Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 07:45

http://img.over-blog.com/200x200/2/21/27/07/2011-10/SilenceOnTourne.jpgFin 2009, en lançant lui-même l’idée d’implanter la vidéosurveillance dans les rues aixoises, le premier adjoint de la ville avait appelé de ses vœux un débat serein, décrispé et dépassionné. En tant qu’initiateur et responsable du projet, il avait toutes les cartes en main pour que ce débat ait lieu. C’était même de sa responsabilité qu’il en soit ainsi. Un peu plus de 2 ans plus tard, le constat est implacable. Alors que toutes les décisions sont prises concernant la vidéosurveillance, le débat en question n’a pas eu lieu.

Pour tenter de faire croire le contraire à ses administrés, Renaud Beretti évoque les deux réunions qui ont été organisées sur ce sujet. Deux réunions qui n’avaient rien de publiques. N’y étaient en effet invités que les membres de l’UPA. Une association présidée par Renaud Beretti en personne, et dont l’objet est de soutenir sa propre politique ! Qui plus est, les intervenants conviés lors de ses réunions étaient tous des tenants de la vidéosurveillance. Voire des défenseurs acharnés de ce système. On imagine sans mal quelle a pu être la teneur des « débats ». Des débats où le premier adjoint s’était surtout bien gardé de convier d’éventuels contradicteurs.

La vidéosurveillance n’en manque pourtant pas. Qu’il s’agisse de ceux qui la jugent liberticide ou dangereuse pour les droits des citoyens, ou plus prosaïquement de ceux qui contestent son efficacité. Les uns comme les autres ont des arguments qui méritent d’être entendus. De tous. Y compris des aixois. A l’évidence, la municipalité aixoise, son premier adjoint en tête, n’a pas voulu prendre le risque d’un tel débat contradictoire. Allant jusqu’à faire fi d’un rapport des magistrats de la Cour des Comptes, qui remet fortement en cause l’efficacité des caméras de surveillance. Et pointe du doigt des coûts exorbitants en regard des bénéfices apportés aux collectivités. Ainsi que les bidonnages qui émaillent le rapport officiel commandé par le gouvernement, censé démontrer l’efficacité de la vidéosurveillance. Les magistrats de la Cour des Comptes n’ont aucun intérêt à faire pencher la balance de tel ou tel côté. Ils se bornent à examiner des faits et des données, et à en tirer les conclusions qui s’imposent. Il est impensable que, comme c’est le cas à Aix les Bains, des élus puissent faire comme si ce rapport de la Cour des Comptes n’existait pas. Comme si toutes les questions qu’il soulève, toutes les réserves qu’il pose, ne comptaient que pour du beurre. Et c’est pourtant ce qui est en train de se passer dans notre ville.


Pour se donner bonne conscience, la municipalité a diligenté, auprès d’une société privée, une mission de « diagnostic préalable ». Le rapport a été remis à la municipalité dans le courant du mois de janvier. Sans pour autant être rendu public (son caractère public apparait pourtant difficilement contestable). Ni même très certainement mis à disposition des élus. Tout particulièrement de ceux qui pourraient ne pas être favorables à la vidéosurveillance. Ce qui n’a pas empêché le premier adjoint de s’étaler dans la presse. Et d’annoncer, quelques jours seulement après la remise du rapport, que les premières caméras seraient installées avant l’été dans le centre ville. Le débat est une nouvelle fois escamoté, confisqué. Et les décisions sont prises en petit comité.

Quant à ce fameux rapport de diagnostic préalable, il serait fort intéressant d’en connaitre la teneur. Et aussi de voir combien de diagnostics préalables réalisés par la société mandatée par la municipalité aixoise ont conclus que l’implantation de caméras de vidéosurveillance ne serait pas opportune dans les villes faisant l’objet des dits diagnostics. Juste histoire de se faire une petite idée de l’objectivité des études en question. Un petit indice pour ébaucher un début de réponse. La société Althing Sécurité, a qui la municipalité aixoise a confié le diagnostic préalable, intervient aussi auprès des collectivités en tant que de maître d'œuvre ou d'assistant à maîtrise d'ouvrage dans la gestion des programmes de vidéoprotection. En clair, cette société a tout intérêt à défendre le principe de l’installation de caméras, puisqu’elle-même participe à des chantiers de déploiement de caméras.

 

Bigre, quelle objectivité, quelle neutralité et quelle indépendance ! Encore un élément supplémentaire pour démontrer que, dans cette histoire, le débat n’a pas de place. Que tout est joué d’avance et décidé depuis longtemps.

 

Par un entrefilet paru dans l'Essor Savoyard du 2 février, on apprend que le système qui sera mis en place à Aix ne comprendra pas (au moins dans un premier temps) des agents chargés de surveiller les images 24h/24. Celles-ci seront simplement enregistrées et visualisées à la demande, en cas de besoin. On note au passage que l'information donnée par l'hebdomadaire, et qui ne peut venir que de la mairie, n'est pas présentée comme une éventualité. Mais comme une certitude. Autrement dit, sur ce point également, la décision est déjà prise. Et ce en dehors de tout le processus démocratique, puisqu'à aucun moment la question n'a été débattue par les élus municipaux. On note également que le choix de ce système est en totale contradiction avec les propos tenus à la presse par Renaud Beretti quelques jours plus tôt. Le premier adjoint avait en effet affirmé que les caméras allaient aussi permettre de surveiller et de réguler le trafic automobile en ville. On est vraiment curieux de savoir comment Renaud Beretti entend s'y prendre pour réguler le trafic automobile en ville sans avoir une visualisation des images des caméras en permanence ? Il va faire une demande de visualisation des images pour résorber un bouchon qui s'est formé 5 jours plus tôt ? Et aussi comment il entend protéger les citoyens et les biens grâce à ses caméras. Les récents faits qui se sont déroulés en ville (braquages de stations-services, bagarre au Poker Bowl ...) dans des lieux déjà équipés de caméras montrent en effet que le caractère dissuasif, donc protecteur, des ces systèmes, est très relatif.

 

 

 

LE MOT DE LA FIN
La question de la vidéosurveillance a été abordée par le conseil municipal lors de sa séance du 28 juin 2010. Abordée ne veut pas dire pour autant débattue. Il ne s’agissait en effet que d’un exposé fait par, devinez-qui, Renaud Beretti bien évidemment. Exposé ne donnant pas lieu à un vote des élus. Ce dernier ne devant intervenir qu’ultérieurement, suite à la réalisation d’études techniques et financières (sic). Autrement dit, déjà à l’époque, la décision d’implanter la vidéosurveillance avait été prise par la municipalité. Sans débat.

Pour tenter de donner une légitimité populaire à cette décision qui a toutes les allures du fait du prince, le premier adjoint, dans son exposé, avait évoqué «  les nombreuses demandes de citoyens parvenues à la municipalité pour poser la question de l’éventualité de la mise en place à Aix lesBains d’un système de vidéo protection1 » (sic). Il serait fort intéressant que des élus ou des citoyens prennent le temps de réclamer à Renaud Beretti une copie de ces demandes. Tout en prenant soin de vérifier dans le chrono courrier de la mairie qu’elles y ont bien été reçues avant le 28 juin 2010. Pour en juger du nombre. Mais aussi de la teneur. Poser la question de l’éventualité de la mise en place de caméras ne signifie pas pour autant que l’on soit favorable à cette éventualité.

Pour ce qui est de leur nombre, il serait intéressant de le comparer avec le nombre de demandes relatives aux problèmes de circulation, et qui restent lettres-mortes. Ou avec le nombre de demandes, quand ce ne sont pas des plaintes officielles, à l’encontre des nuisances sonores de Musilac ou des raouts estivaux et nocturnes du casino Grand Cercle. Deux domaines pour lesquels le premier adjoint semble être nettement moins à l’écoute des demandes des citoyens, à en juger par les suites qu’il leur donne.

 

 

1 Et non pas vidéosurveillance, notez la différence sémantique aussi artificielle que trompeuse.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Steph73 04/03/2012 12:51


et ne vous inquiétez pas l'ump a pensé à tout, j'ai découvert ça hier les "voisins vigilants" :


http://13h15-le-samedi.france2.fr/?page=accueil&rubrique=reportages&video=manuel_13h15_reportage_1_20120303_220_03032012144917_F2


http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111018.OBS2762/les-voisins-vigilants-comment-ca-marche.html


comme si on avait besoin d'institutionnaliser cela, cela entretient psychose et paranoïa, méfiance entre voisins, peur de l'autre... délation... donner ce povoir à certaines personnes peut mener
à des dérives dangereuses...


Vous si vous voyez qque chose de louche vous faites quoi ??? Vous appelez la police, non ?... on est déjà normalement des citoyens vigilants, non ?

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI