Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 07:43

Les modifications du PLU de Voglans, initiées par la CALB, semblent poser quelques problèmes ... 


 

Madame, Monsieur,

 

Le conseil municipal a lancé une enquête publique pour s’opposer à l’extension de la carrière ( voir Lettre de Voglans d’octobre 2010 ) afin de protéger les riverains des nuisances créées par les travaux qui ne dépasseront pas 3 ans :

 

- poussières dues aux terrassements ;

- nuisances sonores ;

- augmentation de la circulation des camions ;

- atteintes à l’environnement et aux paysages

- etc.

 

Dans cette même Lettre de Voglans d’octobre, le conseil a caché le projet de classement en zone HLM des Grandes Côtes qu’il a pourtant honteusement glissé dans la même enquête publique et cela en toute contradiction avec la procédure de Plan de Prévention des Risques Miniers lancée le 23 juin 2010.

 

Pourtant Messieurs Bouvier, Burdet, Chanéac, Crochet, Mercier et Madame Bernon avaient accepté dans le PLU de 2008 cette extension de la carrière alors qu’ils avaient refusé, sur ce même PLU, la constructibilité HLM de la zone des Grandes Côtes pour risques miniers.

 

Pourquoi cette double volte-face aujourd’hui de ces élus et cette précipitation sur les Grandes Côtes ?

 

Si vous êtes en désaccord avec ce projet des élus de Voglans, relais des directives aixoises ;

 

Si vous aussi vous ne voulez pas vous sacrifier pour Aix les Bains, Grésy sur Aix et le Bourget du lac : trois communes incapables ou peu désireuses de respecter leur quota de 20 % de logements HLM ;

 

Si vous aussi vous voulez défendre votre cadre de vie ;

 

Allez déposer en mairie, jusqu'au 3 décembre 2010, contre ce projet irresponsable d'HLM aux Grandes Côtes.

 

Vous trouverez, ci-dessous, des documents officiels et publics prouvant que les élus de Voglans ne sont pas francs :

 

- la délibération du 28 février 2008 de la CALB approuvant le PLU et donc l'extension future de la carrière, votée par messieurs Mercier et Vincent

- le compte rendu du conseil municipal du 20 octobre 2006 qui a débattu et validé les grandes lignes du PLU

- la modification du PLU Grandes Côtes cachée aux voglanais par les élus de Voglans. 

 

 

Marcel GIRARDIN

 

 

Documents à télécharger

CALB - conseil communautaire 02/2008

PLU Modification n°1

CR Conseil municipal Voglans 10/2006

Repost 0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 07:45

PromenadeSierroz1.jpgLa promenade du Sierroz, vous situez ? Mais non, pas celle qui va des tours de Lafin au Pont Rouge. Celle-là, il ne faut pas en parler. Parce que ça fait des années que le maire a promis aux habitants du quartier de la refaire. Et qu’il a jusqu’à maintenant réussi à ne jamais tenir sa promesse. Non, la promenade dont ont veut parler, c’est celle qui relie le boulevard Garibaldi au boulevard Barrier. Mais pas en rive droite comme on pourrait s’y attendre. Non, en rive droite, il y a une piste cyclable où piétons et cyclistes voisinent en bonne intelligence tout en se promenant. Rien à voir avec une promenade donc. Bon ca y est cette fois vous y êtes : la promenade du Sierroz c’est donc cette rue goudronnée ouverte à la circulation automobile et qui longe la rive gauche du Sierroz du boulevard Garibaldi jusqu’aux bords du lac. Pourquoi diable qualifier cette rue qui ressemble à n’importe quelle autre rue de « promenade » ? A vrai dire on n’en sait rien. Sans doute une coutume locale. D’ailleurs à quelques hectomètres de là, une autre rue parallèle est elle aussi affublée du qualificatif de « promenade ». Et même « d’allée promenade ».

 

Bon, maintenant que vous avez situé l’endroit, venons-en au cœur de cet article. Le promenade du Sierroz bénéficie d’un voisinage a priori plutôt calme : les patients du Zander, les hôtes de l’auberge de jeunesse, et les touristes et curistes qui séjournent au camping du Sierroz. A priori, pas vraiment des populations « à risque », ni des casseurs en devenir.

 

Pourtant, les barrières qui bordent le trottoir et empêchent les promeneurs (puisqu’il faut bien les appeler ainsi) de choir dans le lit du Sierroz sont régulièrement l’objet de dégradations. Mais qui donc leur en veut à ce point ? Des esthètes insatisfaits ? Il est vrai que l’esthétique des dites barrières laisse plutôt à désirer. Mais de là à transformer des amoureux de l’art en casseurs de biens publics … Le vandalisme contre ce mobilier public qui ne demande rien à personne serait-il le fait de spectateurs refoulés du festival Musilac, et se vengeant sur le premier truc passant à leur portée ? A moins que ce ne soient des campeurs exaspérés de ne pouvoir dormir à cause du vacarme de Musilac qui passent ainsi leurs nerfs.

 

Une chose est sûre. Quels que soient les auteurs de ces actes, on a bien du mal à comprendre leurs motivations. La connerie humaine semble bien être à l’image de notre univers : à la fois infinie et toujours en expansion !

 

 

LE MOT DE LA FIN

Il revient à un couple d’aixois croisé sur place : « C’est fantastique, on balance des millions pour faire des horreurs au Revard, encore plus pour le Tillet1, et on n’est même pas foutu de remplacer quelques barrières ! ».

PromenadeSierroz2.jpg

 

 

 


1 NDLR : allusion au projet de réouverture de l’embouchure du Tillet, qui devrait coûter la bagatelle de 5 millions d’euros.

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 07:44

Aperçu il y a quelques semaines dans les rues aixoises, cet étonnant télescopage. A gauche une publicité pour le salon du chiot (si si, ça existe vraiment !), et à droite, un panneau indicateur montrant à nos amis à quatre pattes où se fournir en puces pour se déguiser en Clochard et ainsi séduire Belle. Le tout à dix mètres de distance, au croisement du boulevard de Russie et de l’avenue de Tresserve.

 

ChiotsPub.jpg  ChiotsPuces.jpg

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Humour
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 07:43

Ci-dessous un texte reçu de la part d'un lecteur ...


AIX LES BAINS, ENFIN 1ere DANS SA CATÉGORIE

Le Maire ne manque jamais de signaler combien il innove dans la gestion de sa bonne (trop bonne) ville. Combien de fois n'a-t-il pas souligné qu'une initiative prise par lui et ses acolytes était une première dans la Région (même si cette assertion recevait un démenti quelques heures plus tard de la part de citoyens agacés par cette communication mensongère).

 

Aussi lors du prochain Conseil, en parlant des incidents qui se déroulent dans notre bonne ville, n'hésitera-t-il pas à souligner l'excellente place attribuée à notre ville par l'Observatoire National de la Délinquance dirigé, faut-il le souligner, par le très sarkoziste A. Bauer. Dans ce domaine, nous sommes en tête des villes savoyardes de plus de 10 000 habitants avec un taux de criminalité de 70,65 pour 1000 habitants . Pour nous consoler,signalons que nous sommes en dessous de la moyenne nationale (75 pour 1000). Et que la ville qui détient le pompon est Touquet-Ville (Pas de Calais comme l'ami bidasse, elle aussi dirigée par un UMP) avec un taux de 230,2 pour mille.

 

C'est pas possible, ils doivent être jaloux de la richesse du voisin et se voler entre eux, seuls les grabataires, les manchots et culs de jatte ne participant pas au jeu.

 

 

NDLR : on ne compte plus en effet à Aix les vraies-fausses premières. Qu'elles soient départementales, régionales, voire nationales. A quand une vraie-fausse première internationale ?

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 07:45

LeGrandDom-Dodo.jpg

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Le Grand Dom
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 07:43

Communiqué des Amis de la Terre en Savoie

Cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger le document au format PDF(75 Ko)

 

CP-TER-AT73-nov2010.jpg

Repost 0
Published by Amis de la Terre en Savoie - dans C'est vous qui le dites ! - Communiqués
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 07:46

AIX LES BAINS BIENTÔT VILLE « VÉLOTOURISTIQUE » ? 


logolabelvelotouristique.jpgLa ville sera-t-elle bientôt labellisée ville « vélotouristique » ? En tout cas les membres du cyclo-club y croient. Et comme en la matière ils en connaissent sûrement un rayon, ils ont décidé de porter la candidature de la ville, avec le soutien de la mairie. A voir le cahier des charges de la FFCT pour l’obtention de ce label, Aix les Bains devrait l’obtenir sans trop de peine, moyennant quelques menus aménagements et services. Pour un coût de 1.500 euros pour 3 ans, pourquoi s’en priver ?

 

 

A lire pour plus d’informations : la page du label ville « vélotouristique » sur le site de la FFCT.

 

 

 

ET UN NOUVEAU ROND-POINT, UN !


CarrefourFranklin.jpgCe que certains avaient appelé la folie des ronds-points était un peu retombé ces dernières années, après le grand boum du premier mandat de Dominique Dord. Il est vrai qu’en la matière, Aix les Bains a quasiment épuisé son stock de carrefours « rond-point-isables ». Pour ainsi dire, la mairie a déjà fait le tour de la question. Mais il reste quand même encore quelques endroits où la ville entend bien continuer à asphalter en rond. Ce sera bientôt le cas de l’intersection entre l’avenue Franklin-Roosevelt, la rue Mottet et la rue Joséphine de Beauharnais.

 

L’objet de ce futur nouveau rond-point est parait-il d’améliorer la sécurité sur l’avenue Franklin-Roosevelt. On ne va pas trop où se situe l’amélioration en question. D’autant moins que les accidents sont très rares voire totalement inexistants à ce carrefour. Quant à la sécurité des piétons et des cyclistes, on doute qu’elle ressorte renforcée après le remplacement du carrefour à feux par un rond-point. Il suffit de voir ce qui se passe quelques hectomètres plus loin au rond-point de l’hôpital ou à celui des Prés Riants.

 

 

THERMES : COCHON QUI S'EN DEDIT ?


C'est reparti pour un tour. Devant les loueurs en meublés réunis en assemblée générale, Philippe Plat et Dominique Dord ont réaffirmé en choeur que la hausse de fréquentation que devraient connaitre les thermes cette année serait "la première enregistrée depuis 1/4 de siècle".  Bigre, les voila désormais qui convoquent les siècles ! Sans doute pour mieux marquer les esprits avec ce tournant "historique".

 

GrapheFreqThermes.jpgAlors rappelons tout d'abord que si les thermes font mieux en 2010 qu'en 2009, ils resteront encore bien loin des 35.000 curistes de 2000, avant l'ère Dord du thermalisme à paillettes. Rappelons aussi que les statistiques diffusées par l'établissement thermal lui-même en 2007 (article de l'Hebdo des Savoie du 16 février) montre clairement un hausse de fréquentation sur deux années consécutives en 1998 et 1999. Il y a donc 12 ans, et non 1/4 de siècle. On sait bien que l'établissement dont Philippe Plat a pris les rènes il y a 2 ans n'est plus franchement le même qu'en 2007. Mais tout de même, un directeur doit bien pouvoir retrouver dans les archives de l'établissement qu'il dirige ces éléments que nous avons retrouvé nous sans le moindre problème. A l'évidence, Philippe Plat n'a aucune envie de retrouver les éléments en question, et préfère faire comme s'ils n'existaient pas. Ci-dessus le graphique (source Thermes Nationaux) qui accompagnait l'article de l'Hebdo des Savoie (cliquez sur l'image pour l'agrandir).

 

 

 

GRAND PORT : EN AVANT TOUTE ET … MARCHE ARRIÈRE !


GrandPortPlan.jpgLe 18 octobre dernier, c’est quasiment à l’unanimité que les élus municipaux adoptaient le projet de rénovation du Grand Port. Seuls Hervé BOILEAU et Thibaut GUIGUE se sont abstenus. Coup de tonnerre vendredi dernier. Les aixois apprennent par voie de presse (lire l’Essor Savoyard du 12 novembre) que le programme des travaux a été modifié. Et par qui ? Sûrement pas par le conseil municipal qui ne s’est pas réuni depuis le 18 octobre.

 

Non, l’Essor nous apprend que c’est « Dominique Dord, entouré de ses conseillers, qui a décidé … ». Entouré de ses conseillers ? Mais quels conseillers ? En tout cas pas les conseillers municipaux. Voila une façon de procéder bien cavalière. Et bien peu respectueuse de l’instance démocratique qu’est le conseil municipal. C’est tout de même assez extraordinaire de voir ainsi une décision adoptée il y a moins d’un moins par la quasi unanimité des élus (maire compris !) être remise en question par le seul bon vouloir du maire et de ses « conseillers », dont on ne sait même pas s’ils sont tous des élus.

 

Alors certes, il y a du bon dans cette histoire. Car il est vrai que dépenser plus d’un million d’euros pour « ouvrir la vue sur le lac depuis le débouché de l’avenue du Grand Port », ça fait quand même beaucoup de sous dépensés. Des sous qui seraient peut-être mieux employés ailleurs. Comme par exemple pour aménager la promenade du Sierroz entre les tours de Lafin et le Pont Rouge. Vous savez, cette promenade qui devait être refaite dès l’automne 2006 (dixit Dominique Dord et Corinne Casanova) et qui 4 ans plus tard est plus que jamais à l’abandon. Alors si cette décision unilatérale et parfaitement anti-démocratique peut déboucher sur un projet plus raisonnable, et dégager des finances pour d’autres projets, personne ne s’en plaindra. Pour autant, on n’en n’est pas encore là. Le projet initial pour le Grand Port a simplement été scindé en 2 étapes. Rien ne dit que son budget va baisser.

 

Avec cette histoire, la municipalité aixoise verse d’elle-même dans l’auto-caricature, qui n’est pas sans rappeler les grandes heures des régimes communistes. D’abord de grands dithyrambes (notamment lors des réunions de quartier) pour porter aux nues le projet initial, puis un auto-éloge de son propre renoncement. Faut-il s’attendre à voir bientôt la Pravda1 en vente chez les marchands de journaux de la ville ?

 

 

1 La Pravda, la vérité en russe. Organe de presse officiel du parti communiste soviétique de 1918 à 1991. Comme son nom l’indiquait, on y lisait la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité. Enfin, presque …

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Infos en vrac
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 07:44

COLATEUR : nom masculin désignant autrefois le moine chargé de la préparation du petit déjeuner à l’abbaye de Hautecombe. La fonction était très recherchée car elle permettait d’échapper en partie à l’office des laudes. Aussi était-elle souvent réservée à un membre important de l’abbaye, généralement le père supérieur. Celui-ci se faisait parfois assister par d’autres moines pour la préparation du petit déjeuner. Mais seul le père colateur avait le droit de préparer le café.

 

TenueMoine.jpgIllustration : la tenue du père colateur incluait une aube couleur marron foncé pour que les taches de café se voient moins

Repost 0
Published by Aix Hebdo - dans Humour
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:47

Les bus du réseau Ondéa ne circuleront pas et resteront au dépôt ce week-end, par solidarité avec le chauffeur agressé dimanche 14 novembre à l'arrêt du boulevard des Généraux Forestier, dans le quartier de Franklin. Dans la mesure où, d'après l'article du Dauphiné Libéré, le chauffeur en question avait repris son travail dès le lendemain, une manière pour lui de combattre ces agressions, on a un peu de mal à saisir.

 

OndeaArret20-21-nov

Si on comprend bien, l'ensemble des chauffeurs d'Ondéa va arrêter le travail tout un week-end afin d'être solidaire avec un chauffeur qui lui lutte contre les agressions à sa manière en continuant à travailler. Il y a comme un truc qui cloche non ?

 

 

En fait non, rien ne cloche. Pour avoir l'explication de ce qui de prime abord semble être paradoxal, voir le communiqué publié par les personnels et la direction d'Ondéa.

 

Ceci étant dit, on s'interroge. A priori les auteurs de l'agression n'ont toujours pas été interpelés par les forces de l'ordre. Les bus du réseau Ondéa sont pourtant équipés de caméras de vidéosurveillance. Ca ne plaide pas vraiment en faveur de l'efficacité présumée de la vidéosurveillance, tant vantée par le maire et surtout par son premier adjoint. Suffirait-il donc de porter une cagoule et/ou de faire attention à ne pas regarder en direction de la caméra pour échapper aux sanctions ?

 

Entendons-nous bien cependant. L'installation de caméras dans les bus Ondéa est très certainement une bonne chose. En ce sens qu'elle permet de faire reculer les incivilités quoitidiennes. On veut dire les vraies incivilités, une agression n'étant pas une incivilité. Et si ça fonctionne, c'est parce qu'un bus est un espace clos et restreint. Difficile en effet d'aller détériorer un fauteuil ou d'insulter le chauffeur sans être dans le bus lui-même, donc sous l'oeil de la caméra. Et pour se livrer à ce genre d'incivilité, il est bien rare qu'on se munisse d'une cagoule ! Dans un espace ouvert et de plus grande taille, c'est une toute autre donne. A l'occasion des réunions de quartier, on a pu entendre le maire réaffirmer que partout où des caméras de vidéosurveillance ont été installées, la délinquance a reculé. Ce constat, en partie vrai, demande cependant à être complété. Ce que les études montrent, c'est un certes un très léger recul global de la délinquance à l'échelle de la ville concernée, mais aussi et surtout un déplacement de la délinquance des zones surveillées vers les zones non surveillées. Quant au taux d'affaires élucidées grâce à la vidéosurveillance, il est ridiculement bas. En clair, le rapport service rendu/coût de la vidéosurveillance apparait comme bien faible. Et les centaines de milliers d'euros (si ce n'est plus) qu'Aix les Bains pourrait bien dépenser prochainement pour s'équiper seraient sans doute plus efficaces s'ils étaient employés autrement.

 

Deux petites pistes de réflexion pour terminer. En lançant l'idée de la vidéosurveillance l'année dernière à la même époque, Renaud Beretti avait appelé de ses voeux un débat public serein et dépassionné. On attend toujours qu'il donne suite à cette idée. Pour l'instant, les seuls débats qui ont eu lieu sont celui interne à l'UPA (donc pas un débat public) et un examen de principe en séance du conseil municipal (auquel le public peut assister mais sans pouvoir prendre la parole). Alors à quand un vrai débat public, ouvert à tous. Avec bien évidemment parmi les intervenants invités, un juste équilibre entre partisans et opposants de la vidéosurveillance. Histoire de bien avoir les deux points de vue, en toute objectivité.

 

En attendant ce débat, qui pourrait bien ne jamais venir, on ne peut que suggérer à nos lecteurs d'aller jeter un oeil sur  le site de Laurent Muchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS.

 

Et pour terminer, on vous livre cette réflexion entendue il y a peu au comptoir d'un bistrot aixois : "Aux Etats-Unis ils ont des caméras de partout et on ne peut pas dire que la criminalité y soit la plus faible du monde !".

 

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:46

Voila un chantier prioritaire en forme de promesse électorale dont personne ne peut dire qu’elle n’est pas tenue. Au moins pour ce qui concerne deux des trois festivals concernés, à savoir le festival rock Musilac et le festival de l’opérette. Parce qu’ils le « festivalent » bien ?


Musilac2010.jpgPour Musilac, ce sont chaque année plusieurs centaines de milliers d’euros que la ville consacre à soutenir ce festival rock.. Pourtant, Musilac est un festival, organisé par une société privée. Ca ne l’empêche visiblement pas de bénéficier d’un très fort niveau de soutien public. Par exemple en 2007, Musilac a reçu plus de 480.000 euros de subventions directes, dont la majeure partie en provenance d’Aix les Bains via son office du tourisme. Ramené au nombre de spectateurs, l’édition 2007 de Musilac s’est ainsi retrouvée 6 fois plus subventionnée que les Aixoises de Jazz de la même année. Festival pourtant organisé par une association à but non lucratif. Et si on ajoute aux subventions en argent sonnant et trébuchant les « petits à-côtés » tels que la mise à disposition des terrains ou le travail des services municipaux pour « aménager » le secteur des bords du lac le temps du festival, l’écart se creuse encore. Tout ceci avec des retombées économiques et touristiques incertaines, pour la bonne et simple raison qu’elles ne sont pas mesurées.

http://img.over-blog.com/200x259/2/21/27/07/2009-09/FestivalOperette.jpgQuant au festival de l’opérette, son niveau de subventionnement est sans commune mesure, mais il reste quand même fortement soutenu. A tel point que pour l’édition 2009, la majorité municipale n’a pas hésité à faire payer par la ville (donc par ses contribuables) les travaux de rénovation du proscenium du théâtre du casino, où se déroule le festival. Le proscenium présentait en effet des risques importants, et sa rénovation était indispensable pour permettre la tenue du festival de l’opérette en juillet. C’est du moins ce qui a été exposé aux élus lors du conseil municipal du 30 mars 2009. Mais alors pourquoi diable le festival a-t-il pu se dérouler comme prévu en juillet, alors qu’en septembre de la même année les travaux en question n’étaient toujours pas terminés ?

En l’espèce, le soutien de la ville semble plutôt aller à la société du Cercle, propriétaire du théâtre du casino, et à qui il incombait de faire faire les travaux et de les payer. Une société privée que Dord aime décidément bien : après avoir fait payé les 200.000 euros du proscenium par la ville, le voila prêt aujourd’hui sur les 2 millions d’euros que la société du Cercle devait investir en travaux de rénovation du théâtre, comme l’exige (faut-il l’écrire au passé ?) la convention de délégation de service public signée en 2001. Travaux non réalisés. Ah quelle générosité ce Dord ! Enfin, dans ce cas précis avec l’argent des autres. Le votre en l’occurrence …

Repost 0

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI