Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 07:45

Avertissement : cette revue de presse ne se prétend ni exhaustive, ni objective. Elle prétend juste vous aider à poser un autre regard sur l'actualité locale. Si vous voulez vous faire votre propre opinion, achetez les journaux cités, et lisez-les. Sans oublier de consulter également les sites d'information en ligne sur internet. La biodiversité sied aussi à l'information.

 

 

Essor16fev2012.jpgL’Essor Savoyard du 16 février

Pour les passages, une mise à niveau s’impose

Les passages à niveau d’Aix les Bains sont parait-il dans le collimateur de la municipalité. En tout cas à en croire le gros titre de cette édition de l’Essor. A n’en pas douter, ces passages à niveau poseraient moins de problèmes et de questions si moins de trains les empruntaient. Par exemple si les trains de marchandises ne traversaient plus Aix les Bains comme le candidat Dord l’avait promis à ses électeurs en 2001. Putain, 11 ans déjà ! Concernant le passage à niveau de l’avenue de Tresserve, qui semble être plus dans le collimateur que les autres, impossible de ne pas rappeler que la ville a commandé une étude à 40.000 euros il y a quelques années. Une étude qui n’a visiblement débouché sur rien. Et qui est aujourd’hui caduque. Puisque depuis les perspectives de développement de ce secteur de la ville ont été chamboulées. Mais au fait, pourquoi la rédaction de l’Essor a-t-elle passé ce détail (à 40.000 euros) sous silence ? Sans doute pour ne pas attirer l’attention de ses lecteurs sur ce joli gaspillage d’argent public. Et pour ne pas non plus leur permettre d’apprécier à sa juste valeur l’intensité (!) de l’action municipale sur ces questions. Un petit dernier pour la route (ou peut-être pour la voie ferrée). A en croire l’Essor, le passage à niveau de l’avenue de Tresserve est « le prochain sur la liste de la municipalité ». Mais pour qu’il soit le prochain, encore faudrait-il qu’il y ait eu un précédent. Or la ville compte aujourd’hui le même nombre de passages à niveau qu’au moment où Dord en est devenu le maire en 2001. Et le coup du marchepied (à défaut d’étrier). Le passage en niveau en question est parait-il le théâtre de nombreuses incivilités (sic). Au lieu de dépenser des dizaines de milliers d’euros en études inutiles, et peut-être un jour plus de dix millions pour la réalisation de travaux, pourquoi la municipalité ne met-elle pas tout simplement en place une caméra de vidéosurveillance. A en croire le premier adjoint, les caméras seraient en effet un moyen très efficace pour lutter contre les incivilités ! Ben alors il n’y a qu’à, puisque c’est si efficace.

 

Un triple @@@ pas vraiment d’excellence

La France a perdu son AAA auprès de Standard and Poors ? Pas grave, Aix les Bains a conquis son @@@ au label des villes internet. Habilement, le communiqué de la mairie, repris par l’Essor, fait implicitement le parallèle entre les deux. A ceci près que si en matière de finances étatiques, le AAA est symbole d’excellence, en matière de villes internet, le @@@ n’est pas lui symbole d’Aix-cellence. Avec ce @@@, la ville atteint tout juste … la moyenne. Quant au fait qu’elle soit ainsi la ville savoyarde la mieux classée, la gloire qu’elle peut en retirer se situe plutôt au niveau de la gloriole. Puisque seules deux autres communes, La Motte Servolex et Lanslebourg, ont également fait acte de candidature pour l’obtention de ce label. Ce qui n’empêche pas d’autres communes savoyardes de mener elles aussi des actions concrètes en faveur de l’utilisation des nouvelles technologies et de leur accès à tous. Mais tous les élus n’ont pas besoin de collectionner les labels pour se faire mousser. Petite précision, là non plus pas donnée par l’Essor : avec ses @@@, Aix les Bains n’occupe que la 61ème place du classement, qui compte 356 places. Ex aequo avec 115 autres communes. Signalons enfin qu’il est bien surprenant qu’une ville puisse être récompensée pour ses efforts d’information via son site internet (dixit la municipalité) alors que n’y figure toujours pas le répertoire des documents administratifs. Il s’agit pourtant d’une obligation légale, qui vise à permettre aux citoyens de connaitre avec précision l’existence des différents documents existants, et donc d’en demander la transmission. Des efforts d’information, quelle bonne blague ! Mais rien de surprenant dans une ville où l’accès à un simple arrêté municipal ressemble à un véritable parcours du combattant !

 

Opération coup de poing … ou coup de point (de résultat) ?

24 policiers et CRS mobilisés, dont la nouvelle commissaire aixoise, avec en prime un « chien stupéfiant » (sic). Voila l‘effectif requis pour une série de 14 descentes dans divers établissements aixois, principalement des bars. Un bilan presque aussi maigre que celui des 5 ans de mandat du Petit Nicolas. Et qui aurait sans doute aussi bien pu être obtenu sans avoir recours à cette opération grand spectacle. Mais d’après la commissaire, « qui tient ses bars tient sa ville ». C’est le shérif de ces dames qui ne va pas être content si la commissaire lui vole la vedette avec ces opérations de grande envergure !

 

 

Hebdo16fev2012.jpgL’Hebdo des Savoie du 16 février

Un non évènement peut néanmoins être grave

C’est du moins l’avis des élus d’Aix Avenir. Qui suite à la fusion-absorption de Thibaut Guigue par la multinationale Dord et Cie se sont fendus d’un communiqué de presse. N’en n’ayant pas été destinataires, nous ne l’avons pas publié. A notre coprs défendant. On peut en revanche imaginer que toute la presse papier locale l’a reçu. Mais que seul l’Hebdo en a fait part à ses lecteurs. Les autres journaux ne s’étaient pourtant pas privés d’étaler, parfois en une, les grandes et vides déclarations du duo Guigue-Dord sur ce même sujet. Ah, la liberté d’expression à Aix les Bains est décidément toujours un grand moment de solitude pour certains. Allez, un petit morceau choisi : « Après avoir été la bonne pomme de discorde voila que Thibaut Guigue se trouve être la bonne poire d’un maire soucieux de son image d’ouverture, à condition qu’aucune tête ne dépasse ». A la sortie, un communiqué plutôt bien tourné, qui dit des choses vraies, et qui pose une question fort pertinente : « que va devenir le droit d’expression1 de la liste Aix de tout cœur dans le magazine municipal, la voix de son maitre ? »

 

1 Si tant est que l’on puisse parler de droit d’expression. Les 1.100 électeurs qui ont voté pour cette liste ont en effet droit à … 600 caractères. Soit 3 fois le nombre de caractères de ce simple renvoi. C’est dire si l’expression est limitée.

 

CALB, un budget 2012 sans précédent

C’est ce qu’annonce le titre de l’article de l’Hebdo. Après une lecture attentive de ce dernier, et une plongée dans les budgets des années antérieures, la vérité saute aux yeux avec la célérité d’un sauteur à la perche s’élançant pour tenter de battre le record du monde : ce budget 2012 est bien en effet sans précédent. Comprenez par là qu’avant le 8 février dernier, la CALB n’avant jamais, on dit bien jamais, adopté un budget pour l’année 2012. C’est donc bien un budget sans précédent. Circulez, il n’y a rien à voir comme disait Coluche. Non sans une certaine ironie visionnaire, si on en juge à la façon dont il a tragiquement trouvé la mort.

 

« L’appel à neige » reste confiant pour la fin de saison

Sous le sobriquet de « l’appel à neige », nos fidèles lecteurs auront sans doute reconnu Michel Frugier, touriste adjoint à la mairie d’Aix, et président du syndicat mixte de Savoie Grand Revard. Pourquoi reste-il confiant pour la fin de la saison ? La bonne question serait en fait pourquoi ne le serait-il pas. A en croire ses propos, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles sur le plateau du Revard. Perspectives plutôt bonnes, budget raisonnable, dépenses maitrisées, chiffre d’affaires en avance de +10% par rapport à la moyenne des 4 dernières saisons (dont une saison 2010/2011 exceptionnelle), et pour couronner le tout une neige présente en abondance. Alors diable, pourquoi ne pas être confiant pour la fin de saison ? Michel Frugier détiendrait-il une grenouille magique qui l’aurait déjà informé d’un important redoux persistant pour les mois à venir ? Ou douterait-il lui-même de la véracité de toutes ces bonnes nouvelles dont il a fait par au journaliste de l’Hebdo ?

 

Triple @@@, quadruple boucle (locale) piquée !

Tout comme son confrère et néanmoins concurrent, l’Hebdo revient lui aussi sur l’obtention du label ville internet @@@ par Aix. Avec cette précision qui ne manque pas de faire sourire : « Durant l’année 2011, la ville a étendu le service d’accès à internet haut débit gratuit en wifi sur les espaces publics du Grand Port, en plus du parc floral des thermes, de la place Maurice Mollard et du hall des anciens thermes nationaux, qui eux avaient été couverts en wifi gratuit en 2010. ». Ce que les lecteurs peu avertis peuvent traduire par « Aix les Bains possède au moins quatre accès wifi publics gratuits ». Sauf que ceux du parc floral, de la place Mollard et du hall des anciens thermes ne font en fait qu’un. Tout comme « ceux » des espaces publics du Grand Port. Ca rappelle un peu l'histoire de cette grenouille qui voulait se faire plus grosse qu'un bœuf. Au fait, quid des études sanitaires sur les éventuels risques pour la population ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires