Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 07:45

LettreAix23.jpgLa lettre d’Aix les Bains n°23 de janvier 2011, qui vient de paraître, est un modèle du genre. Et même un exemple à suivre. Du moins pour qui entend embrasser la carrière politique, ou celle de chargé de communication.

 

Côté politique, ça démarre fort. Le député-maire figure bien évidemment à la une, et ses premiers mots sont percutants. En clair, non seulement ceux qui ne partagent pas son point de vue sur l’état du système de santé sur le bassin aixois ont tout faux. Mais en plus ils sont idiots et ils sont contre-productifs ! C’est ce qu’on appelle couper court à toute forme de débat. Une belle leçon à retenir : ne surtout pas hésiter à envoyer du lourd dès le début. Quitte à faire ensuite dans le plus subtil. Comme par exemple quand Dord et Beretti (son ex directeur de cabinet, actuel premier adjoint mais aussi directeur de la publication de La Lettre d’Aix les Bains) annoncent l’arrivée d’un scanner à l’hôpital pour fin 2011 ou début 2012. En oubliant de préciser que cette promesse là n’est pas tombée de la dernière pluie, et que ça fait plusieurs fois que Dord nous fait le coup.

 

Encore plus subtile, cette affirmation selon laquelle Dord « a lutté de toutes ses forces jusqu’au tout dernier moment » contre la fermeture de la maternité. Il nous semble qu’en fait cette phrase est presque juste. Elle ne contient qu’une toute petite erreur : le « jusqu’ » est simplement de trop. N’est-ce pas notre député-maire qui depuis des années n’a eu d’yeux que pour le projet de clinique privée à Drumettaz pour « sauver » la maternité ? Et ce sans jamais accorder la moindre chance à un projet public, qui aurait pu se monter en coopération avec l’hôpital de Chambéry. Et puisqu’on parle de Chambéry, voici le retour du lourd. En politique, il ne faut jamais hésiter à en remettre une couche. Figurez-vous donc que Dord n’hésite pas dire « qu’il faut se poser sans doute dès aujourd’hui la question de la coopération entre les centres hospitaliers d’Aix les Bains et de Chambéry ». A la vérité, il ne s’agit pas se poser « dès aujourd’hui » cette question. Pour la bonne et simple raison que d’aucuns, et ils sont nombreux, la posent depuis des années. Aujourd’hui, il faudrait plutôt y répondre. A vrai dire, il faudrait même déjà avoir des réponses. Mais on ne peut pas courir deux lièvres à la fois. Et entre être aux côtés d’un groupe privé pour un hypothétique projet qui n’avait qu’une infime chance de recevoir l’aval indispensable de l’ARS, et engager en amont une réflexion en profondeur sur la coopération entre Aix et Chambéry, Dord a clairement fait son choix tout au long de ces dernières années. Autre leçon à bien retenir donc : ne pas hésiter à se faire passer pour le précurseur des idées des autres, surtout quand pendant des années on a dénigré les idées en question.

 

Et puis bien sûr, ne pas oublier les autres fondamentaux. Comme les titres et sous-titres accrocheurs. Qu’il s’agisse de parler de « dynamique nouvelle », ou encore de « bonnes nouvelles ». Peu importe que cela corresponde ou non à la réalité : l’important c’est de le dire (de l’écrire), et de bien le mettre en évidence. Pour accrocher l’œil et marquer les esprits de ceux (la majorité) qui ne prendront pas la peine de chercher à vérifier si ce qu’on leur raconte relève du domaine de l’information ou de celui de la propagande. Et enfin, ne surtout pas oublier le petit coup de pouce au privé. Ici c’est la clinique Herbert qui a le droit à une pleine page de promotion dans une parution pourtant financée à 100% par l’argent des contribuables aixois. Dame, en politique, et peu importe le bord où on se situe, il faut bien aller chercher l’argent où il est.

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:45

TNAB.jpgIl y a deux mois de cela, Dominique Dord et Philippe Plat s’étaient livrés à un joli numéro de duettistes. Nous chantant en chœur que 2010 allait marquer la première augmentation de fréquentation aux thermes d’Aix les Bains depuis un quart de siècle. Une chanson reprise à l’unisson par la presse locale, sans se poser de question.

 

Nous avions montré, chiffres et graphiques à l’appui (lire par ailleurs Non Monsieur Plat, en 2009 les thermes n’ont pas dépassé leur objectif de fréquentation !), qu’il n’en n’était rien, la précédente augmentation remontant à 1998, soit seulement 12 ans en arrière (à peine un huitième de siècle donc). A l’annonce des chiffres de la fréquentation de 2010, la presse écrite semble se montrer plus prudente. Dans un bref article mis en ligne sur internet, l’Essor Savoyard fait cette fois-ci mention de l’augmentation de 1998. Un peu de clairvoyance, dont en toute immodestie, on revendique la paternité.

 

Il n’en demeure pas moins que pour évoquer l’augmentation de 1998 à 1999, l’Essor Savoyard parle d’un très léger sursaut (sic). Dans le même temps, le journal qualifie l’augmentation 2009-2010 de spectaculaire (re-sic). Il est vrai que +8,75% (chiffre rapporté par l’Essor Savoyard), c’est un taux de croissance assez important. Surtout si on le compare aux quelques +3,34% de l’augmentation 1998-1999. Qualifier un taux de +8,75% de spectaculaire tout en qualifiant un taux de +3,34% de très léger sursaut, voila qui ne manque pas d’incohérence. Ah, cette volonté sans faille de toujours enjoliver la réalité de l’ère Dord tout en rabaissant le temps d’avant lui-même …

 

Et si on s’intéresse au volume de curistes plutôt qu’au taux, la comparaison est encore moins flatteuse. En gros +1.200 pour 1998-1999 et +2.100 pour 2009-2010 (toujours d’après les chiffres rapportés par la presse locale). Conclusion toute simple : un résultat spectaculaire n’est même pas deux fois supérieur à un très léger sursaut (en données corrigées des variations saisonnières mesurées sur l’échelle de Richter de Dord !

 

Allez, il ne reste plus que +52% de croissance à faire pour qu’enfin les 40.000 curistes annuels promis par Dord pour 2005 deviennent une réalité. Si les thermes réussissent l’exploit de maintenir dans les années à venir leur taux de croissance spectaculaire (re-re-re-sic) de 2010, ce devrait être chose faite en … 2018. On ne va tout de même pas chipoter pour treize malheureuses petites années de retard …

 

 

Le mot de la fin

On rappelle par ailleurs que la fréquentation de 2010, tout en hausse qu'elle soit par rapport à celle 2009, se trouve néanmoins être en recul par rapport à celle de l'année où Philippe Plat, l'actuel directeur, a pris ses fonctions. Le bilan de cet éminent personnage se solde donc pour l'instant par une perte sèche de l'ordre de 2.200 curistes depuis son entrée en fonction. Faut-il parler de baisse à la hausse, ou bien de redressement à la baisse ?

 

 

A lire bientôt : un retour sur la métamorphose thermale (encore et toujours sic) que nous promettait un certain Dominique D. en 2002. Parce qu'il est souvent intéressant de faire appel au passé (même récent) pour éclairer le présent.

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:44

Medor-0009.jpg

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:47

Panne malencontreuse ... ou publicité non mensongère ?

A moins qu'il ne s'agisse d'une réécriture de lettres et le néon ...

 

Conforama.jpgConforama Chambéry - 22/01/2011

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Humour
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:46

Cela semble incroyable et pourtant c’est écrit noir sur blanc dans un article récemment mis en ligne par Dominique Dord sur son site internet. Un article dans lequel le député-maire d’Aix les Bains se pose en ardent défenseur de la loi LOPPSI 2.

 

A l’en croire, la loi LOPPSI 2 (Loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) « vise à réagir avec fermeté à l’évolution de la délinquance afin de préserver l’exercice des libertés des Français » (sic). Et dans cette optique, elle contient 9 mesures phares (re-sic) dont les 2 ci-dessous qui attirent particulièrement l’attention (le texte est reproduit tel quel) :

 

 


7) L’évacuation des campements illicites en cas d’insalubrité ou d’insécurité : les préfets auront le pouvoir de procéder à des expulsions, 48 heures après une mise en demeure.

 

8) L’interdiction des squats : cette disposition vient combler un vide juridique, le fait de séjourner dans le domicile d’autrui sans l’autorisation du propriétaire sera puni au maximum d’un an de prison et 15.000 euros d’amende.


 

Voici donc ce que l’UMP, Dord en tête, propose comme « solution » à tous ceux qui, faute de pouvoir se procurer un logement décent voire un logement tout court, doivent se contenter de campements insalubres ou de squats ne valant guère mieux. A tous ces gens là, l’UMP ne propose pas un logement. Non, l’UMP leur propose de les expulser et de leur faire payer des amendes. Et si ça ne suffit pas, de les emprisonner. Comme ça, avec un peu de chance, ils auront peut-être un logement décent (à condition de ne pas tomber dans une prison insalubre).

 

Mais qu’est-ce qu’ils s’imaginent, Dord et ses collègues de l’UMP ? Qu’une personne qui vit dans un baraquement de fortune coincé entre une autoroute et une déchetterie le fait par choix ? Qu’une personne qui squatte le fait pour emmerder les propriétaires des logements ou des immeubles vides ? Ca ne leur vient pas à l’idée que si ces personnes en sont réduites à de telles extrémités, c'est parce que pour elles c’est ça ou dormir et vivre dans la rue ?

 

On croit rêver mais en fait c’est un véritable cauchemar. Le cauchemar de la réalité quotidienne de dizaines de milliers de personnes que l’UMP assimile à des délinquants. Puisque, on le rappelle, la loi LOPPSI 2 « vise à réagir avec fermeté à l’évolution de la délinquance ». Mais qui sont les délinquants dans tout ça ? Ceux qui squattent les logements vides parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement, ou bien ceux qui se proposent de les expulser, de les mettre à l’amende, de les emprisonner ? Ceux-là même qui n’en finissent plus de mettre en place des exonérations fiscales comme la loi Scellier (lire par ailleurs), pour permettre à quelques uns de se constituer un patrimoine immobilier tout en évitant de payer des impôts, et qui dans le même temps « oublient » de satisfaire aux besoins en logements sociaux de la population.

 

Lénine, De Gaulle, Mao, Mendès-France, Jaurès … peu importe qui mais réveille-toi, ils sont devenus fous !

 

 

Le mot de la fin

15.000 euros d’amende pour les squatteurs. Le montant est symbolique. En gros un mois d’indemnités pour un parlementaire. Et plusieurs années de revenus pour nombre de squatteurs et autres « délinquants du logement », seulement coupables de vouloir vivre un peu moins mal.

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Logement
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:45

Le tout nouveau parti Europe Ecologie Les Verts (EELV), issu de la fusion des Verts et … d’Europe Ecologie (vous l’auriez deviné !) tenait samedi 15 janvier ses premières assises régionales à Saint-Félix. Espérons que l’imagination des écologistes en matière politique dépasse celle dont ils ont fait preuve pour trouver le nom de leur nouveau parti. Sinon, le grand coup qu’EELV veut frapper lors des prochaines cantonales pourrait bien être un coup d’épée dans l’eau.

 

Avant d’aller plus loin, il est sans doute utile de préciser que quand EELV parlent de ses assises régionales, il ne faut pas comprendre par là qu’il s’agit des assises de la région Rhône-Alpes. Mais de la région Savoie, que les Verts défendent depuis des années. Au point de l’avoir depuis longtemps intégrée dans leur mode de fonctionnement. Savoie et Haute-Savoie ne faisant qu’un, ou plus exactement qu’une. C'est-à-dire non pas un « super département » comme le veut l’UMP locale, avec des valises pleines d’arrière-pensées bassement électoralistes, mais bien une nouvelle région au sein de la région Rhône-Alpes. Une notion un peu compliquée à saisir, mais loin d’être inintéressante. Et une approche qui est sans doute une des principales raisons du ralliement du MRS (Mouvement pour une Région Savoie) au sein d’EELV. Précisons que le MRS n’a rien à voir avec les souverainistes ni avec les indépendantistes savoyards. On est prié de ne pas confondre.

 

Bon, voila donc les écolos savoyards (hiauts et bas réunis) qui sortent du bois et se lancent dans la bataille des cantonales. Fait notoire, cette entrée en campagne se fait selon une méthode qui fait défaut à quasiment tous les candidats qui se sont déjà déclarés sur les cantons aixois. Là ou les Loiseau, Guigue, Cochet, Casanova, Ferrari et autres sont entrés en campagne en annonçant « Je suis candidat » ou « Je suis candidate », les écologistes d’EELV annoncent … la couleur. Autrement dit les bases de leur projet pour le département. Un projet qui s’appuie sur quatre grands piliers : l’éco-conditionnalité, la solidarité active notamment avec les plus fragilisés, l’écocitoyenneté, et enfin les alternatives à la voiture et les reconversions industrielles et touristiques. Bon, on n’a pas encore tout compris à ce qui se cache derrière ces expressions. Mais avouez que ça change un peu de ses candidats et candidates qui, en mettant en avant leur seul nom, perpétue l’usage du bon vieux slogan « Votez pour moi, mais ne me demandez surtout pas pourquoi ! ». Des candidats et des candidates qui, bien que se présentant à des élections cantonales, donc pour gérer le département, promettent monts et merveilles aux électeurs du seul canton où ils se présentent. En bon français, c’est ce qu’on appelle du clientélisme non ?

 

De l’autre côté, les écologistes savoyards annoncent eux un programme, sans mettre le moins du monde avant telle ou telle personne. Sans même dévoiler le 15 janvier dernier les noms de leurs candidats. Voila qui ressemble à s’y méprendre à une vraie nouvelle façon de faire de la politique. Domaine où il en va comme des frites Mac Cain : ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. Ce n’est pas Corinne Casanova qui dira le contraire1.

 

AssisesEE.jpg 

 


1 Lire par ailleurs Cantonales : sur Aix Sud, Corinne Casanova ne reste pas à … Quay !
Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 07:45

LeGrandDom-Recrutement.jpg

 

Ce dessin est une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec la réalité est à imputer à cette dernière.

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Le Grand Dom
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 07:45

Aix passée au scanner en 2012 ?


scannerIRM.jpgDominique Dord l’a promis, juré, craché lors de sa cérémonie des vœux aux aixois il y a quelques jours. En 2012, l’hôpital d’Aix les Bains (ce qu’il en reste) sera doté d’un scanner. Attention, pas un petit scanner A4 USB à 49,90 euros chez Carrefour ! Non, un vrai scanner médical, capable de faire des radiographies en 3D. En voila une nouvelle qu’elle est bonne. Mettons quand même un bémol de taille : si toutes les fois où Dord a annoncé l’arrivée d’un scanner à l’hôpital d’Aix, le scanner en question avait effectivement été installé, ce n’est pas un, mais 5 ou 6 scanners que l’hôpital compterait à ce jour. Et le premier d’entre eux aurait été installé il y a presque 10 ans. Alors rendez-vous début 2012 pour voir si cette fois est enfin la bonne !

 

 

Du 4x4 à l’électrique


voiture-icone-electrique.pngIl n’y a pas si longtemps que cela, Dominique Dord « rêvait » d’organiser un salon du 4x4 à Aix les Bains. Et même, pourquoi pas, au Revard. Nombreux étaient ceux qui s’indignaient de cette idée pour le moins saugrenue. Le lien entre ces véhicules ultra-polluants que sont les 4x4 et le parc naturel des Bauges n’étant pas franchement évident. Le projet, comme beaucoup d’autres, est tombé aux oubliettes. Sans que personne ne s’en plaigne.

 

A l’initiative d’un organisateur privé, c’est un tout autre salon automobile qu’Aix les Bains accueillera en mai prochain. Celui des véhicules électriques. Qu’il s’agisse de voitures, de deux-roues ou encore de bateaux. Baptisé SIVE, pour Salon International du Véhicule Electrique, ce salon proposera, entre autres, des séances d’essais. A coup sûr bien moins polluants que les essais de 4x4 dont « rêvait » le député-maire !

 

 

 

Musilac 2011 : entre confiance et investissement sans risque


Les organisateurs du festival Musilac peuvent se frotter les mains. Alors que la programmation de l’édition 2011 est encore embryonnaire (voir ci-dessous), ce sont près de 10.000 places qui ont déjà été vendues. Les Pass Confiance ont été pris d’assaut dès leur mise en vente, et épuisés avant la fin de l’année 2010. Quant aux Pass Promo, il n’en resterait que 500 en vente au moment de la rédaction de cet article. Pour autant, les organisateurs se veulent prudents. Si leurs ventes n’avaient encore jamais atteint ces niveaux aussi tôt, ils restent conscients qu’il y a encore bien du chemin à parcourir. Sans parler des éventuels caprices météorologiques. Sur ce dernier point, Michel Frugier pourrait peut-être leur donner un coup de main en exécutant la danse du soleil (lire par ailleurs Savoie Grand Revard convoque Monsieur de La Palisse en renfort pour la saison 2011).

 

Et puis il y a parmi les acheteurs précoces pas mal de gens qui ont compris qu’ils ne prenaient aucun risque en achetant leur billet à l’avance. Sachant pertinemment qu’ils arriveront à le revendre si vraiment la programmation ne leur plait pas. Et qui plus est avec un petit bénéfice. C’est ce qu’on appelle un investissement sans risques. Jusqu’au jour où un petit malin assez friqué aura l’idée de rafler les 5.000 Pass Confiance d’un coup pour les revendre. L’idée pourrait faire son chemin. Un Pass Confiance coûte 66 euros. Un Pass Promo 85 euros. Conclusion : notre petit boursicoteur pourrait sans mal écouler ses 5.000 Pass Confiance en les proposant par exemple à 80 euros, soit 5 euros de moins que le Pass Promo. Et engranger ainsi un bénéfice de 70.000 euros !

 

Les artistes déjà connus à ce jour :

Carlos (qui viendra sans Tana, mais qui reste quand même une pointure malgré son 41 fillette)

Gaëtan Roussel (de Savoie, et même de Jongieux)

Les frères chimiques (mais sans Ali)

Asa (avec Florient Maitre en invité vedette ?)

Vitalic (venus tout droit du Vitam’Parc de Neyroz)

Nouvelle Vague (tout un symbole pour une ville en pleine re-renaissance, lire par ailleurs La re-renaissance d'Aix les Bains, c'est pour demain ou peut-être après-demain)

 

musilac-2011.jpg

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:45

« Ca ne fait pas 20 ans que je suis en politique contrairement à d’autres ». C’est sans doute la principale phrase « choc » qu’il faut retenir de l’annonce de la candidature de Corinne Casanova sur le canton d’Aix Sud, le 11 janvier dernier.

 

 

Car, inévitablement, derrière cette phrase en apparence anodine, c’est bien Sylvie Cochet qui est visée. Sylvie Cochet, élue depuis 1989 (donc 22 ans), et adjointe au maire d’Aix les Bains tout comme Corinne Casanova. Et comme elle, candidate sur Aix Sud pour les cantonales de mars 2011. Les deux femmes ont beau siéger dans la même majorité municipale, les voila donc rivales. Et malgré leurs assurances réciproques que tout cela est normal, que tout va bien entre elles, ce premier coup de fusil tiré par Corinne Casanova affirme le contraire.

 

Un coup de fusil qui pourrait bien se transformer en jet de boomerang, et revenir en pleine figure de l’adjointe aixoise au logement. Car si Corinne Casanova n’est effectivement pas élue depuis aussi longtemps que sa collègue (?), cela fait tout de même 20 ans qu’elle aussi traine ses guêtres en politique. Et 10 ans qu’elle est élue. Quant au suppléant qu’elle s’est choisi, ce n’est pas vraiment un perdreau de l’année, puisqu’il s’agit d’André Quay-Thévenon. 62 ans, toutes ses dents, les cheveux grisonnant et presque 35 ans de carrière politique derrière lui. A côté de lui, Sylvie Cochet fait figure de débutante en politique !

 

 

A part ça, Corinne Casanova se dit ravie de ne pas avoir l’investiture de l’UMP, ne cautionnant pas la politique qui est faite au niveau national (sic). Cette prise de position mériterait d’être clarifiée. Car dans le même temps Corinne Casanova se dit « à l’aise dans la majorité de Dominique Dord ». Dominique Dord, UMPiste de longue date et depuis peu, trésorier de ce parti. Dominique Dord qui cautionne totalement la politique menée par Nicolas Sarkozy, et qui à l’assemblée nationale vote peu ou prou toutes les propositions du gouvernement et des députés UMP. Dominique Dord qui conduit sur Aix une politique dont on ne voit pas très bien ce qui la distingue de la politique menée au plan national. Qu’il s’agisse de l’ouverture politique bidon vers le centre ou la gauche « modérée », ou du démantèlement des services publics (thermes, hôpital, éclairage public …) au profit du privé. Alors oui, il serait vraiment intéressant que Corinne Casanova explique comment elle peut se dire en désaccord avec la politique nationale, tout en se trouvant à l’aise dans une majorité locale qui conduit une politique similaire.

 

Pour terminer, Corinne Casanova affirme être porteuse « d’une nouvelle image de la politique ». Là encore, cela mériterait précision. Quelle nouvelle image de la politique ? En tout cas certainement pas celle d’une élue qui ne cumulerait pas les mandats. Rappelons en effet qu’elle est déjà adjointe au maire d’Aix les Bains et vice-présidente à la CALB. En cas de succès en mars prochain, elle se retrouverait donc à cumuler trois mandats. C’est ça sa nouvelle image de la politique ? On doute. Il paraitrait qu’en fait, cette nouvelle image serait celle d’une politique dépassant les clivages droite-gauche. Alors ça oui effectivement ça introduirait un peu de nouveauté en politique. Mais peut-on y croire quand cela vient des centristes savoyards, qui depuis des années sont alliés à l’UMP au conseil général ? Des centristes qui aux dernières municipales de 2008 se sont alliés à Dord à Aix pour que l’UMP laisse le champ libre à Patrick Mignola à la Ravoire. Franchement, la ficelle est un peu grosse non ?

 

 

CasanovaDL12jan2011.jpg

 

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:44

UPACampagne.jpgA intervalles réguliers, les journaux de la presse locale sont émaillés d’articles évoquant les activités de l’UPA. Si les sujets diffèrent, à chaque fois ou presque l’association est présentée comme une association apolitique, ouverte à tous. A la une de l'Hebdo des Savoie du 6 janvier (voir ci-contre), l'UPA dévoile enfin au grand jour sa vraie nature, en lançant sa campagne pour les élections cantonales.

 

Nous avons déjà eu l’occasion d’attirer plusieurs fois l’attention de nos lecteurs sur l’étrange paradoxe de voir une association se revendiquant comme apolitique soutenir ouvertement la majorité municipale aixoise. Laquelle n’est pas vraiment apolitique, loin s’en faut. Sans parler du fait que l’UPA est présidée par Renaud Beretti, premier adjoint au maire d’Aix les Bains et membre de l’UMP. Pas exactement le portrait type d’un personnage apolitique. Et puis, si Dord et ses acolytes sont régulièrement appelés à s’exprimer devant les adhérents de l’UPA, on n’a encore jamais vu un de leurs adversaires politiques bénéficier du même traitement. Pourtant, une organisation qui se prétend apolitique se devrait d’offrir une tribune à tous les courants de pensée. Or il n’y à guère que l’UMP qui a voix au chapitre dans les réunions de l’UPA.

 

Bref, vous l’aurez compris, derrière un discours de façade, l’UPA est une organisation tout ce qu’il y a plus politique. Et son port d’attache, c’est l’UMP. Si par hasard vous aviez encore quelques doutes sur le sujet, la petite cérémonie des vœux organisée début janvier par l’UPA devrait les lever. Se sont en effet succédés à la tribune Dominique Dord en personne, Claude Giroud (son suppléant à l’assemblée, maire UMP d’Albens et conseiller général UMP) et Renaud Beretti. Que des personnages totalement apolitiques, n’en doutons pas un seul instant ! Et pour enfoncer le clou, Dominique Dord n’a pas hésité à affirmer que « l’enjeu important des élections cantonales nous impose une loyauté politique sans faille à l’égard de nos trois candidats ». Une loyauté politique, pour une association apolitique ? On a du mal à comprendre la logique.

 

Pour la petite histoire, on rappelle que les trois élus auxquels Dord fait allusion sont d’une part Sylvie Cochet et Jean-Claude Loiseau, tous deux élus sous la bannière UMP, et d’autre part Robert Clerc, élu fortement apparenté UMP.

 

Ainsi va le petit monde de l’UPA. Une association apolitique (si si, puisqu'on vous le dit !) présidée par un élu UMP, qui soutient une majorité municipale UMP, et qui fait preuve d’une loyauté politique sans faille à l’égard de candidats UMP ou très proche de ce parti !

 

Bon, à votre avis, si l’UPA n’existait pas, faudrait-il l’inventer (à l’instar de Pantashop) ? En tout cas, si un jour s’ouvre à Aix les Bains un musée des curiosités, on sait déjà quelle pourrait en être la première pièce maitresse.

Repost 0

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI