Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 07:45

http://img.over-blog.com/279x218/2/21/27/07/2010-01/VideoProtection.jpg« La vidéoprotection mérite un débat serein, décrispé et dépassionné ». C’est ce que déclarait en novembre 2009 le premier adjoint au maire d’Aix les Bains, Renaud Beretti. A peine deux ans plus tard, la décision d’implanter des caméras en ville a été prise depuis longtemps déjà. Et les études préalables sont en cours de finalisation. Quand au débat, il a purement et simplement été escamoté.

 

Le débat en question s’est en effet résumé à une ou deux vagues discussions en séance du conseil municipal. Discussions ne faisant pas l’objet de votes. Quant à la concertation avec la population, elle s’est cantonnée à une réunion organisée par l’UPA (l’association présidée par Renaud Beretti en personne, et dont l’objet est de soutenir sa politique) pour ses adhérents. Réunion à laquelle tous les intervenants conviés étaient tous des tenants de la vidéosurveillance. Avec un tel aréopage de tribuns et un auditoire de cette trempe, on imagine sans peine que le « débat » a du effectivement être serein, décrispé et dépassionné. Quand tout le monde est d'accord sur tout et partage le même point de vue, ça aide à décrisper l'ambiance !

 

Mais à quand un vrai débat, avec des intervenants des deux tendances (les pros et les antis), avec des arguments convaincants (que ce soit dans un sens ou dans l’autre), et avec une invitation lancée à l’ensemble de la population ? On connait désormais la réponse : à jamais !

 

Ce qui peut amener à douter de la sincérité du premier adjoint quand en 2009 il appelait ce débat de ses vœux. Ou alors c’est qu’il n’a aucune espèce d’influence sur la politique conduite dans cette ville. Auquel cas on est en droit de se demander pourquoi les contribuables lui versent tous les mois plus de 4.000 euros d’indemnités. Mais il n’est, parait-il, jamais trop tard pour bien faire. Allez chiche monsieur le premier adjoint ! Au lieu du traditionnel diaporama de propagande lors des réunions de quartier, organisez plutôt de vrais débats sur la vidéosurveillance. Avec pourquoi pas, par exemple, la présence de Laurent Muchielli, ce directeur de recherche au CNRS qui, chiffres et arguments à l’appui, démonte un à un bon nombre de propos lénifiants sur la vidéosurveillance et ses bienfaits présumés.

 

 

On peut toujours rêver. Mais les chances que la municipalité organise vraiment de tels débats donnent une idée assez précise de ce que représente le chiffre zéro. Les décisions sont déjà prises. Sur le principe d’installer des caméras. Sur où les installer. Reste quand même, mais sans pour autant ouvrir un débat, à faire passer la pilule. Car tout ça va coûter cher. Fort cher. Il faut donc faire passer le message à la population. Et le bon.

 

Pour ça, comme pour pas mal d’autre chose, le maire peut compter sur ses amis de la presse locale. Le 13 novembre 2009, une semaine avant que Renaud Beretti n’accorde une « interview » à l’Hebdo des Savoie pour lancer le « débat » sur la vidéosurveillance, l’Essor avait titré en gros à sa une « AIX LES BAINS – EXPLOSION DES CAMBRIOLAGES ». Ce qui était plutôt amusant car, quelques semaines plus tôt, les aixois avaient pu lire dans leur journal municipal de désinformation que le commissaire de police (en personne ?) veillait sur leur sécurité, et que la situation de la ville au regard des problèmes d’insécurité s’était nettement améliorée (lire par ailleurs).

 

La vidéosurveillance étant appelée à faire parler d’elle dans les semaines à venir, l’Essor en remet une couche avec ce nouveau gros titre en une : « AIX LES BAINS – AUGMENTATION DES CAMBRIOLAGES ». Des cambriolages qui continuent d’augmenter en 2011 après avoir explosés en 2009 : si après ça les aixois ne comprennent pas que la vidéosurveillance est I-N-D-I-S-P-E-N-S-A-B-L-E, c’est vraiment qu’ils y mettent de la mauvaise volonté !

 

Bah, de toute façon, mauvaise volonté ou pas, Aix aura ses caméras de vidéosurveillance. Ca fait des mois que le gouvernement et l’UMP mettent les bouchées doubles sur le sujet. Alors en bon petit soldat qu’il est, celui qui est le trésorier du parti depuis un an fait comme on lui dit de faire là ou on lui dit de faire. Et il se garde bien de demander l’avis des habitants. Tous des ploucs qui n’y connaissent rien et qui sont priés de se contenter de glisser un bulletin (et le bon !) dans l’urne une fois tous les six ans.

 

Tiens, puisqu’on parle d’élections, que nous disait donc le candidat Dord à propos de la sécurité pendant sa campagne de 2008 (voir ci-dessous). Eh bien qu’il avait « constaté une baisse année après année de la délinquance » (sic). C’est à se demander quels sont les incompétents qui ont pris la suite de son premier mandat : depuis la délinquance explose (dans un premier temps) puis continue d’augmenter (dans un second temps). Notez bien qu’à aucun moment, le terme de vidéosurveillance n’a été employé dans ses documents de campagne. Et on parierait volontiers quelques kopecks sur le fait que le mot n’a même jamais été prononcé lors de ses réunions publiques. Il n’aura fallu guère qu’un an et demi pour que le voile soit levé sur cette mascarade.

DordSecurite2008.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires