Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 07:46

SuezVeoliaSaur.jpg

L’annonce faite hier par la commission européenne, de l’ouverture d’une enquête en matière d’entente et d’abus de position dominante, pourrait bien avoir l’effet d’une bombe … à eau. Les trois grandes entreprises françaises du secteur, Veolia, Suez Environnement et la SAUR, sont suspectées de s’être entendues entre elles, notamment en ce qui concerne le prix de facturation au consommateur final. Si les faits étaient avérés, ce ne serait pas pour autant le premier scandale lié à la gestion de l’eau par des sociétés privées dans les communes françaises. Voir notamment l’exemple de la communauté urbaine de Bordeaux qui, après avoir fait réaliser un audit indépendant de ces contrats sur l’eau et l’assainissement avec Suez, a récupéré plus de 300 millions d’euros ! A noter qu’à la source des contrôles qui ont été réalisés, on trouve une association d’usagers. Comme quoi être citoyen et exercer son droit de regard et d’ingérence dans les affaires de sa commune, ça paie.

 

A Aix les Bains, depuis 1988, la gestion de l’eau est concédée à la SAUR. Par un contrat d’affermage de 30 ans, qui a depuis subi plusieurs avenants, pas vraiment à l’avantage de la collectivité. Suite à l’arrêt Olivet, qui limite la durée des contrats, le conseil municipal devra se prononcer en 2013 sur la poursuite, l’arrêt ou la renégociation du contrat avec la SAUR. L’opposition de gauche souhaite une remunicipalisation de la gestion de l’eau dès 2013. La majorité de Dominique Dord s’y oppose. Les développements à venir de cette affaire qui ne fait que commencer, pourrait bien contraindre la municipalité aixoise à changer son fusil d’épaule. Car s’il y a bien eu entente entre Veolia, Suez et la SAUR, comment pourrait-on continuer à leur faire confiance ?

 

 

A propos de la gestion de l’eau par les sociétés privées, on ne saurait que trop vous recommander de voir l’excellent documentaire Water makes money. Edifiant. Et inquiétant.

 

 

 

 

 

LE MOT DE LA FIN

Le marché de la gestion de l’eau a été investi par les grandes sociétés dans les années 1980. Avec le « succès » que l’on sait. Depuis quelques années, ces mêmes sociétés se sont attaquées à un autre marché : celui de l’éclairage public. Même méthodes ou presque. Et même acteurs ou presque. Depuis 2006, Dord a cherché à privatiser la gestion de l’éclairage public de la ville. Il y est parvenu en début d’année dernière, avec l’entrée en vigueur du contrat passé avec CITEOS. Une filiale de VINCI Energie. VINCI, sans nul doute encore une de ses grandes sociétés philanthropes, qui ne pense qu’au bien collectif et en aucune façon à ses profits.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

steph73 21/01/2012 00:25


Forum alternatif mondial de l'eau à MArseille :


http://www.fame2012.org/fr/

steph73 19/01/2012 23:55



Vendredi 27 janvier 2012




Rendez-vous à 20h00 à Arith (salle des fêtes) pour la diffusion du documentaire Water makes
money de Leslie Franke & Herdolor Lorenz.


 


Résumé de ce film de 82 mn:


 


Water makes money est un documentaire sur la privatisation croissante de l’eau, mais aussi sur les collectivités résistantes qui œuvrent pour se
réapproprier ce bien commun.


Le film explique comment les entreprises multinationales s’accaparent la distribution de cet élément vital et créent ainsi une alchimie déroutante : elles transforment l’eau en
argent ! L’analyse de ce phénomène par des experts est agrémentée par plusieurs exemples de communes, allemandes et françaises, en proie à la domination de ces entreprises peu
soucieuses d’offrir un service de qualité. Mais, à l’instar de Paris, des collectivités se soulèvent pour passer en régie publique. Le contrôle citoyen de l’eau est nécessaire et
possible…


 


L'entrée est bien sûr sur libre participation.


On vous attend nombreux !


 


En attendant la projection, découvrez la bande-annonce du film. 





 




Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI