Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 07:45

Avertissement : cette revue de presse ne se prétend ni exhaustive, ni objective. Elle prétend juste vous aider à poser un autre regard sur l'actualité locale. Si vous voulez vous faire votre propre opinion, achetez les journaux cités, et lisez-les. Sans oublier de consulter également les sites d'information en ligne sur internet. La biodiversité sied aussi à l'information.  

 

Essor22mar2012.jpgL’Essor Savoyard du 22 mars

A la Chambotte, tout va très bien Madame la marquise !

Au fil des épisodes de ce dossier de la Chambotte, tels qu’on peut les lire dans la presse locale, on a de plus en plus l’impression que la chanson du moment à la CALB, c’est « ‘Tout va très bien, Madame la marquise ». Une chanson qui sied d’ailleurs fort bien à ce dossier depuis son début. Quand en 2007 des voix faisaient valoir que la légitimité de la CALB à acheter un site hors de son territoire pourrait être contestée, « on » leur répondait « Mais non, mais non, rassurez-vous, tout va bien ». Quand un peu plus tard ces mêmes voix évoquaient la perspective d’un recours devant le tribunal administratif, « on » leur répondait encore sur un ton aussi condescendant que rassurant, « Jamais de la vie, on ne craint rien ». Quand se dessinait le début des travaux et que des voix faisaient valoir qu’il serait peut-être plus prudent d’attendre la décision du tribunal administratif, attendue sous peu, « on » les renvoyait dans les cordes, arguant cette fois que la décision serait favorable à la CALB et que tout allait très bien. Puis quand la décision est tombée, défavorable à la CALB, « on » a entendu dire que ça ne changeait rien, et que l’affaire s’arrêtait là, à un simple « détail » administratif. Ensuite quand la perspective d’un recours devant le tribunal de grande instance s’est précisée, « on » nous a dit « Pensez-donc, mais ce n’est pas grave ». Et c’est là qu’on en est aujourd’hui. Dans une interview publiée par l’Essor, Dord n’y va pas par quatre chemins. Et se veut on ne peut plus rassurant. Si le TGI annule la vente, dit-il en substance, ce la n’aura aucune conséquence financière pour la CALB. Car explique-t-il, au moment de la décision, le chantier aura été terminé et le propriétaire rétabli dans ses droits devra alors rembourser la totalité des travaux à la CALB.

 

Notez au passage qu’il y a une semaine encore, Dord affirmait que la décision du tribunal administratif ne changeait rien. Le voila qui admet aujourd’hui que, dans un avenir proche, la CALB pourrait bien ne plus se retrouver propriétaire de quoi que ce soit à la Chambotte. Si une telle situation échoie, il faut bien avouer que cela consituerait un sacré changement. Et ce d’autant plus, on le rappelle, que Dord justifie le rachat par la Chambotte par la nécessité impérieuse de sauver le site de la privatisation. Or si la vente à la CALB est annulée, le site redeviendra une propriété privée. Son sauvetage de la privatisation (sic) serait alors un fiasco total.

 

Quant à l’absence de conséquences financières pour la CALB, on trouve son président un peu trop sûr de son coup dans ses propos. Il serait sans doute avisé de se souvenir que, dans ce dossier, les juristes de la CALB (et avec eux les élus, dont Dord, qui ont avalisé le projet) se sont déjà trompés à deux reprises. La première en validant la légitimité de la CALB a racheté un site hors de son territoire. Le 8 mars dernier, le tribunal administratif de Grenoble a jugé exactement le contraire. La deuxième fois en avançant que le recours déposé devant le dit tribunal administratif ne pourrait aboutir, faute d’un intérêt à agir du requérant. Là encore, le tribunal en a jugé autrement. Alors on ne voudrait pas porter la poisse à la CALB, mais chacun connaît l’adage : jamais deux sans trois …

 

L’esplanade se refait une beauté avant Musilac

Voila une bien étrange façon de présenter les petits travaux en cours sur l’esplanade du lac. A savoir le remplacement des barrières et la remise en état de la pelouse. Des travaux parait-il sans lien avec Musilac, précise l’Essor, reprenant les propose de Claudie Fraysse, conseillère municipale en charge des l’animation, des spectacles et des festivals. Donc, si on comprend bien, pour évoquer des travaux sans lien avec le festival Musilac, l’Essor est précisément allé chercher l’élue en charge … des festivals. Et non celle en charge des travaux. Logique non ?

 

Mais regardons d’un peu plus près la nature des travaux en question. Tout d’abord la réfection de la pelouse, avec une mise à niveau et la mise en place d’un drainage. De mémoire d’aixois, cela faisait belle lurette que la pelouse était de niveau inégal, avec des cuvettes. Et tout aussi longtemps qu’aucun drainage n’était en place. Le tout sans que cela pose le moindre problème pouvant justifier des travaux entrepris ces temps. Ce qui a changé entre temps, c’est qu’il a beaucoup plus avant l’édition 2011 de Musilac. Et que plusieurs jours continus de travaux puis de festival ont transformé la pelouse en bourbier, la laissant en piteux état (lire par ailleurs). C’est sans nul doute cet épisode de l’été dernier qui est à l’origine de la décision d’entreprendre ces travaux. Dire que Musilac n’y est pour rien, c’est prendre les aixois pour des truffes. Quant aux nouvelles barrières qui sont en cours d’installation, Claudie Fraysse explique « qu’il s’agit d’implanter des issues de secours démontables pour faciliter l’accès des sapeurs-pompiers, quel que soit l’évènement organisé. ». Quel que soit l’évènement organisé, elle est bien bonne celle-là ! Car en dehors de Musilac, quel évènement organisé sur les bords du lac entraine la fermeture complète du site ? Aucun. Musilac est le seul évènement qui, de ce fait, nécessite la création de nouveaux accès de secours. En résumé, voila encore des travaux réalisés aux frais des contribuables aixois pour Musilac. Festival dont on est prié de continuer à croire qu’il ne ferait que rapporter de l’argent à la ville.

 

Moux’stock, festival propre

C’est avant-hier, samedi 24, que s’est déroulée à Mouxy la 2ème édition du festival Moux’Stock (bravo aux organisateurs pour le jeu de mots !). L’Essor annonçait l’évènement dans son édition du 22 mars, avec une interview de deux des quatre jeunes organisateurs. Bien plus modeste que Musilac, Moux’Stock se démarque également de son grand frère par son aspect non mercantile. L’accès aux concerts est en effet totalement gratuit. Il fait aussi la part belle aux groupes de la région : quatre sur les sept de cette année. Et enfin, et le parallèle est à faire avec ce qui précède, les organisateurs rendent le terrain dans l’état où ils l’ont trouvé, aussi propre. Quand Musilac fait nettoyer ses déchets et remettre le terrain en état aux frais de la collectivité …

 

 

Hebdo22mar2012.jpgL'Hebdo des Savoie du 22 mars

La MJC en difficulté financière

Relatant l’AG de la MJC aixoise, l’Hebdo parle de finances dans le rouge. Pour cause de déficit de 16.000 euros pour l’année 2011. Mais 16.000 euros sur un budget de combien ? Ca, le journal ne le dit pas. Dommage. A l’en croire, ce déficit serait la résultante de charges exceptionnelles enregistrées ces dernières années. Donc a priori rien d’alarmant pour l’avenir, les charges exceptionnelles n’étant, par nature, pas appelées à être reconduites sur les années à venir. Et puis quand bien même serait-ce le cas que ce ne serait pas grave. Que diable, la MJC doit bien pouvoir compter sur sa municipalité pour combler ce petit trou. Ben oui quoi, la dite municipalité n’hésite pas à refiler chaque année à une société privée des centaines de milliers d’euros, assortis de conséquentes aides en nature, pour l’organisation d’un évènement qui ne dure que trois jours. Alors elle doit bien pouvoir se fendre de 16.000 euros pour sa MJC …

 

Il va falloir élargir la rue de Genève

Dord a beau clamer haut et fort que sa succession à la mairie n’est pas ouverte, ça commence à se bousculer sur la ligne de départ. Oh bien sûr pas forcément au grand jour. Jusqu’alors, on n’a pas encore entendu untel ou unetelle s’écrier « je serai candidat(e) ». Mais discrètement, en sous-main, parfois dans l’ombre, chacun avance ses pions. Les prétendants sont de plus en plus nombreux. A tel point que pour les accueillir tous en 2014, si la course à la mairie partait du bas de la rue de Genève, il faudrait élargir cette dernière afin de tous les placer sur un pied d’égalité. Le dernier arrivé en date, c’est Alain Gabriel. Un homme qui se dit « proche des citoyens ». Faites le test autour de vous, et voyez qui connait cet homme et quelles fonctions il occupe. En dehors de la très petite minorité d’aixois qui suit de près la vie municipale, pas grand monde. L’intéressé a donc du pain sur la planche s’il veut être reconnu en 2014. Année d’élections municipales, dont il n’exclut pas d’être de la partie. Mais pas en tant que maire avance-t-il dans les colonnes de l’Hebdo. On verra. 2014, c’est loin.

 

 

LaVieNouvelle22mar2012.jpgLa Vie Nouvelle du 22 mars

Illustration parfaite de deux visions de l’information. La Vie Nouvelle publie quasiment la même photo que celle publiée par le DL le 19 mars dernier. La légende du DL parlait des élus en charge de l’action sociale, lesquels étaient précisément absents (lire par ailleurs Quand les élus inaugurent, le DL informe). L’hebdomadaire chambérien légende lui sa photo avec les noms et fonctions des principaux élus. Bien moins hypocrite. Ce qui au final ne change rien à la finalité de cette inauguration en présence de tout ce « beau monde ». A savoir se montrer et faire parler de soi en période de campagne électorale. Ce ne sont ni Dord, ni Giroud son suppléant, ni Gaymard, candidats à la propre succession, qui pourront dire le contraire.

LaVieNouvelle22mar2012Inauguration.jpg

 

LaVieNouvelle22mar2012Nettoyeur.jpg

 

Et enfin pour terminer cette revue de presse, ce communiqué de la mairie d’Aix extrait de La Vie Nouvelle. On peine à croire que l’achat d’un nettoyeur haute pression par la municipalité puisse être qualifié « d’information ». Il faut croire que si. Au moins pour le service comm’ de la mairie …

 

Le prochain renouvellement du parc de balais devrait faire l'objet d'un symposium au Centre des Congrès. Quant au remplacement des pelles et des pioches du service des parcs & jardins, il fera l'objet d'une cérémonie en grande pompe sur la place de la mairie, en présence du député-maire, flanqué de son suppléant, du préfet, du président du conseil général. Et peut-être même d'un ministre ou deux. Diable, il faut bien être à la hauteur de l'évènement !


Partager cet article

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article

commentaires

Steph73 27/03/2012 00:06


Le concours ma trombine partout a déjà commencé et s'amplifie, les élections approchant... Que Dord soit partout sur des inaugurations ou autres soit... il me semble avoir aperçu une photo
dans l'Hebdo des Savoie avec un article consacré à la boxe si ma mémoire est bonne et on a une photo de Dord tout seul... Que faut-il en conclure ? Attention donc car il y a peut-être un message
caché du journaliste qui voudrait dire que Dord s'entraine à boxer pour les prochaines élections... Ses adversaires sont prévenus... ;o)





 

Aix Hebdo 27/03/2012 11:10



Il suit son président à lui, qui semble apprécier les bourre-pifs !



Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI