Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:45

Avertissement : cette revue de presse ne se prétend ni exhaustive, ni objective. Elle prétend juste vous aider à poser un autre regard sur l'actualité locale. Si vous voulez vous faire votre propre opinion, achetez les journaux cités, et lisez-les. Sans oublier de consulter également les sites d'information en ligne sur internet. La biodiversité sied aussi à l'information.

 

 

Hebdo8mars2012.jpgL’Hebdo des Savoie du 8 mars

« Quel avenir pour le commerce aixois ? » s’interroge l’hebdo en une. Le journal revient sur l’assemblée générale de la FAAC (fédération aixoise des artisans et des commerçants). Une AG où la nouvelle équipe a eu bien du mal à mobiliser les commerçants. Et ce malgré la présence et le soutien du maire, de son premier et de son cinquième adjoint. Malgré, ou peut-être à cause. Chat aixois échaudé craint l’eau thermale froide. Les adhérents de la FAAC ont sans doute en mémoire la façon dont leurs homologues hébergeurs et professionnels de santé se sont faits menés en bateau par Dord pour le rachat des thermes l’an dernier. Et ils ont sûrement l’impression qu’il en va un peu de même pour eux. Avec un maire qui d’un côté autorise voire encourage la création de zones commerciales en périphérie de la ville, et de l’autre le même maire qui vient leur dire que ça suffit et qu’il va mettre les deux pieds sur le frein. Façon ne regardez pas ce que fait ma main droite, ne vous occupez que de ce que vous promet la gauche.

 

« Notre priorité est de répondre vraiment aux besoins réels des jeunes ». L’hebdo rapporte ici les propos de Renaud Beretti. Non en qualité de premier adjoint, mais en qualité de président de l’association Avenir … Jeunes. Si Beretti avait dit à l’occasion « notre priorité est de répondre vraiment aux besoins réels des personnes âgées », il serait passé pour une truffe. Idem s’il s’était laissé aller à déclarer « Notre priorité n’est pas de répondre vraiment aux besoins réels des jeunes ». Bref, vous l’aurez compris, avec cette belle déclaration, Renaud Beretti marque des points et remonte dans le classement du meilleur enfonceur de portes ouvertes.

 

L’hebdo consacre enfin 1/3 de page à ce non évènement qu’a été le lancement officiel de la campagne de Dominique Dord pour les législatives à venir. Un article qui fleure bon la reprise quasi intégrale du communiqué rédigé par l’équipe du candidat. Dord et Giroud, son suppléant, y revendiquent « une très bonne connaissance du terrain » (sic). La preuve, cet article mis en ligne sur le blog du député. Dord y annonce une permanence dans le canton d’Albens … à Yenne ! Mais pourquoi se gêner, c’est bien connu, là où il y a de la Yenne, il n’y a pas de plaisir.

DordPermanenceYenne.jpg

 

 

 

Essor8mars2012.jpgL’Essor Savoyard du 8 mars

L’autre hebdo aixois a décidément le chic pour dégoter des sujets « inédits », et pour les monter en épingle. « Mini-Miss, maxi-polémique » titre-t-il en gros caractères en une. D’après le journal, la polémique ferait rage dans la cité thermale, autour de l’organisation du concours Graines de Miss qui aura lieu en avril. Ah bon ? La polémique fait rage ? Mais entre qui et qui au juste ? Bon, comme ça, pendant ce temps là, ça évite d’avoir à parler d’autres sujets qui, sans forcément faire polémique, mériteraient pour le moins un vrai débat. Et quoi de mieux que la presse pour susciter le débat ? Mais encore faut-il qu’elle ne soit pas inféodée au pouvoir en place.

 

La photo de la semaine de l’Essor vaut le détour. Pour évoquer la prochaine fin des travaux de « mise en charme » (sic) de la place Edouard Herriot au Grand Port, le journal propose à ses lecteurs la photo d’un tas de gravas et autres restes de la démolition du kiosque (ci-dessous). Humour involontaire ou tentative assumée de sabotage de la comm’ officielle de la mairie ? Une chose est sûre, une fois place nette faite, et une fois le nouveau kiosque achevé, chacun pourra voir qu’il gêne tout autant (ou tout aussi peu) la vue sur le lac que son prédécesseur. Dont il n’est distant que de quelques mètres. Et dire que c’est pour ne plus masquer la vue sur le lac que la municipalité a choisi de dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros des deniers des contribuables aixois.

EssorMiseEnCharmeGrandPort.jpg

 

Retour également sur les vacances à la ferme de Dominique Dord, et l’annonce (quelle surprise !) de sa candidature. Avec cette précision d’importance, apporté par Dord lui-même : depuis 2007, nous avons tenu 85% de nos engagements au plan national. Voila qui va bien amuser les plus de 4,5 millions de chômeurs du pays. Niveau record depuis 1999. Avec une hausse de +35% depuis l’accession de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Les 60 millions de français qui ont vu le soit disant président du pouvoir d’achat faire reculer le leur mais progresser le sien seront sans doute tout aussi étonnés de cet auto satisfécit exprimé par Dord. Rien à voir, mais à quand l’égalité entre les candidats ? Dans la première circonscription de Savoie, les adversaires de Dord vont devoir se débrouiller pour mener de front vie professionnelle et campagne électorale. Avec des moyens financiers réduits. De son côté Dord va pouvoir se consacrer pleinement à sa campagne, tout en continuant à percevoir ses indemnités de député. Y compris celles relatives à des frais qu’il n’engage pas !

 

Passons du bruit médiatique au bruit tout court. La municipalité qui se vante régulièrement d’en faire « toujours plus pour moins de bruit », se fait épingler pour ses chaudières du service des parcs et jardins, dont le bruit exaspère sérieusement les riverains, et dépasse les limites autorisées par la loi. En 2011, ceux-ci ont obtenu que la ville installe un « piège à sons » (sans jeu de mot) sur la cheminée de la chaudière à bois. Mais la chaudière à gaz, qui à en croire les riverains fait autant si ce n’est plus de bruit, n’a pas eu le droit aux mêmes égards. Plus de sous dans les caisses pour mener les deux de front ? Patients et conciliants, les riverains demandent que la mairie mettent fin à ce raffut avant la prochaine saison de chauffe. Ici, pas besoin de caméras à 30.000 euros pièce pour identifier les auteurs de tapage autant nocturne que diurne. Mais ils s’en moquent, ils ne sont pas poursuivis pour autant.

 

Terminons ce tour d’horizon de l’Essor avec une bonne nouvelle : l’annonce de la disparation de la verrue des Mottets. On veut parler du restaurant des Cistudes, victime d’un incendie en 2007, et resté en l’état depuis, dans l’attente des conclusions des assurances. Il devrait être rasé avant l’été. Pour laisser la place à des bungalows de commerces saisonniers. Parce que, entre autres, « le rôle du Conseil Général n’est pas de faire fonctionner des restaurants » explique le directeur général des services du dit conseil, Yves Saran. Hervé Gaymard, son président, devrait en toucher un mot à son pote Dominique Dord. Lui qui en tant qu’élu de la CALB a voté pour le rachat par celle-ci du restaurant de la Chambotte. Lui qui en tant que président de la CALB a décidé de raser le dit restaurant, juste avant qu’une décision du tribunal administratif n’annule les délibérations relatives à ce rachat. Plaçant la CALB, et surtout ses contribuables, en fâcheuse posture. Oui, il a raison Yves Saran, le rôle d’une collectivité n’est pas de faire fonctionner des restaurants. Reste à comprendre pourquoi ce qui est valable aux Mottets pour le Conseil Général ne l’est pas à la Chambotte pour la CALB.

 

Oups, on a failli oublié. En dernière page, l'Essor propose une interview-vérité de Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée Nationale pour encore quelques semaines. On vous rassure, la tradition est respectée. La dite interview-vérité n'a de vérité que l'appellation.

 

 

DL10mars2012.jpgLe Dauphiné Libéré du 10 mars

Le DL, dans ses pages aixoises, revient sur la décision du tribunal administratif de Grenoble, annulant les délibérations de la CALB et de la CCCA pour le rachat du belvédère de la Chambotte. Si l’intention est louable, ce qui frappe à la lecture de l’article, ce sont les nombreux non-dits. Mais aussi l’absence de tout regard critique. Le DL s’abstient par exemple de faire remarquer que la piste de la reprise du dossier par le Conseil Général, évoquée par Dord, est totalement farfelue. Puisque, la semaine dernière, ce même Conseil Général faisait savoir, pour expliquer qu’il ne reconstruirait pas le restaurant des Cistudes aux Mottets, qu’il n’a pas vocation à faire fonctionner des restaurants.

 

Concernant la remarque de Dord à propos du fait que la décision du tribunal porte sur la forme, et non sur le fond, il eut été honnête de la part du quotidien de préciser à ses lecteurs qu’il ne pouvait en être autrement. Le tribunal n’était en effet saisi que sur la forme, en l’espèce l’acquisition par la CALB d’un site hors de son périmètre administratif. Les magistrats ne pouvaient donc se prononcer que sur cet aspect. Leur décision ne constitue pas pour autant une approbation sur le fond. Quant à laisser dire à Dord que « personne ne remet en cause le fait que ce site touristique très important pour le bassin aixois soit porté par une collectivité publique », c’est aller un peu vite en besogne. Non seulement il existe des personnes, dont des élus, qui le remettent en cause. Mais de plus le caractère très important du site (sic) pour le bassin aixois est loin d’être démontré. Pour autant que l’on sache, sa fermeture pendant plusieurs années n’a pas mis en péril l’économie du dit bassin.

 

Pas la moindre interrogation de la part du DL sur l’intérêt général revendiqué par Dord. Pas d’interrogation non plus sur le prix payé par les collectivités (1,2 M€) pour racheter un bâtiment tout juste bon à être démoli. Dont la valeur peut donc, logiquement, se résumer à celle de son terrain. Lequel tombant sous le coup de la loi littoral, n’est pas ouvert à tout type de construction. En retenant le prix consenti en juin 2006 par Dord à la famille Garancini, pour la cession par la ville d’Aix de 3 hectares de terrain à proximité immédiate du centre ville, le terrain de la Chambotte vaudrait 95.370 euros (6.358 m² x 15 euros). On est bien loin des 1,2 M€ payés par la CALB. Et ce alors même qu’aucun autre repreneur ne se présentait si on en croit la collectivité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI