Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 07:45

Aix les Bains est une ville attractive. De plus en plus attractive dirait sa municipalité. Oubliant au passage que la population aixoise ne croit pas plus vite que la moyenne nationale, et qu’elle augmente moins vite que la moyenne départementale. Oubliant aussi l’important flux migratoire vers les communes périphériques, voire l’avant-pays savoyard. Flux alimenté par les petites gens. Ceux qui n’ont plus les moyens de se loger ni de vivre à Aix, ville qui devient de plus en plus chère. Oubliant aussi la délinquance qui va grandissant, et qui inquiète de plus en plus. Reste malgré tout l’environnement, le cadre de vie, entre lac et montagnes. Un cadre attractif et qui le demeure. Malgré la bétonisation à outrance de la ville, notamment sur les bords du lac.

 

Mais s’il est un domaine dans lequel l’attractivité d’Aix les Bains semble incontestable, c’est bien dans celui de la politique.

 

Pour les quelques aixois qui s’intéressent un peu à la vie politique locale, c’est devenu un spectacle courant depuis 10 ans. Et même un peu plus. Pour les observateurs extérieurs, c’est un sujet d’interrogations sans fin. Un véritable mystère. Pour ces gens, Aix est a priori unepetite ville tranquille de province, sans histoires. Et pourtant, cela fait plus de 10 ans maintenant que sa vie politique locale est plus qu’agitée. Que les coups bas en tous genres pleuvent. Entre tenants du même bord. Trahisons, fausses promesses, récupérations, alliances de circonstances, renoncements, reniements : cela fait des années qu’ils sont le lot quasi quotidien de la politique politicienne aixoise. Il suffit pour s’en convaincre de lire la série d’articles que le Journal d’Aix les Bains vient de consacrer au sujet. De Ferrari à Dord en passant par Grosjean, Guigue, Loiseau, Gathier, Foucry … le tableau est aussi complet que stupéfiant.

 

Mais qui y a-t-il donc à Aix qui attise autant les convoitises ? Qu’est-ce que la ville a de si particulier pour générer ainsi autant de luttes intestines et de coups tordus au sein de la droite locale ? Est-ce justement parce qu’Aix est un bastion quasi imprenable de la droite que celle-ci s’y entredéchire régulièrement ? Car disons les choses comme elles sont. Derrière le discours de façade de l’union sacrée derrière Dord depuis 2001 se cachent moult arrangements, compromissions, ralliements, et autres trahisons. Il est vrai qu’il est souvent plus facile de manœuvrer contre les gens du même bord politique, voire du même parti, que contre des adversaires déclarés. Gardez-moi des mes « amis », mes ennemis je m’en charge, comme dit l’adage.

 

Il y a certes aussi quelques pépètes à la clé pour les élus. Cumuler les mandats, ça rapporte. Et c’est un domaine dans lequel les élus du coin s’y entendent. Dord, député, maire et président de l’agglo. Loiseau, maire de Tresserve, conseiller général et vice-président de l’agglo. Sylvie Cochet, adjointe au maire d’Aix et conseillère régionale. Corinne Casanova, adjointe au maire d’Aix et vice-président de l’agglo. A ce petit jeu, c’est sans doute le premier adjoint Renaud Beretti qui s’en sort le mieux. Une seule fonction, mais près de 4.500 euros d’indemnités mensuelles, grâce au reversement de la part d’écrêtement du député Dord. Et même pour les adjoints plus obscurs, les indemnités sont au rendez-vous. En grande partie grâce à la double majoration dont ils bénéficient du fait du statut de chef-lieu de canton (+15%) et de ville touristique (+25%). Plus de l’équivalent d’un SMIC mensuel pour une fonction qui bien souvent ne nécessite pas 35 heures de travail par semaine, on comprend que cela puisse en tenter plus d’un. D’autant que les élus municipaux aixois n’ont pas manqué de s’octroyer le maximum d’indemnités autorisé par la loi. Mais on peine à croire que ces quelques milliers d’euros suffiraient à justifier tant de coups bas, de conspirations, de manœuvres.

 

Dans lesquels, il faut bien le dire, tous les élus ne trempent pas. Ou alors à l’insu de leur plein gré comme dirait l’autre. Par naïveté. En attendant de se retrouver victimes à leur tour, laissées pour compte sur le bord de la route de la gloriole d’un autre. Ce qui ne les empêche nullement, en attendant, de faire montre d’un engagement réel. La naïveté n’empêche pas la sincérité.

 

 

Dord le motterain, qui n’a jamais résidé à Aix les Bains, s’y est parachuté par opportunisme. Pour y faire carrière. Après avoir échoué à s’imposer à Chambéry. Et après avoir bien senti qu’il lui serait plus difficile d’en déloger la gauche que de devenir calife de droite à la place du calife de droite à Aix. Que celui qui n’a jamais cédé à la facilité lui jette la première pierre ! Mais si Paris valait bien une messe, Aix les Bains vaut-elle toutes ces manigances politiques ?

 

Aix les Bains ville de plus en plus attractive ? En un sens oui. Depuis quelque temps elle attire de plus en plus les … cambrioleurs. Et depuis un peu plus longtemps les basses manœuvres politiciennes. Et les aixois dans tout ça ? Si la recrudescence des cambriolages les inquiète, ils se moquent complètement pour la plupart des magouilles politiques locales. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les résultats des dernières élections municipales. Plus de 41% d’abstention, et tout juste un peu plus d’un électeur sur trois pour donner sa voix à la liste qui se prétendait d’union, au-delà des clivages politiques, et au service de tous les aixois. Presque rassurant : à l’évidence, la plupart des aixois ne sont plus dupes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aix Hebdo en mode pause

L'équipe d'Aix Hebdo s'offre une pause sabbatique. En attendant notre retour en ligne, nous vous invitons à suivre l'actualité locale sur ces deux sites (cliquez sur les images pour accéder aux sites).

LogoAJ  LogoAI