsi que l’accueil des groupes et des particuliers, le centre des congrès, la centrale de réservation, les visites guidées et le camping municipal du Sierroz. Avec un éventail aussi large, on est en droit de s’attendre à un rapport conséquent. Et là première surprise, le document remis aux élus fait en tout et pour tout 31 pages, page de couverture et sommaire compris. Soit au final tout juste 29 pages pour présenter le rapport d’activité de l’organisme le plus subventionné par la ville et qui possède le plus large champ d’intervention. Autant dire qu’on a bien du mal à croire que ce document ait pour vocation d’informer pleinement les élus de la situation et de l’activité de l’OTT pour 2010. Ce qui devrait pourtant être le cas. A titre de comparaison, la SAUR, qui n’a en charge « que » la gestion de l’eau potable de la ville, présente elle un rapport d’activité de 78 pages.

 

 

THERMALISME


Le rapport de l’OTT ne s’attarde pas très longtemps sur le thermalisme, si ce n’est pour évoquer les actions spécifiques de communication mises en place. Et si ce n’est au travers de cette superbe phrase, tirée du « rapport moral » : « Dans le registre des victoires et des bonnes surprises, nous pourrons aussi retenir de 2010 […] un espoir de rebond de la fréquentation thermale ». Faut-il classer cet espoir de rebond (sic) dans la catégorie des victoires ou dans celle de bonnes surprises ? Le rapport ne le dit pas. Mais avec une fréquentation de l’ordre de 25.000 curistes en 2010, contre plus de 35.000 au début de la décennie, il parait bien difficile de crier victoire. Surtout quand dans le même temps la ville et les autres collectivités publiques (état, région, département) ont vu s’envoler plusieurs dizaines de millions d’euros de patrimoine, bradé à une société privée pour 3 petits millions. Pour ce qui est d’une surprise, il y en a bien une. Mais pas sûr que ce soit une bonne surprise.

 

Car la surprise en question c’est de voir l’OTT s’émerveiller du petit regain de fréquentation de 2010, tout en oubliant qu’il y a 10 ans son actuel président en exercice, Dominique Dord, promettait aux aixois que grâce à lui, s’ils l’élisaient, la fréquentation thermale passerait au dessus de la barre des 40.000 curistes dès 2005.

 

A l’OTT, en matière de thermalisme, on a le triomphe facile et la mémoire très courte.

 

 

 

CAMPING MUNICIPAL DU SIERROZ


Commençons par cette phrase mémorable, extraite mot pour mot du rapport d’activité de l’OTT : « La tarification proposée en 2009 a été maintenue en 2010 avec seulement une hausse de 2% ». Dit en langage clair et courant, sans avoir recours aux « trucs » des communicants, cette phrase peut également s’écrire « Les tarifs appliqués en 2010 étaient en hausse de 2% par rapport à ceux de 2009 ». Mais non, il est interdit de parler d’augmentation. Au camping municipal du Sierroz, les tarifs n’augmentent pas d’une année sur l’autre : ils sont maintenus … mais avec une hausse ! Une logique (?) sémantique qui n’est pas sans rappeler celle de la SAUR qui, dans son rapport 2009, parlait de « non-amélioration (sic) des performances du réseau d’eau ». Une formule à la graisse de hérisson pour éviter d’avoir à parler de dégradation des performances, ce qui était pourtant le cas en 2009, avec un taux de fuites supérieur à celui de 2008. Quant les fuites diminueront, la SAUR parlera-t-elle d’amélioration, ou bien de non-dégradation des performances ?

 

Pour en revenir au camping du Sierroz, on note que le chiffre d’affaires progresse de 11% par rapport à 2009. On note aussi que, bien que emplacements qui lui sont réservés aient été diminués de plus d’un tiers depuis 20081, le camping traditionnel (tente, caravane, camping-car) représente toujours près des deux tiers des recettes du camping. Le succès du camping traditionnel ne se dément donc pas, contrairement à ce que Dord tente de nous faire entrer dans le crâne depuis 2004 et le lancement de sa ZAC. Une ZAC dont le périmètre initial incluait tout le terrain du camping du Sierroz, appelé à être transformé en résidence de tourisme et en centre commercial. Une vision très dordesque qui, sans les échecs successifs de tous les projets du maire pour implanter le camping ailleurs (Brison, Grésy, le Viviers, Drumettaz, Pugny), serait aujourd’hui une réalité.

 

Là aussi, il serait honnête que le rapport de l’OTT fasse état de cette vérité : depuis plusieurs années, son président de droit n’a de cesse que de vouloir raser le camping du Sierroz pour laisser la place aux promoteurs immobiliers et à leur béton. En lieu et place de quoi ce rapport se contente de se féliciter des excellents résultats du camping. Résultats qui seraient nuls si le maire était arrivé à ses fins, pour la bonne et simple raison que le camping municipal du Sierroz n’existerait plus aujourd’hui. Et qu’il aurait été remplacé par un camping sous gestion … privée, bien évidemment. Dès que quelque chose marche bien à Aix, il faut le privatiser, au lieu de continuer à en faire profiter la collectivité.

 

Un dernier pour la route à propos du camping : les responsables de l’OTT et les élus de la majorité se gargarisent aujourd’hui du succès des mobil homes. En oubliant que ces mobil homes, le gérant du camping les a réclamés en vain à cors et à cris pendant des années. En vain car la municipalité avait déjà en tête de raser le camping du Sierroz pour laisser la place à la ZAC et à sa forêt de béton. Ce n’est qu’après avoir essuyé plusieurs échecs pour recréer un camping ailleurs que Dord et ses acolytes se sont résolus à implanter des mobil homes au Sierroz. Non sans s’en glorifier au passage.

 

1 pour céder la place à la fois aux promoteurs immobiliers de la ZAC des bords et aux mobil homes

 

 

MUSILAC


Musilac édition 2011, c’est pour bientôt. Avec comme chaque année les pours et les contres. Chacun campant sur ses positions, avec des arguments qui, au moins pour partie, se tiennent dans chacun des deux camps. Pour notre part on se contentera de la question qui suit, relative aux nuisances sonores générées par le festival. Quand le son de votre télé est trop fort, vous faites quoi ? Vous le baissez. Dans les festivals rock, et notamment Musilac, on … distribue des bouchons d’oreilles aux spectateurs pour éviter qu’ils en prennent trop plein la tronche. Inutile de chercher l’erreur, elle est toute trouvée !

 

Hormis la question des nuisances sonores, un des autres points qui fait débat à propos de Musilac, c’est son financement. Rappelons que le festival est organisé par une société privée. Laquelle reçoit cependant des aides d’organismes publics, dont la mairie et l’OTT. Des aides tant en financières que matérielles. La logique voudrait que les élus (et aussi les aixois dans leur ensemble) soient clairement informés de ce que coûte le festival à la ville et à ses satellites. Ne comptez pas sur le rapport de l’OTT pour vous en apprendre plus à ce sujet. Car s’il évoque les subventions versées, aucun détail n’y figure. Le rapport se contente de donner le montant global des subventions versées par l’OTT aux animations estivales, soit en gros 450.000 euros. Mais combien pour le festival d’opérettes, combien pour Navig’Aix, combien pour Musilac ? Chut … c’est un secret bien gardé. C’est un peu comme si à la question « Quelle est l’indemnité versée par la mairie au 1er adjoint ? » on vous répondait « Le montant total des indemnités perçues par l’ensemble des élus municipaux est de 21.370 euros par mois ». Réponse qui serait juste (le chiffre est celui de mars 2008) mais qui pour autant ne répondrait pas à la question initiale.

 

Mais là encore, pour les dirigeants de l’OTT, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pour eux, il n’y a que des victoires et des bonnes surprises.

 

 

Si la commune de la Baume-Cornillane (Drôme) est le centre de la Pangée, Aix-les-Bains n’a rien à lui envier. Avec des rapports comme celui de l’OTT, le doute n’est pas permis : elle est le nombril du monde ! Un nombril qu’élus de la majorité et dirigeants des satellites de la mairie ne cessent de contempler. Et chacun sait que pour se contempler le nombril, il faut bien faire des courbettes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI